Accueil
Golden Globe Race: le retour aux sources de la course à la voile
Partager

Golden Globe Race: le retour aux sources de la course à la voile

Un article rédigé par Christian Vadon - RCF,  -  Modifié le 24 juin 2021
3 questions à Golden Globe Race: le retour aux sources de la course à la voile
​Dimanche 1er juillet prochain, 18 skippers de nationalités différentes dont quatre Français s’élanceront depuis le ponton du Vendée-Globe aux Sables d’Olonne pour une toute nouvelle course.
podcast image par défaut

Golden Globe Race, c’est son nom, est une toute nouvelle course à la voile autour du monde, sans escale ni assistance. Cela dit, cette course est la réplique à l’identique de la Golden Globe Challenge de 1968 durant laquelle des marins comme Sir Robin Knox-Johnson ou encore des marins comme Bernard Moitessier se sont illustrés.

Un véritable retour aux sources de la course à la voile pour cette édition anniversaire qui verra s’affronter durant les huit à dix prochains mois des bateaux de 1968 dans des conditions de navigation à l’identique. Au revoir les GPS, adieu le téléphone satellite, et bonjour le sextant et autres instruments oubliés parmi les navigateurs du Vendée Globe. Parmi les Français, un breton, un amateur, Loïc Lepage.
 

Pouvez-vous nous décrire votre bateau ?

"C’est un Nicholson 32 qui comme les autres est un voilier en polyester à quille longue avec le safran sur le bord de fuite de la quille. Sa particularité dans la course, c’est que c’est le plus petit. Il est de 1976" explique le skipper.
 

Vous êtes originaire de Vannes. A quel âge la mer vous a-t-elle pris ?

"Pas très tôt. Je ne suis pas issu d’une famille de marins. J’ai découvert la voile à 21 ans. J’étais instituteur. J’ai navigué avec ma femme, seul, ou avec ma fille dans les années 90. Il y a eu ensuite une assez longue interruption. Et au moment de ma retraite, en 2011, j’ai acheté un bateau pour faire un tour du monde en solitaire. J’avais tout préparé. Mais cela s’est mal fini pour le bateau. J’ai tapé un container en mer, au large de Madère" ajoute Loïc Lepage.
 

En quoi cette course est-elle plus grisante que les autres ?

"Déjà l’esprit de la course me plaît. Un voilier relativement ancien, marin, que l’on peut consolider. Le fait de partir à plusieurs, cela peut être une sécurité également. Contrairement en 2011 où j’étais parti tout seul. Enfin bon…" conclut Loïc Lepage, s’en remettant désormais aux éléments.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Émission 3 questions à © RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
3 questions à

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don