Accueil
En hiver, les bonnes pratiques pour se chauffer au bois
Partager

En hiver, les bonnes pratiques pour se chauffer au bois

Un article rédigé par Magali Santulli - RCF Lorraine Nancy, le 6 septembre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
3 questions à En hiver, les bonnes pratiques pour se chauffer au bois

Face à la flambée du prix des énergies, de nombreux Français se chaufferont davantage avec leur cheminée ou leur poêle à bois cet hiver. Mais en période hivernale, le chauffage au bois est le principal émetteur de particules fines. C’est dans ce contexte qu’un Plan Chauffage au Bois a été lancé par le gouvernement. Il consiste à réduire de 50% d’ici à 2030 les émissions de polluants de chauffage au bois domestique.

 

En hiver, le chauffage au bois est le principal émetteur de particules fines. En hiver, le chauffage au bois est le principal émetteur de particules fines.

 

Renouveler les appareils de chauffage au bois des particuliers pour un meilleur rendement et moins d’émission de polluants ; c’est l’un des objectifs du Plan Chauffage au Bois mis en place l’année dernière par le gouvernement. “En hiver, le chauffage au bois est le principal émetteur de particules fines, notamment les PM2.5, explique Agathe Schloesser, chargée de mission Bois Énergie chez Fibois Grand Est. D’où le lancement de ce plan du gouvernement".

 

Renouveler les appareils de chauffage des particuliers 

Le Plan Chauffage au Bois consiste à réduire de 50% d’ici à 2030 les émissions de polluants de chauffage au bois domestique. Il incite les particuliers à renouveler leur ancien appareil de chauffage au bois, c’est-à-dire les foyers ouverts et les appareils datant d’avant 2002. “Cette action vise notamment les villes qui sont sous un Plan de protection de l’atmosphère. Dans le Grand Est, Strasbourg, Reims, Metz et Nancy sont concernées”. Ces villes sont éligibles au Fonds Air Bois. “Cela leur permet d’avoir des subventions et de les distribuer aux particuliers qui souhaitent renouveler leur appareil". 

 

Se chauffer au bois : quelles sont les bonnes pratiques ? 

A travers son Plan Chauffage au Bois, le gouvernement diffuse des conseils d’utilisation aux particuliers. “Pour se chauffer au bois, il faut être en possession d’un appareil performant. Lorsque l’on veut remplacer son ancien appareil, on peut le remplacer par un autre labellisé Flamme Verte 7*. C’est l’assurance d’un produit de qualité. Il est recommandé de le faire installer par un professionnel labellisé Reconnu Garant de l'Environnement”. L’appareil doit être correctement dimensionné par rapport à la taille de l’habitation. Il doit également être bien entretenu, avec un ramonage obligatoire tous les ans. Le bois utilisé doit être sec, c’est-à-dire avec un taux d’humidité inférieur ou égal à 23%. “Cela permet une combustion plus performante, mais aussi plus économe. Combiner un appareil performant et du bois de qualité permet de diminuer sa consommation de bois par deux”. Il est également recommandé d’utiliser la technique de l’allumage par le haut et de s’assurer que l’apport d’air est suffisant. 

 

Une nouvelle réglementation sur la vente de bois de chauffage 

Dans le cadre du Plan Chauffage au Bois, un décret est entré en vigueur au 1er septembre 2022. Il oblige les professionnels à indiquer précisément sur les factures la nature du bois vendu : essence, longueur, taux d’humidité, etc. L’affichage du taux d’humidité doit s’accompagner de la mention “prêt à l’emploi” ou bien “à sécher avant emploi'', avec des recommandations sur le temps de séchage. “Ces informations doivent également apparaître sur le site internet du professionnel ou sur le lieu de vente”. Les professionnels sont aussi tenus d’informer le client sur les bonnes pratiques concernant le chauffage au bois. "A partir de septembre 2023, un arrêté les obligera à commercialiser tous leurs lots de moins de deux mètres cube avec uniquement du bois prêt à l’emploi”

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don