Accueil
L'affaire Lactalis
Partager

L'affaire Lactalis

RCF,  -  Modifié le 29 juin 2021
Au programme de cette édition, le scandale du lait pour bébé Lactalis et l'obsolescence programmée chez Apple.
podcast image par défaut

Du lait pour bébé contaminé

Lactalis et le secteur de la grande distribution sont actuellement dans une spirale infernale. Il s'agit d'un scandale sanitaire de premier ordre. Du lait contaminé à la salmonelle a été vendu en grande surface. Plusieurs millions de boîtes de marque Lactalis sont concernées. Plusieurs bébés ont déjà été empoisonnés. Parmi la grande distribution, certaines enseignes ont présenté leurs excuses pour avoir écoulé des boîtes qu'elles savaient contaminées.

Du côté de Lactalis, reste à savoir pourquoi ces boîtes ont été livrées, et pourquoi elles sont passées entre les mailles du filet des contrôles sanitaires. Le patron de Lactalis a été convoqué vendredi matin au ministère de l'Economie, mais rien n'a filtré pour le moment. Jeudi soir, lors d'une conférence de presse, Michel Nalet, le porte-parole de la marque a affirmé, tout en présentant ses excuses, que Lactalis avait appliqué un principe de précaution maximum.

Face à la montée du scandale, l'Etat joue la carte de la rigueur. Le porte-parole de l’entreprise a affirmé qu’il n’y avait pas eu de discordance avec l’Etat. Ce qui n'est pas vraiment de l'avis de Bruno Le Maire. Le ministre de l'Economie a rappelé avoir dû signer lui-même le 9 décembre dernier un arrêté demandant la suspension de la commercialisation des laits infantiles susceptibles d'être contaminés.

Le gouvernement promet en attendant d'établir les responsabilités de chacun. Jeudi, les distributeurs ont ainsi été reçus à Bercy. Pas moins de 2 500 contrôles supplémentaires des services de la répression des fraudes vont être mis en place afin de vérifier que "tous les lots suspects" de produits Lactalis ont été retirés de la vente. A l'heure actuelle, près de 2 000 produits ont été vendus malgré le rappel dans différentes enseignes. Eléments de réponse avec Alain Bazot, de l'UFC Que Choisir.

Apple mis en cause pour obsolescence programmée

Autre scandale de consommation, celui de l’obsolescence programmée. Le sujet prend une nouvelle illustration avec une enquête ouverte contre Apple. Lundi dernier, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire contre Apple pour des soupçons d’obsolescence programmée.

Cela fait suite au scandale des batteries d’iPhone. Le constructeur a reconnu en décembre avoir ralenti ses anciens modèles dans le but de les protéger. De nombreux utilisateurs pensent qu’il s’agit en fait d’inciter à l’achat de nouveaux téléphones. Aux États-Unis, une action de groupe a été lancée.

En France, l’association Halte à l’obsolescence programmée a déposé plainte contre Apple. Une plainte et surtout une enquête, c’est une première en France. La France est le premier pays à avoir pénalisé l’obsolescence programmée dans le cadre de la loi sur la transition énergétique de 2015. 
 
Des mesures existent aussi dans le reste de l'Europe, comme par exemple en Suède. Là-bas, c’est une TVA spéciale qui encourage les consommateurs à s’orienter vers le durable. En juillet dernier, le Parlement européen avait voté à une écrasante majorité un rapport sur la question. Pascal Durand eurodéputé Europe écologie en était l’auteur. Il est l'invité de Décryptage.

 
 

Nous seront avec l’Eurodéputé Pascal Durand  auteur d’un rapport pour le parlement européen sur ces questions.   
 
 

 
Virgule
 
BOB Edouard Philippe
 
C’est fait décision prise mardi par le premier ministre Edouard philippe. Il faudra lever le pied sur le réseau secondaire. 80 km/H désormais.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don