Accueil
Chronique EDC
Partager

Chronique EDC

RCF,  -  Modifié le 24 septembre 2019
La bioéthique comprend aussi le débat sur la fin de vie, et aujourd'hui, la question ambiguë de la prolongation de la vie

Dans les débats éthiques actuels que fait naître la société technologique, comme le Frère Hervé Ponsot,  je suis convaincu que cette aspiration à l’immortalité a une place de choix chez de nombreux protagonistes, sans qu’elle ne soit ni nommée, ni avouée.

J’en veux pour preuve indirecte une réflexion de Jean-Louis Touraine, à l’assemblée nationale : « Il n’existe pas de droit de l’enfant à avoir un père ».
Sans se soucier ni du bien commun, ni de l’enfant, Jean Louis Touraine défend l’extension de la PMA sans père qui signe la disparition du père non pas comme un « aléa » de la vie, mais comme une volonté première d’un couple voire d’une  personne seule : Or ce sont là deux situations très différentes qui génèrent notre opposition.  

 
Une position anti-progrès technologique ?

Je suis rempli d’espérance envers le progrès, l’innovation et la co-création.

Mais ne soyons pas naïfs, il importe de se rendre compte que les possibilités offertes par la technologie sont utilisées délibérément par un certain nombre pour supprimer toute référence originaire au père.

Ce qui est souhaité mais non avoué, c’est qu’en supprimant la référence au Père sur le plan familial, on supprime tranquillement la référence au Père avec un grand P, autrement dit à Dieu : l’être humain est alors vu comme une construction personnelle et autonome, dès son origine et tout au long de sa vie. Jusqu’à sa mort, et même au-delà.

Certains gourous richissimes, au lieu de partager leur richesse investissent ardemment les questions du transhumanisme pour mettre fin à la fin et à toute référence divine. Je pense qu’il faut réagir, se lever et se mobiliser pour ne pas laisser émerger une nouvelle anthropologie qui ne respecte pas la condition humaine naturelle.    
 
 

Faire entendre une position partagée sans être caricaturé

En effet, évitons toute position trop défensive car trop facile à caricaturer comme conservatisme dépassé. Redonnons de la perspective et de la vision qui réveillent l’indifférence des bons. Réveillons en chacun le sens du beau, de l’émerveillement et emparons nous des enjeux de l’écologie et de la création d’un monde nouveau.  Il sera alors plus facile de parler de l’unicité de chaque être humain voulu à l’image de Dieu. 

Osons parler clairement de la vie éternelle et réveillons la conscience spirituelle des personnes bienveillantes car se savoir appelé à la vie éternelle doit changer toute leur vie.     

Chers auditeurs, emparons-nous avec éthique des nouvelles technologies, développons notre intelligence et nos talents, car la société a besoin de nous pour co-construire un monde nouveau, humain et moderne. Réveillons et interpelons les nombreuses personnes de bonne volonté qui essaient désespérément de se sauver elles-mêmes et évitons leurs de sombrer dans le narcissisme. En effet, c’est dans l’altérité et l’ancrage en Christ que nous serons pleinement nous-mêmes et que découvrirons le beau projet terrestre et la belle demeure céleste que le Père a préparé pour chacun de nous.    
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don