Accueil
RCF Dissolution de l'Assemblée nationale : une semaine politique mouvementée en Bretagne

Dissolution de l'Assemblée nationale : une semaine politique mouvementée en Bretagne

Un article rédigé par Julie Rolland - RCF Bretagne, le 13 juin 2024  -  Modifié le 14 juin 2024

Après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale et l'organisation de nouvelles élections législatives, la semaine a été mouvementée notamment pour les partis politiques, avec son lot de conséquences et d'interrogations en Bretagne.

© geralt © geralt

La décision soudaine du président de la République de dissoudre l’Assemblée nationale et de convoquer les électeurs, dans trois semaines, a suscité une réelle inquiétude chez de nombreux maires. Dans un communiqué de presse, publié lundi 10 juin, l’association des maires de France alerte sur les difficultés d’organisation des scrutins législatifs des 30 juin et 7 juillet prochains.

Murielle Muret-Baudouin, maire de Noyal-sur-Vilaine et présidente de l’association des maires et des présidents d’intercommunalités d’Ille-et-Vilaine :

Murielle Muret-Baudouin, maire de Noyal-sur-Vilaine, présidente de l’association des maires et des présidents d’intercommunalités d’Ille-et-Vilaine

Vers la construction d'un nouveau front populaire à gauche

Au-delà de l'organisation même du scrutin, les tractations ont commencé dans les différents partis. À gauche, former une union, dessiner un front populaire commun, c'est ce à quoi on s'est attelé. Dès lundi 10 juin durant l'après-midi, la France Insoumise, le PS, Europe Ecologie les Verts et le Parti communiste se sont retrouvés.

S’unir oui mais derrière qui ? La France Insoumise compte le plus de députés mais c’est la liste PS/Place publique de Raphaël Glucksmann qui, à gauche, a le plus rassemblé dimanche lors des élections européennes. Que faire?

La réponse de Mickaël Bouloux, député socialiste de la 8e circonscription d’Ille-et-Vilaine :

Mickaël Bouloux député socialiste de la 8e circonscription d’Ille-et-Vilaine

Rapprochement avec le Rassemblement national : le séisme chez les Républicains

À droite, le séisme est venu mardi 11 juin, d'Eric Ciotti, le patron des Républicains. Il a fait part en direct à la télévision de sa volonté d'alliance avec le Rassemblement National pour ces élections législatives à venir. Dès mercredi, le bureau politique LR a décidé à l'unanimité de l'exclusion de son président.

Désormais, pour les candidats LR, comment faire campagne, porter un programme, une ligne après cette tornade ?

Félix Briant est candidat sur la 5e circonscription du Finistère et délégué départemental des Républicains. Il prône un bloc, une unité du parti pour ces législatives.

Félix Briant candidat LR de la 5e circonscription du Finistère

Pas d'union RN/LR en Bretagne

L’accord passé entre Jordan Bardella et Eric Ciotti ne se traduira pas sur le terrain en Bretagne. Pas de candidature d’union dans notre région a annoncé Gilles Pennelle, conseiller régional de Bretagne, directeur général du Rassemblement national et nouveau député européen.

Plusieurs tenors LR en Bretagne affirment, eux, leurs volontés d’avoir un maximum de candidats dans les circonscriptions.

De son côté, Reconquête Bretagne plaide pour l’union des droites. Le mouvement politique ne présentera pas de candidats en Bretagne. Franck Chevrel, le coordinateur régional du parti d'Eric Zemmour déclare "que le camp national doit se rassembler et former un véritable bloc face au danger que représentent le front populaire et la macronie [...]. Nous ne devons pas porter une candidature qui diviserait notre camp et ne ferait qu’affaiblir cette nécessaire union".

Emmanuel Macron s'invite dans la campagne

Nouvel épisode de cette semaine politique animée : mercredi, avec la conférence de presse organisée par Emmanuel Macron. "Il faudra gouverner différemment avec respect, avec calme, au service du pays" a expliqué le président de la République.

En réponse à l'extrême droite, il a promis de réduire l'immigration illégale et de faire preuve de plus de fermeté notamment contre les violences des mineurs. Il a également assuré que le pouvoir d'achat serait également au centre de ses préoccupations. Il a aussi appelé à "construire un projet nouveau avec des sociaux-démocrates, des écologistes, des radicaux, des démocrates-chrétiens et des gaullistes."

Comment les députés sortants de la majorité présidentielle ont-ils perçu cette intervention ?

Réaction d'Eric Bothorel, député de la majorité présidentielle de la 5e circonscription des Côtes-d'Armor.

Eric Bothorel, député de la majorité présidentielle de la 5e circonscription des Côtes-d'Armor
Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don