Accueil
Beaupréau-en-Mauges invite trois jeunes médecins ce week-end pour les convaincre de venir s'y installer
Partager

Beaupréau-en-Mauges invite trois jeunes médecins ce week-end pour les convaincre de venir s'y installer

Un article rédigé par Marion Bastit - RCF Anjou - RCF Anjou,  -  Modifié le 27 septembre 2019
Trois jeunes médecins sont invités pour un week-end au château de La Morinière, à Beaupréau-en-Mauges. Objectif : les convaincre de s'y installer, car la commune manque de médecins.
Grâce à un clip posté sur internet, Beaupréau-en-Mauges fait venir trois jeunes médecins ce week-end au château de la Morinière. Grâce à un clip posté sur internet, Beaupréau-en-Mauges fait venir trois jeunes médecins ce week-end au château de la Morinière.

Les 28 et 29 septembre, trois médecins vont venir passer le week-end, tous frais payés, au château de la Morinière, à La Jubaudière. Ce séjour leur est offert par la commune nouvelle de Beaupréau-en-Mauges. Objectif : leur montrer le territoire pour les convaincre de venir s’y installer.

Depuis cet été, Beaupréau-en-Mauges manque de généralistes. En l’espace d’un mois, cette commune nouvelle a perdu deux médecins : celui d’Andrezé est décédé et celui de La Jubaudière a décidé de fermer son cabinet. Deux mois plus tard, ils ne sont toujours pas remplacés et le manque se fait sentir.

"Arrêter l'effet boule de neige"

« Ils avaient environ 2 000 patients chacun, donc ça fait 4 000 patients qui doivent aller trouver un autre médecin, donc tout se reporte sur les médecins de Beaupréau-en-Mauges et des communes périphériques, explique Franck Aubin, maire délégué de La Jubaudière. C’est un surcroît de travail pour tous les autres médecins. Ce que l’on souhaite, c’est arrêter l’effet boule de neige. »

En effet, c’est l’épuisement qui a fait jeter l’éponge au médecin de La Jubaudière, bien avant l’âge de la retraite. Aujourd’hui, il ne reste que dix médecins pour les 24 000 habitants de Beaupréau-en-Mauges. La commune nouvelle essaie donc de faire venir du sang neuf. Après une chaîne humaine de 700 personnes, à Jallais en juillet, elle a tourné un clip, mis en ligne fin août, pour présenter le territoire et séduire les médecins.

« Huit jours après, il y avait 24 000 vues, donc ça a un peu fait le buzz, raconte Franck Aubin. L’idée était de pouvoir capter quelques candidats. » Trois jeunes médecins de l’Ouest ont répondu à cet appel. Deux viennent de terminer leur internat, la troisième exerce déjà. Ils vont venir passer le week-end au château de la Morinière pour découvrir Beaupréau-en-Mauges.

"Un territoire éminemment dynamique"

« On va leur faire découvrir à la fois les outils (les trois maisons de santé), à la fois les collègues avec lesquels ils travailleront demain, mais aussi tous les services : équipements culturels, sportifs, scolaires, explique Franck Aubin. Puisque quand vous arrivez, vous arrivez potentiellement aussi avec votre famille, ou demain vous fondez une famille. »

« Souvent, on prend les territoires ruraux pour des territoires un peu désertiques, alors que nous, on peut quasiment parler de plein emploi, souligne Franck Aubin. C’est un territoire éminemment dynamique, donc on veut dire à leurs conjoints qu’en venant sur ce territoire, ils ont aussi potentiellement la possibilité de venir y travailler. »

Des médecins salariés ?

S’ils cèdent au charme des Mauges à l’issue de ce week-end, les médecins pourront s’installer tout de suite dans l’une des trois maisons de santé de la commune nouvelle, à Gesté, Beaupréau ou Jallais.

Pour les convaincre de venir, la commune se dit prête à réfléchir à plusieurs solutions, dont le fait de les embaucher comme salariés, comme c’est le cas à Saumur, depuis mars dernier, ou de leur proposer d’être salariés d’un autre médecin déjà présent. Ces différentes options seront discutées pendant le week-end.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don