Accueil
"Grande-Synthe : la ville où tout se joue", un documentaire qui appelle à l'engagement
Partager

"Grande-Synthe : la ville où tout se joue", un documentaire qui appelle à l'engagement

Un article rédigé par Florence Gault - RCF,  -  Modifié le 28 septembre 2018
Focus sur un documentaire qui plonge le spectateur dans Grande-Synthe, une ville qui concentre de nombreuses crises : crise migratoire, pollution industrielle, chômage record...
Grande-Synthe : la ville où tout se joue Grande-Synthe : la ville où tout se joue

La ville de tous les maux et de tous les espoirs

Grande Synthe, une commune qui jouxte Dunkerque, dans le Nord de la France. Une ville qui se trouve être un concentré de crises auxquelles l'ensemble de l'humanité devra bientôt faire face. Une ville, enfin,  qui fait l'objet d'un documentaire, qui sortira le 10 octobre prochain au cinéma.

"Grande-Synthe : la ville où tout se joue". Ce documentaire est signé Béatrice Camurat-Jaud. C'est en juin 2015 qu'elle découvre cette ville, à l'occasion de la projection d'une avant-première. Grande-Synthe ne quitte alors plus ses pensées… Au point qu'elle décide de se lancer dans ce film.

Crise migratoire, pollution industrielle, chômage record. Grande-Synthe, la vile de tous les maux mais aussi de tous les espoirs. C'est d'ailleurs l'autre raison qui pousse Béatrice Camurat-Jaud à s'intéresser à Grande-Synthe : son maire, Damien Carême. Un homme qui se retrousse les manches pour inventer l'avenir de sa ville. Humaniste engagé, ferveur militant de l'écologie, il multiplie depuis 2001 les initiatives environnementales et sociales dans sa ville. Sans jamais baisser les bras.
 

Des comédiens à la rencontre des acteurs de Grande Synthe

Dans ce documentaire, Béatrice Camurat-Jaud met en scène des comédiens de la Compagnie des mers du Nord. La réalisatrice en fait des personnages récurrents, fils rouges, qui vont à la rencontre des habitants de la ville. Ils deviennent finalement la voix de nos interrogations, de nos consciences.

Ces comédiens sont allés à la rencontre de ceux qu'on peut appeler des héros du quotidien… Ceux qui s'engagent au quotidien à Grande-Synthe. Dans ce documentaire, il y a notamment une scène très forte, quand ces jeunes rencontrent Sylvie Desjonquères, la directrice d'Emmaüs Dunkerque.

Cette dernière leur raconte avec un franc parler et une certaine gouaille le combat de l'abbé Pierre, comment il a créé Emmaüs, comment les migrants s'impliquent aussi dans l'association, comment elle change leurs vies. Elle invite aussi les jeunes à s'interroger sur leur futur.
 

Inciter les gens à se mettre en mouvement

La réalisatrice du documentaire espère que les spectateurs, après avoir vu son film, auront envie de se mettre en mouvement, même quand la situation est difficile, voire désespérante. Pourtant, quand on regarde ce que fait au quotidien Damien Carême, nos petits pas et nos petits gestes peuvent sembler hésitants, cela peut nous sembler très dur de franchir le cap. Pour le maire de Grande-Synthe, il faut tout simplement se mettre en mouvement. Que ce soit lui en tant qu'élu, ou en tant que citoyen.

Et tout au long de ce documentaire, la musique vient accompagner le message porté par Béatrice Camurat-Jaud qui a choisi les quatre saisons de Vivaldi, recomposé par Max Richter. Une manière d'illustrer les quatre saisons passées par la réalisatrice à Grande Synthe.
 

Toute la programmation de ce documentaire à découvrir sur le site internet www.grandesynthelefilm.com

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don