Accueil
Accenture vise les 500 collaborateurs à Brest dans les deux ans à venir
Partager

Accenture vise les 500 collaborateurs à Brest dans les deux ans à venir

Un article rédigé par Ronan Le Coz - RCF Finistère, le 13 novembre 2023  -  Modifié le 9 janvier 2024

Accenture, groupe mondial de conseil en transformation numérique, s'est installé à Brest il y a un an. Le groupe y compte déjà une centaine de salariés, et il devrait atteindre les 500 collaborateurs dans les deux ans qui viennent.

Olivier Girard, président d'Accenture pour la France et le Benelux, à Brest, le 10 novembre 2023 - © Ronan Le Coz Olivier Girard, président d'Accenture pour la France et le Benelux, à Brest, le 10 novembre 2023 - © Ronan Le Coz

« On avait dit au bout d'un an qu’on serait une centaine, et on est effectivement une centaine... C'est un premier point d'étape dont on est assez fier ! », se félicite Olivier Girard, le président d’Accenture pour la France et le Benelux. A la suite du sommet Choose France, qui s'est tenu à Paris l'année dernière, Accenture, groupe mondial de conseil en transformation numérique, avait annoncé la création d'un nouveau centre d'innovation et de développement technologique à Brest. Ouvert il y a tout juste un an, il compte déjà une centaine de salariés, dont 47 femmes et 40 personnes en reconversion professionnelle. L'objectif du groupe, confirmé lors de cet anniversaire, est d'atteindre les 500 collaborateurs dans les deux ans qui viennent.

Fidélité à la région

A Brest, tous les métiers de la technologie sont représentés : du « cloud »  au développement, en passant par l'architecture, l'analyse fonctionnelle, la gestion de projet… « Les secteurs d'activité sont la banque, l'assurance, l'automobile, le service public, et on va continuer à se développer », assure Olivier Girard. « L’objectif est maintenu d'atteindre la jauge de 500 personnes dans deux ans. A Brest, il y a une qualité de diplômés remarquable : 30 000 étudiants, dont 4 à 5 000 dans la tech, et il y a une fidélité, une loyauté à la région, qui va bien avec notre esprit de long terme de construire des carrières et des pôles de compétences qui durent et qui s'enrichissent de leurs expertises. »

Le maire de Brest et président de Brest Métropole, François Cuillandre, se félicite de ce choix d’implantation novateur, à l’écart des grandes métropoles où se concentrent la plupart des métiers du numérique aujourd’hui. Dans l'ouest, Accenture compte pour l’instant un seul autre site, à Nantes, qui va atteindre prochainement le cap du millier de salariés. « Pour Brest, ce n’est pas une révolution mais une évolution normale, c'est la société dans laquelle nous sommes qui le veut, en tout cas, et c'est un grand plaisir pour nous et un grand intérêt d'accueillir Accenture parce que c'est de l'emploi créé localement, y compris avec des reconversions des personnes qui sont en fin de processus dans leur carrière et qui souhaitent faire autre chose. »

Proposer des carrières en Bretagne pour les jeunes diplômés du numérique

La Région a été facilitatrice dans cette implantation. L’un des objectifs du Conseil régional est notamment de développer le secteur de la cybersécurité. « Cela fait partie de nos axes forts de développement, nous voulons être leader en Europe dans ce domaine, avec Brest, Rennes et Lannion qui sont les trois piliers sur la cyber », confirme le président de la Région, Loïg Chesnais-Girard. « Et puis nous restons une région très industrielle, mais on sait que l'industrie a besoin de numérique donc avoir ici en Bretagne un centre  d'innovation d'Accenture, qui va travailler avec ses clients partout en Europe mais aussi avec les clients breton pour les accompagner dans leur transition numérique, c'est important ! »

Enfin, l’arrivée d’un groupe à dimension mondiale dans le secteur du numérique va permettre de faire des propositions de carrières intéressantes au niveau local pour les jeunes diplômés. « Jusqu'à la fin du siècle dernier, on formait des cerveaux, et ils partaient à Paris faire leur carrière pour revenir ici à la retraite », rappelle Loïg Chesnais-Girard.  « Depuis 20 ans, on sent une dynamique différente : on forme, on attire les gens de l'extérieur qui viennent à Brest et qui y restent. Et cette stabilité-là est un outil de performance pour nos entreprises ! »

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don