Accueil
Droits TV du foot français : le pire était à venir, finalement tout le monde respire !
Partager

Droits TV du foot français : le pire était à venir, finalement tout le monde respire !

Un article rédigé par Alexis Claude-Reitz - RCF Reims-Ardennes,  -  Modifié le 5 février 2021
Alors qu'on se dirigeait tout droit vers un fiasco à l'heure où le football français traverse la plus grande crise financière de son histoire, Canal + revient en héros pour la fin de saison.
Fichier LFP. Fichier LFP.

Elles sont désormais loin les promesses de l'été où les droits TV du football français allaient rapporter gros. Un accord sur la période 2020-2024 à 1,231 milliard d'euros l'année pour diffuser la Ligue 1 et la Ligue 2, pour l'ensemble des lots diffusés par Canal +, BeIn Sports, Free, et surtout Médiapro dont à lui seul le deal dépassait les 828 millions d'euros annuels. L'idylle a pris fin à l'automne quand le diffuseur espagnol n'a pas réglé un deuxième versement prévu en octobre. Et c'est finalement pendant l'hiver que le divorce a été consommé lorsque Médiapro n'a pas versé non plus une troisième traite planifiée en décembre. Rapidement une conciliation entre la Ligue de Football Professionnel et la société de Jaume Roures est enterrinée par le tribunal administratif de Nanterre et la LFP peut alors "récupérer la pleine jouissance des droits détenus préalablement par Mediapro Sport France" comme elle l'indiquera dans un communiqué. Mais qui pour diffuser ? Et surtout... Qui pour payer désormais ?
En janvier démarre une partie de poker entre la LFP et les diffuseurs potentiels prêts à acquérir les droits, notamment Canal +, diffuseur historique du championnat de France de football. La ligue dirigée par Vincent Labrune, souhaite lancer un nouvel appel d'offres pour les 3 ans et demi à venir pour revendre les droits du foot français lâchés par Médiapro. Seulement, Maxime Saada, président du directoire du groupe Canal + ne l'entend pas de cette oreille et souhaite lui aussi rendre le lot préalablement acquis par Canal expliquant que le prix auxquel il avait été acheté ne correspond plus au produit. La chaîne estime être victime d'un traitement inéquitable et saisit le 25 janvier le tribunal de commerce de Paris pour contester la consultation de marché qu'elle estime anticonccurentielle. Ce lundi 1er février, les diffuseurs intéressés par l'appel d'offres, parmi lesquels Amazon, Discovery, et DAZN pour les pistes les plus crédibles, se présentent à la LFP. Les diffuseurs traditionnels : C+, Bein, Altice, ne viennent pas. Les enchères n'atteignent pas le prix de réserve. La ligue se laisse alors 48 heures pour réfléchir.
On est en apnée. Que va devenir le foot français sans les recettes des droits TV ? On se dirige tout droit vers des discussions de gré à gré, auxquelles Canal + ne voudrait pas participer. Seulement, jeudi 4 février en début de soirée, la nouvelle tombe ! Canal + vient de sauver ce qu'il pouvait encore l'être du football français en s'offrant les droits exclusifs de la Ligue 1 et de 80% de la Ligue 2 à partir de la 25e journée (13 et 14 février), jusqu'à la fin de saison 2020-2021 soit 14 journées de championnat. Une opération qui s'est faite en coulisses dont le montant avoisinerait les 200 millions d'euros. La Ligue devrait donc récupérer cette saison 670 millions d'euros de revenus de droits TV, soit une baisse de presque 50% sur ce qui était prévu à l'origine avec Mediapro, un moindre mal.

Et si finalement dans cette affaire, et avec cet accord tout le monde sortait gagnant ?
Le premier gagnant est le football français ! Il va continuer à être diffusé ! Il va toucher des revenus. Certes nettement inférieurs à ceux espérés intialement mais qui pour cette saison sont tout de même supérieurs aux 602 millions d'euros perçus en 2018/2019 par exemple, et pas sûr que qualitativement le championnat de France ait progressé depuis, malgré la fin de saison haltante qui nous attend où la suprématie nationale du Paris Saint-Germain est menacée par Lille et Lyon qui enchainent les bonnes performances. Et même si Neymar devrait prolonger pour 4 ans au PSG, les seules stars parisiennes ne justifient pas des droits TV exponnentiels pour notre championnat. Vincent Labrune et la LFP ne s'en sortent pas si mal. Les présidents de clubs semblent satisfaits. Joueurs et entraîneurs aiment aussi la collaboration avec la chaîne Canal comme en témoigne le coach rémois David Guion.

Le deuxième gagnant est le groupe Canal +. Diffuseur historique du championnat de France, Canal dispose pour les prochains mois de l'intégralité de la Ligue 1 ce qui n'était plus arrivé depuis 2008. Si Canal a secrétement bien mené sa barque pour décrocher les droits, l'annonce de la diffusion sur la chaîne cryptée du 100e classique de l'histoire entre l'Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain ce dimanche 7 février 21 heures, bien avant l'annonce de négociations abouties, aurait pu mettre la puce à l'oreille que les discussions entre Vincent Labrune et Maxime Saada n'étaient pas rompues.
Le troisième gagnant est le téléspectateur. Perdu entre les différents canaux de diffusion, avec des matchs étalés sur plusieurs diffuseurs, jusqu'au 23 mai 2021 c'est clair, la Ligue 1 c'est sur Canal + que ça se passe. En revanche, les matchs de Ligue 2 pourraient être sous-licenciés à la chaîne qatarie Bein sports.

Dans l'histoire, il y a quand même deux grands perdants. D'un côté, les abonnés de la chaîne Téléfoot qui bien souvent sont engagés sur un an et vont voir la diffusion stoppée nette avec des modalités de remboursement encore flou. De l'autre côté, les salariés du groupe Médiapro, journalistes, techniciens, entre autres, parfois critiqués par certains pour avoir rejoint la chaîne, mais qui avaient l'envie de vivre le challenge de lancer un nouveau média. Aujourd'hui l'aventure tourne court. Nombreux d'entre eux vont se retrouver au chômage. On ne peut que leur souhaiter de rebondir. Et vite !

Et maintenant ? Si on est fixé pour la fin de saison 2020-2021. Il faut prévoir l'avenir. Avec un nouvel appel d'offres qui devrait s'étaler sur 3 saisons, la période 2021-2024. A voir où mènera le bras de fer toujours engagé entre la Ligue et Canal + sur le lot que voulait rendre la chaîne cryptée pour définir si l'appel d'offres sera global ou partiel. Cependant la LFP aurait tout intérêt à accepter la requête de Canal + qui se placerait certainement ensuite dans la course parmi les candidats à l'achat des droits. Ce qui permettrait aussi à la Ligue de revoir l'organisation de ses lots et pourquoi pas adapter son offre à la demande des nouveaux intéressés qui ont pointé le bout de leur nez début février, à savoir Amazon, DAZN, et Discovery, et ainsi empocher une coquette somme. Affaire à suivre...

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don