Accueil
Jean-François Besson : "Le Léman Express ne sera pas assez attractif"
Partager

Jean-François Besson : "Le Léman Express ne sera pas assez attractif"

RCF Haute-Savoie,  -  Modifié le 8 avril 2019
Le GTE s'est réuni en Assemblée Générale jeudi à Archamps. L'occasion de réfléchir aux leviers possibles pour faire des frontaliers des "sauveurs d'emploi".

D'ici 2025, près d'1/4 de la population active suisse partira à la retraite. Dans un pays où la natalité est en baisse, le gouvernement hélvète doit chercher de la main d'oeuvre ailleurs que sur son sol. La seule porte d'entrée, ce sont les frontaliers en Haute-Savoie. "C'est la seule solution" indique Jean-François Besson, secrétaire général au Groupement Transfrontalier Européen. Attirer encore davantage de frontaliers, ça n'est pas une mince affaire selon le GTE. "En Haute-Savoie, on est quasiment en situation de plein emploi" explique Jean-François Besson. 

Pire, de plus en plus de travailleurs frontaliers renoncent. Un constat plutôt récent. Face aux temps de transports qui ne cessent de s'allonger, au manque de reconnaissance de la part de certains Suisses vis-à-vis des Français, à des conditions de vie stressantes, le nombre de travailleurs frontaliers venant d'Annecy pourrait connaitre un frein.    

Pour Jean-François Besson, "le Léman Express arrive avec du retard". Livraison prévue décembre 2019. Le secrétaire général au GTE rajoute.  "Côté français, on n'a pas fait les travaux nécessaires pour optimiser ces temps de trajet". Conséquence, "pour ceux qui viennent de plus loin, le Léman Express ne sera pas attractif pour eux". Il craint un report modal finalement moins important qu'annoncé. 

En revanche, pour chercher la victoire, il faut regarder le volet fiscal. Tous les travailleurs frontaliers vont bénéficier d'une exonération de la CSG-CRDS sur les revenus du patrimoine. Une grande victoire pour le Groupement Transfrontalier Européen. Jean-François Besson indique. "Le GTE mettra en place une aide à la constitution du dossier pour les années précédentes à partir de cet automne". 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don