Partager

"Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon ..." (Jn 12, 1-11)

RCF,  -  Modifié le 29 mars 2021
Prière du matin "Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon ..." (Jn 12, 1-11)
Partager
"Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon ensevelissement !" Méditation de l'évangile (Jn 12, 1-11) par le père Arnaud Alibert Chnat final: "je veux n'être qu'à toi" par le groupe EXO
alexandra-seinet alexandra-seinet

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Six jours avant la Pâque,
Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare,
qu’il avait réveillé d’entre les morts.
          On donna un repas en l’honneur de Jésus.
Marthe faisait le service,
Lazare était parmi les convives avec Jésus.
          Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur
et de très grande valeur ;
elle répandit le parfum sur les pieds de Jésus,
qu’elle essuya avec ses cheveux ;
la maison fut remplie de l’odeur du parfum.
          Judas Iscariote, l’un de ses disciples,
celui qui allait le livrer,
dit alors :
                   « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum
pour trois cents pièces d’argent,
que l’on aurait données à des pauvres ? »
          Il parla ainsi, non par souci des pauvres,
mais parce que c’était un voleur :
comme il tenait la bourse commune,
il prenait ce que l’on y mettait.
          Jésus lui dit :
« Laisse-la observer cet usage
en vue du jour de mon ensevelissement !
                   Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous,
mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. »
          Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là,
et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus,
mais aussi pour voir ce Lazare
qu’il avait réveillé d’entre les morts.
          Les grands prêtres décidèrent alors
de tuer aussi Lazare,
          parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui,
s’en allaient, et croyaient en Jésus.
 
Source : AELF

Méditation Père Arnaud Alibert

Nous sommes à Béthanie sur les hauteurs de Jérusalem 6 jours avant la paque, cette victoire définitive de la vie sur la mort que nul encore ne peut soupçonner.

Autour de Jésus nous retrouvons des figures familières
 

  • Il y a Lazare, l'ami de Jésus, réveillé de la mort et sorti du tombeau
  • il y a ses sœurs Marthe et Marie dans leurs rôles respectifs qui semblent les qualifier, Marthe au service et Marie aux pieds de Jésus. Cette fois-ci, on remarque que Marie ne fait pas qu’écouter la parole qui sort de la bouche de Jésus ; elle est à l'action, j’ose dire, elle est à l'onction en train de verser un parfum très pur sur les pieds du Messie
  • il y a aussi Judas que cette scène et ces retrouvailles semble laisser de marbre. Triste Judas ! Dans son esprit, tout est petit, étroit, ; tout semble réduit à la valeur, à l'utilité, à l'effectivité. C’est par là qu’est déjà rentré en son âme la fourberie, l'esprit de cupidité et le vol et il est à craindre que demain ce ne soit tout simplement Satan qui prenne la même porte
  • enfin il y a les grands prêtres bien décidés à poursuivre leur logique : non pas seulement tuer Jésus mais aussi tuer Lazare, ce témoin gênant cette preuve de chair et d'os

Toute humanité parait bien être là :
 

  • en premier lieu, sans doute, cette part de nous-mêmes que le Christ a réveillé du tombeau et qui nous fait nous attacher à lui, irrémédiablement, depuis notre baptême, depuis notre choix de croire
  • mais aussi, cette part de calcul, insensible à la beauté des gestes ou à l'odeur des parfums ; elle se reconnaît si bien dans notre âme : elle nivelle tout et par là trop souvent nous conduit à la ruine
  • et enfin, il y a le pire, le murmure de nos bas instincts qui refusent de croire, qui préfèrent dominer l'histoire plutôt que d'être porté par elle, que de se laisser traverser par le projet de Dieu qui l’habite

Reste l'odeur répandue du parfum par celle en laquelle j'aime reconnaître Marie Madeleine qui sera la fidèle au pied de la croix et premier témoin de la résurrection. Avec elle, que notre journée de ce jour soit marquée par la bonne odeur de l'Évangile.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que %amount après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que %amount après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que %amount après déduction fiscale

Faire un don