Accueil
La santé mentale chez les jeunes

La santé mentale chez les jeunes

Un article rédigé par Anne-Gaël Guiol - RCF, le 12 janvier 2024  -  Modifié le 12 janvier 2024

Si la pandémie Covid au eu un impact nocif sur la santé mentale des jeunes, de nombreuses études attestent qu’elle reste depuis très fragilisée. 

Crédits photo Fondation Falret / DR Crédits photo Fondation Falret / DR

Santé publique France, qui s’appuie sur des données de surveillance de SOS Médecins et des urgences hospitalières, démontre la nette dégradation de la santé mentale, en particulier chez les adolescents de 11 à 17 ans et chez les jeunes adultes de 18 à 25 ans. Les consultations pour troubles de l’humeur, idées et gestes suicidaires ont fortement augmenté en 2021 puis 2022. Pour cette tranche d’âge, le nombre de consultations a même doublé (11 % avant covid contre 22 % en 2022) et la hausse s’est accrue depuis. 

A l’échelle mondiale, l’OMS déclare qu’un jeune sur 7, âgé de 10 à 19 ans, souffre d’une santé mentale détériorée.

L'adolescence, un moment charnière

L’adolescence, et cette période qui se poursuit environ jusqu’à 25 ans, est une étape de transition qui comprend une grande part de fragilisation. Entre 9 et 15 ans, le corps se transforme avec force tumultes hormonaux, c’est la puberté et sa panoplie de chamboulements ! Voilà pour le versant physique. Le volet psychologique n’est pas en reste, avec la remise en question de la tutelle adulte, l’horizon qui, tout en s’élargissant, se pare d’incertitudes, de craintes… la construction de son identité, notamment sexuelle, qui ne se vit pas toujours de façon apaisée et harmonieuse.

Il est donc essentiel d’éveiller à l’importance du soin à apporter à leur écoute et leur accompagnement

S’ajoutent, les examens scolaires, les concours, le choix de l’orientation et la pression… Vous l’aurez compris, c’est une période très intense pour chaque jeune ! Il est donc essentiel d’éveiller à l’importance du soin à apporter à leur écoute et leur accompagnement. Et si c’est un moment charnière en matière de santé mentale, c’est aussi une période où les jeunes pourront se trouver confrontés à différents produits pour apaiser un éventuel mal-être, je pense à l’usage d’alcool ou de toxiques, qui peut clairement faire basculer une santé mentale fragile en une santé mentale altérée. Comme nous l’avons évoqué lors d’une récente chronique, le recours aux réseaux sociaux est également à manier avec discernement car il n’est pas non plus toujours aidant.

Des initiatives encourageantes

Tout d’abord, on peut se réjouir que les études chiffrées de façon de plus en plus précise permettent d’avoir une idée claire de cette réalité. C’est ce qui enclenche la prise de conscience. Ensuite, des opérations de sensibilisation s'organisent. Car les jeunes dont nous parlons et qui sont donc les premiers concernés, sont souvent les moins avertis ! Pour trouver des infos, des conseils et même consulter, des plateformes en ligne existent, comme JEFpsy ou Apsytude, spécialement dédié aux étudiants. Il existe vraiment de l’aide sous tout un tas de formes nouvelles : des dispositifs nationaux proposent du soutien psychologique par téléphone, tchat, internet… 

 


L’étude du Psycom (Santé mentale info)
La santé mentale des 11-24 ans, décodée par Santé publique France
Organisation mondiale de la santé, la santé mentale des adolescents
Fondation Fondamentale : jeunes et santé mentale
Conseils pour les étudiants : Apsytude
Les points d’accueil écoute jeunes (PAEJ)
Le fil santé Jeunes : 0 800 235 236
Le soutien étudiant, Nightline


 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don