Accueil
Fabrice Amédéo : un reporter en mer
Partager

Fabrice Amédéo : un reporter en mer

Un article rédigé par Foulques O'Mahony - RCF Vendée,  -  Modifié le 27 février 2017
Deuxième bizuth de ce huitième Vendée Globe après Éric Bellion, Fabrice Amedeo sur Newrest-Matmut a franchi la ligne d'arrivée en onzième position et 103 jours.
Photo Jean-Marie Liot / DPPI / Vendee Globe Photo Jean-Marie Liot / DPPI / Vendee Globe

Le marin est journaliste. Son pari: utiliser ses talents de reporter afin de faire découvrir au grand public la magie de la course au large. Objectif rempli pour le skipper qui a nourri quotidiennement son blog (www.reportersdularge.com) de récits et de belles images, durant les trois mois de cette aventure autour du monde. Le reporter du large y raconte ses doutes pour sa grande première autour du globe, ses réussites sur le plan sportif. Plus simplement il partage les paysages magiques qu'il découvre et livre quelques réflexions sur la lune, ou encore les albatros.
 

Des mots, des photos et ... des vidéos !

Le 7 janvier, Fabrice Amedeo fait sensation. Grâce au cerf-volant qu'il a embarqué, que le marin a pris de la hauteur en profitant de conditions idéales. Il livre aux spectateurs des images inédites vue du ciel de cet endroit du monde. Quelques jours plus tard, le 16 janvier, Fabrice Amédéo franchit le cap Horn. Un moment intense dont il partage l'émotion avec ses lecteurs.

"J'ai vécu un grand moment de ma vie. Il y avait cette lumière violette sur les montagnes de Patagonie, le soleil qui se couchait. J'étais environ à 20 milles du rocher et quand j'ai vu ces montagnes, j'ai pris une claque !"

Fabrice Amédéo

retour dans le dur avant les sables d'olonne

L'anticyclone de Sainte-Hélène arrête le marin dans sa course quelques jours avant son arrivée. Un moment pas évident à gérer pour Fabrice Amédéo qui jusqu'ici s'en est plutôt bien sorti en terme de vitesse, de soucis techniques (il répare sa grand voile et joue les alpinistes plusieurs fois sur son mât). 

"J'ai eu zéro nœud de vent pendant des heures, moralement ça devenait la torture"

Fabrice Amédéo

S'en suit des problèmes de repas. Fabrice Amedeo n'ayant pas embarqué suffisamment de nourriture, il commence à se rationner et ne peut plus manger trois repas quotidiens. Il évite de justesse la collision avec un cargo. Une ultime frayeur avant la ligne d'arrivée aux Sables-d'Olonne. En posant le pied à terre, Fabrice Amedeo prouve que la course au large est à la fois un sport de haut niveau et une aventure qui fait rêver le public.
 

Retrouvez un extrait de la réaction de Fabrice Amédéo après son arrivée :

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don