Accueil
Délocaliser le gouvernement espagnol à Barcelone: "une main tendue", estime Benoît Pellistrandi
Partager

Délocaliser le gouvernement espagnol à Barcelone: "une main tendue", estime Benoît Pellistrandi

Un article rédigé par Christian Vadon - RCF,  -  Modifié le 29 juin 2021
3 questions à Délocaliser le gouvernement espagnol à Barcelone: une main tendue, estime Benoît Pellistrandi
​Barcelone est en effervescence. Le gouvernement a décidé d’y délocaliser son Conseil des ministres. Un geste d’ouverture pour les maintiens de la région dans le giron espagnol.
podcast image par défaut

Une décision qui secoue en revanche le milieu indépendantiste qui y voit une véritable provocation, à l’heure où plusieurs leaders séparatistes, dont d’anciens ministres, sous toujours sous les verrous.
 

Pourquoi le gouvernement espagnol a décidé de se délocaliser à Barcelone ?

"C’est une main tendue à la Catalogne et aux Catalans. L’objectif du gouvernement Sanchez est de faire baisser la tension en Catalogne, et donc de normaliser les relations entre l’exécutif national et les autorités régionales. Mais plus encore, entre la Nation et les Catalans" explique Benoît Pellistrandi, historien, spécialiste de l’Espagne contemporaine.
 

Aujourd’hui, qui gère quoi en Catalogne ?

"Le gouvernement régional issu des élections du 21 décembre 2017 est en fonction. Il a la plénitude de ses pouvoirs. La seule chose, c’est qu’il n’a aucun agenda politique, et il se contente de gérer les affaires courantes avec difficulté. Quant au gouvernement espagnol de Pedro Sanchez, il a une énorme difficulté, celle de faire passer un budget pour l’année 2019. Nous avons deux exécutifs paralysés l’un et l’autre pour des raisons différentes, avec une assise parlementaire tout à fait différente" ajoute-t-il.
 

Quelles peuvent être les perspectives d’avenir pour les indépendantistes catalans ?

"Ils sont extrêmement divisés entre eux. Ils sont obligés de maintenir une unité de façadecar ils ont le sentiment que sinon, l’électorat leur tournera le dos. Mais entre les indépendantistes, il y a une rivalité pour savoir qui capitalisera finalement cette minorité importante d’indépendantistes pour savoir qui construira la suite du projet. La prochaine échéance ce sont les municipales du 26 mai prochain, qui seront importante au-delà du cas de Barcelone. Il y a là un enjeu important pour les indépendantistes. A plus long terme, il faut essayer de trouver une solution à ce qui a été plus qu’une crise entre l’Espagne et la Catalogne, la menace d’une rupture" conclut Benoît Pellistrandi.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don