Accueil
Fin de vie : Emmanuel Macron cherche une voie de consensus

Fin de vie : Emmanuel Macron cherche une voie de consensus

Un article rédigé par Pauline de Torsiac - RCF, le 9 février 2024  -  Modifié le 9 février 2024
L'actu chrétienne Fin de vie : les responsables de culte à l'Elysée

Emmanuel Macron a reçu à sa table hier soir une trentaine de personnes pour parler de la fin de vie. Il y avait des médecins, des personnes de la société civile et les responsables religieux. Si Emmanuel Macron n’est pas revenu hier soir sur la méthode et le calendrier du texte, il a apporté des précisions sur les intentions du gouvernement au sujet des soins palliatifs et de l'aide active à mourir. Les explications de Christian Krieger le président de la Fédération Protestante de France au micro de Pauline de Torsiac.

©fin de vie pexels ©fin de vie pexels

Emmanuel Macron a reçu les responsables de culte  à dîner à l'Elysée jeudi 8 Février 2024. En question la fin de vie. Autour de la table, il y avait  aussi des médecins et des personnes de la société civile. Car Emmanuel Macron cherche une voie de consensus avant de dévoiler le contenu du projet de loi.

Emmanuel Macron cherche une voie de consensus sur la fin de vie

Ce dîner à l’Elysée avait été promis par Emmanuel Macron à l’occasion de ses vœux aux responsables des cultes début Janvier. Cérémonie de voeux assez confuse  puisque les responsables religieux avaient cru comprendre qu’Emmanuel Macron avait l’intention de faire deux textes distincts, l’un sur les soins palliatifs, l’autre sur l’aide active à mourir. Ce n’était en fin de compte pas le projet. Alors, si Emmanuel Macron n’est pas revenu ce jeudi 8 Février 2024 sur la méthode et le calendrier du texte, il a apporté des précisions sur les intentions du gouvernement, explique Christian Krieger, le président de la Fédération protestante de France.  “Le chef de l’Etat”, dit il “ a insisté sur une continuité des soins palliatifs dont l’ancrage doit s’inscrire avant la phase terminale d'une existence, dans l'ensemble du monde du soin. Sur le sujet de l’aide active à mourir,  Il a annoncé qu'il envisageait plutôt une continuité avec le cadre législatif actuel. Pour Christian Krieger, Emmanuel Macron ne souhaite pas "une  rupture,  qui serait matérialisée par un nouveau droit ou une nouvelle liberté mais plutôt une  continuité  en ouvrant un possible là où la médecine actuelle touche à ses limites et n'offre pas de réponse à la souffrance d'une personne en phase terminale.

Le développement des soins palliatifs, une priorité pour les responsables religieux

"Ouvrir un possible" sur l’aide active à mourir. Comment cela se traduira concrètement dans la loi. Difficile à dire. Le positionnement des religions lui est  en revanche plus clair sur le sujet. Les responsables de culte sont alignés sur le principe de refuser de donner la mort et  demandent que la loi Claeys Leonetti sur les soins palliatifs soit «vraiment appliquée».Le grand rabbin de France Haïm Korsia  et le président de l’épiscopat Mgr Éric de Moulins Beaufort réclament eux “une aide active à vivre”. Christian Krieger craint lui que le droit à mourir ne se transforme en un devoir de partir. Alors à l’issue de ce dîner à l’Elysée, Christian Krieger est dubitatif. “Le Président de la République tente un exercice d’équilibre”, reconnaît-il.

 Le sujet de la fin de vie est clivant. Personne ne peut dire qu'il n'a pas été entendu mais  je crois que personne ne pourrait dire qu'il a pleinement été entendu. Nous ne nous y retrouvons pas nécessairement, puisque nous avions demandé de séparer deux choses. Il faut d'abord appliquer la loi Claeys  Léonetti et développer une réelle culture de soins palliatifs.

"L’évolution vers une loi autorisant l’aide active à mourir nous paraît inopportune tant que le cadre légal actuellement n'est pas pleinement mis en œuvre”. Emmanuel Macron a promis aux responsables religieux qu’il les consulterait avant de présenter le projet de loi. Le texte sur la fin de vie devrait voir le jour d’ici au mois de Juin.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don