Accueil
Fanny Petitbon: en Syrie, "tout est à reconstruire"
Partager

Fanny Petitbon: en Syrie, "tout est à reconstruire"

Un article rédigé par Christian Vadon - RCF,  -  Modifié le 1 juillet 2021
3 questions à Fanny Petitbon: en Syrie, tout est à reconstruire
​On célèbre le huitième et tragique anniversaire de la guerre en Syrie. Ses conséquences sont désastreuses. 350.000 morts, une moyenne de 170 décès par jour…
podcast image par défaut

En huit ans de guerre, une grande partie des infrastructures sanitaires et énergétiques du pays ont été détruites. Quel impact cela a sur les populations ?

"Tout est à reconstruire. Les hôpitaux ont été la cible d’attaques. Le système de santé est complètement effondré. Les réseaux d’eau et d’électricité sont gravement endommagés. Le carburant est hors de prix. Il y a 11,7 millions de personnes qui sont en attente d’une aide humanitaire dont une grande majorité de femmes. Ce conflit a entraîné l’un des plus importants déplacements de population depuis la seconde guerre mondiale et ce qu’on voit concrètement, c’est que les populations vivent dans des situations catastrophiques. 83% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Il faut absolument que la communauté internationale continue d’aider les Syriens" explique Fanny Petitbon, responsable en France du plaidoyer pour l’ONG Care.
 

Quels sont les besoins concrets ?

"Notamment des distributions alimentaires, d’hygiène, du savon, des kits pour les bébés. Des matelas, des couvertures, des vêtements. Mais c’est aussi le travail avec nos partenaires sur le terrain en améliorant les centres de santé, en améliorant l’accès aux femmes enceintes, qu’elles puissent donner naissance dans des conditions décentes. C’est aussi travailler sur comment on pourrait améliorer la situation au-delà de l’aide humanitaire, en les aidant à améliorer leurs moyens de subsistance : leur permettre de relancer la production agricole, lancer des micro-crédits pour relancer de petites entreprises, pour être un peu moins dépendant de cette aide humanitaire" ajoute-t-elle.
 

Il y a la violence physique, il y a également la violence psychique. Comment est-elle prise en compte ?

"Sur le terrain, Care et d’autres acteurs mettent en place des systèmes de prise en charge pour aider les populations à se remettre de ces traumatismes et notamment auprès des femmes et des filles, qui représentent 72% de la population en Syrie. Beaucoup ont perdu leur père, leur mari, leur frère et leur situation change. Elles deviennent des chefs de famille. Elles ont une responsabilité accrue. Il y a beaucoup de stress, et donc un accompagnement de ces femmes pour leur permettre d’avoir accès à des ressources financières et agricoles pour relancer la production. Et protéger les petites filles, car beaucoup de familles ont recours à des mariages arrangés, pour des filles de 10 et 11 ans, car elles estiment qu’en mariant leur petite fille, elles vont les mettre à l’abri du besoin. Or malheureusement, ce sont des solutions de secours négatives" conclut Fanny Petitbon.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Émission 3 questions à © RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
3 questions à

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don