Accueil
​Le jour où j’ai pris conscience que j’étais devenu dirigeant
Partager

​Le jour où j’ai pris conscience que j’étais devenu dirigeant

RCF,  -  Modifié le 19 février 2019
Retrouvez chaque mardi l'édito de Jean-Marie Valentin.
podcast image par défaut

Notre vie est jalonnée d’évènements qui marquent notre évolution personnelle, familiale ou professionnelle. Certains sont évidents comme nos 18 ans qui signifient notre entrée dans l’âge adulte. D’autres sont plus subtils à discerner. C’est ainsi que je me suis demandé quel évènement m’avait fait prendre conscience que j’étais devenu dirigeant.

Et bien voyez-vous, je ne suis pas devenu dirigeant le jour où - à 29 ans - j’ai créé ma première entreprise. Je servais juste des clients qui me faisaient confiance. Je ne suis pas non plus devenu dirigeant le jour où j’ai embauché mes premiers collaborateurs : Je cherchais simplement à faire face à un surcroît de travail. Non paradoxalement, je suis devenu dirigeant, le jour où j’ai vu, sur le CV d’un de mes collaborateurs, le nom de mon entreprise et le mien par la force des choses.

Ah bon et pourquoi ?

Bien en fait, ce collaborateur avait un CV remarquable : il avait fait de belles études, de bons stages. Il pouvait prétendre rejoindre n’importe quelle entreprise de mon secteur d’activité. Et il avait choisi de rejoindre mon entreprise. Une entreprise qui n’existait pas quelques mois auparavant. J’imaginais la tête de ses parents qui l’avaient soutenu d’étape en étape, depuis 23 ans, lorsqu’il leur avait annoncé qu’il rejoignait une entreprise dont ils n’avaient jamais entendu parler. J’imaginais sa mère m’appeler pour me dire : "je suis très fière de mon fils. Je ne sais pas pourquoi il a décidé de travailler pour vous, mais vous avez intérêt à bien vous en occuper !"

En voyant le nom de mon entreprise sur son CV, j’ai compris qu’en choisissant mon entreprise, il m’avait confié bien plus que sa force de travail contre rémunération.  Il m’avait confié d’écrire - ensemble - sa première expérience professionnelle. Celle qui sera le fondement de toutes les autres. Et que cela m’obligeait. J’ai pris conscience que j’avais une responsabilité à son égard, comme à l’égard de toutes celles et ceux qui me rejoindraient désormais : celle de conduire mon entreprise de sorte qu’elle devienne aussi leur entreprise et que ce faisant elle contribue à leur épanouissement. C’est à cet instant – je le crois – que je suis devenu dirigeant.

Et c’est aussi à cet instant que j’ai pris conscience que j’avais besoin d’un mouvement comme les EDC pour m’aider à entreprendre et à diriger - autant que faire se peut - en cohérence avec mes convictions profondes, ce qui est sans doute l’affaire de toute une vie professionnelle. Car si aucune mère ne m’a jamais appelée pour s’enquérir de la manière dont je m’occupais de son fils ou de sa fille, je ne doute pas que le moment venu, le bon Dieu me demandera : toi à qui j’ai donné de diriger. Qu’as-tu fait des frères que je t’ai confié ?
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don