Accueil
Clément Huber, un peu plus près des étoiles
Partager

Clément Huber, un peu plus près des étoiles

Un article rédigé par Violaine Rey - RCF Isère,  -  Modifié le 12 janvier 2022
3 questions à (Isère) Clément Huber, un peu plus près des étoiles

En juin dernier, l’Agence Spatiale Européenne lançait un appel à candidatures pour recruter les astronautes de demain. 
Une lourde sélection plus tard, un Isérois est toujours en lice et participe aux phases de tests de l’ESA : Clément Huber.

RCF Isère RCF Isère

Un rêve de gamin réalisé à l'aube de ses 30 ans

Si avant de postuler auprès de l'ESA, Clément Huber s'est tourné vers la robotique et l'armée de réserve (voir biographie en bas de page), sa passion pour l'espace ne l'a jamais quitté. "C'est un rêve de gamin qui a été immédiatement ravivé avec l'appel à candidature" confie-t-il "quand je fais le tour de ce que je suis devenu, être astronaute, ce serait faire la synthèse de ce à quoi j'aspire, me réaliser complètement".

En juin dernier, il dépose donc sans hésitation son dossier, le fruit d'un travail d'un mois qui, en quelques lignes, doit convaincre la commission de l'embarquer dans l'aventure. C'est en novembre que la bonne nouvelle arrive, 22 000 candidats venus de partout en Europe ont postulé, il fait partie des 1 500 profils sélectionnés. 

 

A Hambourg, le dur du travail a commencé

22 000 candidats, 1 500 participants aux phases de test... Ils ne seront que 4 à 6 élus en septembre prochain à l'issue des examens réalisés par l'Agence Spatial Européenne.

Les épreuves ont déjà commencé, Clément s'est rendu lundi dernier à Hambourg, en Allemagne pour se soumettre aux tests psychotechniques : "L'objectif de ces tests, c'est dévaluer les capacités cognitives des candidats, cela vérifie une condition qui est nécessaire, mais pas suffisante" rappelle l'Isérois. 

Et pour cause, à l'annonce des résultats, en janvier, 300 profils continueront leur parcours, les autres seront remerciés. L'ESA testera ensuite les capacités humaines et sociales, l'intelligence de situation, le travail en équipe et la condition physique de chacun, notamment. Une poignée de candidats intégrera la prestigieuse agence, une vingtaine d'autres, l'équipe de réserve.

"Ce n'est pas le moment de faire des plans sur la comète" temporise Clément, la route est encore longue mais de retour en Isère il ramène d'Hambourg le sentiment du travail bien fait et l'espoir de figurer parmi les heureux élus.

 

Une histoire de partage

Au-delà de la performance, Clément Huber partage et documente son parcours pour témoigner auprès de la jeune génération. A l'instar d'un Thomas Pesquet, l'Isérois espère que son histoire provoquera des vocations. 

Si plus jeunes, les enfants se rêvent souvent astronautes, peu d'entre eux poursuivent dans cette voie qui semble souvent bien bouchée. "Moi, j'ai longtemps cru que ce rêve était impossible, aujourd'hui, il est tout à fait possible, je veux les aider à sortir de leurs zones de confort, à donner un sens à leur vie, à trouver leur place dans la société".

 

Clément Huber
1992. Naissance
2010. Baccalauréat scientifique
2012. Classe préparatoire en ingénierie
2016. Diplôme d'ingénieur généraliste
2021. Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr
 
Emplois
2017 - 2019. Navya Group
2021 - Aujourd'hui. Diabeloop
2021 - Aujourd'hui. Officier de réserve
 
Autres compétences : pilote, plongeur, alpiniste, Space Ambassador CNES, plurilingue. 

 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don