Accueil
Anne-Laure Blin: "les collaborateurs parlementaires ont beaucoup de mal à travailler sereinement"
Partager

Anne-Laure Blin: "les collaborateurs parlementaires ont beaucoup de mal à travailler sereinement"

Un article rédigé par Florence Gault - RCF,  -  Modifié le 19 juin 2018
​Depuis une semaine, des voix s’élèvent pour dénoncer le rythme de travail effréné à l’Assemblée nationale.

Les séances de nuit, les dimanches travaillés qui s’enchaînent, les députés mais aussi leurs collaborateurs parlementaires expriment leur stress, leur fatigue et leur ras-le-bol. C’est le cas d’Anne-Laure Blin, la collaboratrice parlementaire de Jean-Charles Taugourdeau, député LR du Maine-et-Loire, présidente de l’Association française des collaborateurs parlementaires.
 

Vous vous êtes exprimée récemment pour dire que le rythme à l’Assemblée nationale était infernal. Est-ce vraiment le cas ?

"Ce qui est sûr, c’est que l’exécutif qui met les textes à l’ordre du jour du Parlement, a sollicité fortement les parlementaires ces dernières semaines. Aujourd’hui on assiste à un véritable embouteillage de textes législatifs et effectivement on a l’examen d’un certain nombre de textes importants qui se chevauchent. Au point que les parlementaires, les collaborateurs, ont beaucoup de mal à travailler sereinement" explique Anne-Laure Blin.
 

Avez-vous l’exemple de textes de loi qui ont été mal travaillés à cause de ce problème ?

"C’est un problème très général. Il y a des coquilles qui apparaissent dans les textes de loi mais c’est surtout une accélération du rythme qui fait que vous devez rédiger en même temps des amendements, des textes ou des prises de position sur différents projets de loi qui sont très importants" ajoute la collaboratrice parlementaire.

Est-ce vraiment si différent depuis le début du quinquennat Macron ?

"Le problème c’est que ça va de mal en pis. L’exécutif d’aujourd’hui veut faire passer beaucoup de textes en très peu de temps en embouteillant l’ordre du jour de l’Assemblée. Il y a toujours eu des périodes un peu denses. Mais ce qui est certain, c’est que la manière de fonctionner, contrairement aux promesses de campagne, n’a pas du tout évolué" conclut Anne-Laure Blin.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don