Accueil
Compliment pour tous !
Partager

Compliment pour tous !

RCF,  -  Modifié le 1 mars 2019
Chaque jour Jean Pruvost décrypte un mot en lien avec l'actualité.
podcast image par défaut

Une Journée internationale des compliments, quelle belle idée. Compliments à ceux qui l’ont lancée, en 2003 au Pays Bas, pour en faire la journée "la plus positive dans le monde". Tout part d’un constat : l’être humain a besoin de reconnaissance. Et c’est bien qu’il y ait déjà la Journée mondiale de la gentillesse, celle de la courtoisie au volant et celle des câlins. Alors, qu’abondent aujourd’hui les compliments qui font du bien… Même si ce n’est pas une initiative française…

Le mot est issu de l’espagnol complimiento, attesté depuis le XIIIe siècle, issu de l’expression espagnole cumplir con alquien, être poli envers quelqu’un. On y retrouve tout de même à l’origine le latin complere, accomplir, avec l’idée d’abondance. Le mot espagnol complimiento est ensuite passé en Italie au XVIe siècle sous la forme complimento, que nous avons emprunté au début du XVIIe. En réalité, vers 1566, on reprenait le mot italien et on faisait son complimento, c’est-à-dire qu’on rendait une visite de courtoisie à un personnage officiel. Ce n’est qu’en 1608 qu’on atteste du compliment en tant que "paroles élogieuses adressées à quelqu’un", d’où "faire son compliment", en vers ou en prose lors d’une cérémonie.

Et de fait lorsque nous avons évoqué la mode, j’aurais pu citer cet extrait du Dictionnaire de  Furetière : "Les compliments ne sont plus à la mode que chez les Provinciaux" ! C’est que le compliment représentait aussi alors un genre littéraire ainsi défini : "petite harangue qu’on fait à des personnes de marque, quand elles passent dans quelque ville, ou en quelques occasions notables" avec cet exemple : "Ce Prince n’a pas voulu de harangue, il s’est contenté c’un simple compliment". Et Furetière d’évoquer alors les excès des courtisans.

"Les Courtisans ne sont point chiches de compliments" écrit-il en ajoutant : « ce seroit une grande commodité de bannir les compliments ». D’évidence, il fut un temps où l’on en abusa. Attention, existaient aussi autrefois les "compliments de condoléance". "Louis XIV a envoyé un Ambassadeur à un Prince pour le complimenter sur la mort de sa femme" lit-on au XVIIe. Voilà qui aujourd’hui serait un compliment adressé à un assassin ! Alors, c’est formidable de réhabiliter le compliment, le beau compliment gentil et sincère. Eh bien nous les adressons sincères et chaleureux à nos auditeurs si fidèles.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don