Accueil
Tout savoir sur les troubles bipolaires
Partager

Tout savoir sur les troubles bipolaires

Un article rédigé par Sandrine Broutin - RCF, le 12 juin 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023

Sandrine Broutin de la Fondation Falret nous parles des troubles bipolaires. On retrouve le terme de bipolarité un peu partout : dans les films, les livres et les médias.

bipolarité bipolarité

C’est vrai qu’on utilise le terme "bipolarité" à tort et à travers pour expliquer les changements de comportements ou d’humeurs chez les gens. C’est un trouble extrêmement médiatisé, ce qui peut donner l’impression qu’il est bien compris de tous or ce n’est pas le cas. Loin des effets de mode, ce trouble est complexe, invalidant et il ne doit pas être banalisé. Selon l’OMS, il y a 40 millions de personnes dans le monde qui présentent un trouble bipolaire. Et en France, il y aurait environ 2,5 % de la population concernée. 

 

 

Bipolarité, kesako ?

 

Les troubles bipolaires ont longtemps été connus sous le nom de maniaco-dépression. Ce terme est désormais impropre. Les appellations ont été nombreuses puisque cette maladie a été observée dès l’Antiquité, et parmi les découvertes notables, il y a eu les recherches du docteur Jean-Pierre Falret au 19ème siècle. Il avait appelé cette maladie « folie circulaire » en identifiant son fonctionnement qui consiste en « l’alternance d’une période d’excitation avec une période, habituellement plus longue, d’affaissement ». Une description très proche de nos conceptions actuelles. À l’époque, la paternité de cette découverte est disputée par Jules Baillarger. Il y a un article publié par l’Académie Nationale de Médecine intitulé 150ème anniversaire de la Folie Circulaire qui retrace cette controverse et inscrit la priorité de la découverte de Falret. On retient donc que c’est une maladie cyclique avec des phases contraires.

 

Une personne connaissant des troubles bipolaires ne passe pas rapidement d’un état à un autre. En réalité, les épisodes maniaques, ou hypomaniaques, et les épisodes dépressifs sont assez longs. L’alternance est souvent entrecoupée d’un état normal. Par exemple, une personne peut connaître une période de longs mois d’exaltation, de grande agitation psychique et physique, d’une hyperactivité artistique, professionnelle, sociale ; certaines se décrivent comme des superhéros, se sentent invulnérables en prennent parfois des risques inconsidérés, et puis elles plongent par la suite dans une phase de tristesse, d’apathie, de mélancolie, elles perdent le goût des choses, de la vie. Le rythme et la fréquence sont variables et c’est ce qui rend le diagnostic difficile à poser.

 


Une maladie qui brouille les pistes


Les premiers symptômes apparaissent en général entre 15 et 25 ans et pourtant, 50 % des personnes déclarent avoir été diagnostiquées entre deux et cinq ans après l’apparition des premiers symptômes. Pour les autres, c’est encore bien plus tard ; il y a parfois jusqu’à 20 ans d’errance diagnostique.
C’est beaucoup d’incompréhension pour les personnes, l’entourage sans parler des risques. C’est de la souffrance, des addictions aussi car on trouve les béquilles que l’on peut. Le taux de suicide est élevé. C’est donc essentiel de mieux connaître cette maladie pour être accompagné le plus rapidement possible.

 


Ressources : 
- Argos 2001 : association d’aide aux individus bipolaires et à leurs proches
- France-Dépression : association française contre la dépression et la maladie bipolaire
- Bicycle : association d'aide aux familles d'enfants et d'adolescents ayant un trouble de l'humeur
- UNAFAM : union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques pour les proches de patients atteints de maladies psychiques et notamment bipolaire

 


Ouvrage : https://bipolaritefrance.com/wp-content/uploads/2023/03/Rapport-d-enquete-diagnostic-bipolaire_Bipolarite-France.pdf

 


Communication scientifique : https://www.academie-medecine.fr/150eme-anniversaire-de-la-folie-circulaire/

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don