Accueil
RCF Au sanctuaire de Beauraing, un nouveau jardin pensé pour les pèlerins

Au sanctuaire de Beauraing, un nouveau jardin pensé pour les pèlerins

Un article rédigé par Yves Thibaut de Maisières - RCF, le 4 juillet 2024  -  Modifié le 16 juillet 2024
16/17 Sanctuaire de Beauraing : un jardin pensé pour les pèlerins

Le jardin des apparitions du sanctuaire Notre-Dame de Beauraing a été réaménagé pour accueillir les nombreux pèlerins. C'est là que la Vierge a montré son coeur d'or et révélé son appel à la conversion durant l'hiver 1932-1933. Le chanoine Joël Rochette, recteur du sanctuaire, nous explique la beauté de la démarche menée par des bénévoles et des artisans de la région. 

Le réaménagement du jardin des apparitions ©1RCF Belgique Le réaménagement du jardin des apparitions ©1RCF Belgique

En juillet 2024, l'évêque du diocèse de Namur, Monseigneur Pierre Warin, a solennellement inauguré le 75e anniversaire de la reconnaissance des apparitions de la Vierge à Beauraing par l'Eglise catholique. C'est aussi l'occasion d'inaugurer officiellement le réaménagement du jardin des apparitions.

Le chanoine Joël Rochette, recteur du sanctuaire est heureux et plein de gratitude à l'égard des nombreuses personnes impliquées dans la vie du sanctuaire de la province et du diocèse de Namur

Effectivement, cette année-ci, nous célébrons le 75e anniversaire de la reconnaissance des apparitions de Notre-Dame à Beauraing par l'Église. C'était le 2 juillet 1949. Monseigneur Charue, l'évêque du diocèse de Namur à l'époque, au terme d'une enquête, de travaux de la commission qui devait étudier la véracité, l'authenticité des faits, a pris la décision - non seulement de reconnaître le culte à Notre-Dame de Beauraing - mais de déclarer aussi la réalité des apparitions. 

Reconnaissance des apparitions de Beauraing

Il a fallu un peu plus de 15 ans avant la reconnaissance en 1949. L'Eglise catholique prend toujours le temps pour ce genre de discernement. Les premiers jours des apparitions, il y avait très peu de témoins à côté des cinq enfants qui ont vu la Vierge dans le jardin de l'école des sœurs. Mais assez vite la foule est arrivée, il y a eu jusqu'à plusieurs milliers de personnes le soir lors des apparitions. Et puis des personnes compétentes (des médecins, des juristes, des journalistes) ont interrogé les enfants, ce qui fait que un certain nombre de matériaux ont été récoltés à l'époque des apparitions. Au fil du temps, tous ces éléments ont constitué le socle d'une enquête sérieuse.

Il faut aussi peut-être un temps de recul. Les enfants ont grandi, ils ont persévéré dans leurs déclarations, ils ont aussi converti leurs vies à la suite de cette rencontre avec Notre-Dame. Puis on a vu les fruits : ceux portés par le lieu, par la grâce du message. Tout cela a emporté la conviction de l'évêque et de la décision de la commission qui a pu déclarer publiquement l'authenticité des apparitions. 

Les pèlerins qui viennent à Beauraing peuvent avoir la certitude que l'Église a discerné. À l'intérieur de ce jardin, devant la statue de Notre-Dame, ce n'est pas une impression, ce n'est pas une idée, ce n'est pas un sentiment. Il y a effectivement la conviction, la certitude - l'Église le dit - il y a une présence. Tout comme l'Église peut déclarer bien heureux et sain des personnes, il y a des vérifications, des canonisations, elle peut aussi déclarer la présence de Marie à l'occasion de phénomènes d'apparitions

Le jardin, lieu des apparitions et de contemplation

Monsieur le Chanoine,  dans la Bible, le jardin est un lieu dans lequel il se passe beaucoup d'événements. C'est aussi là qu'a eu lieu le cœur des apparitions durant l'hiver 32-33 ?

En effet, la Vierge Marie a choisi un endroit qui est un peu étrange pour ceux qui connaissent les lieux. C'est un bout de jardin d'une école. C'est un bout de jardin coincé entre la route, à côté du chemin de fer, où il passait à l'époque 150 trains par jour, nuit et jour ! Donc c'est un bout de jardin étonnant au cœur des activités du monde. Les pèlerins s'en rendent compte, on est là dans le sanctuaire et puis il est ouvert sur la route, sur le passage, sur le bruit, sur les activités de tous les jours. Et là, Marie vient ouvrir quelque chose, en quelque sorte la porte du ciel ; elle ouvre aussi une porte d'avenir dont la nuit, il y a une lumière qui apparaît. 

Dans la Bible, on connaît quelques jardins. Il y a le jardin de la Création, le point de départ dans la Genèse, où Dieu plaça l'homme et la femme. Autrement dit, dans un lieu de bonheur, un lieu de vie, de contemplation, d'intimité avec lui. Évidemment, un peu plus loin dans la Bible, il y a aussi le jardin de la souffrance, c'est le Gethsémani. Le jardin où effectivement il faut traverser l'épreuve, où Jésus demande, «Père, si c'est possible que cette coupe passe par ce point de moi, non pas ma volonté mais la tienne.»

Les pèlerins qui viennent dans ce jardin portent aussi leur propre souffrance. Et puis encore dans la Bible, le jardin de la résurrection, le jardin du tombeau ouvert. D'ailleurs Marie Madeleine prend Jésus ressuscité pour un jardinier. Elle ne le reconnaît pas.

 

Le jardin est finalement ce lieu pour retrouver l'intimité avec le Seigneur. On a traversé l'épreuve et on a une force de vie. Si la Vierge a choisi un jardin à Beauraing, c'est aussi pour nous transmettre ce message. 

Le réaménagement du jardin des apparitions permet-il d'accueillir dès aujourd’hui les pèlerins d'une nouvelle façon ? 

Je le crois. Le jardin, tel qu’il était à l'époque des apparitions, a été transformé, aménagé pour accueillir les pèlerins au fur et à mesure de l'agrandissement des lieux, de la venue de pèlerinages. Et vous imaginez que dans les années 1950-1960 on a construit beaucoup d'infrastructures en béton. Le jardin avait un peu disparu, il était recouvert par les aménagements nécessaires pour la fluidité des pèlerins.

Les aménagements ont vieilli, le béton était complètement usé, les pierres abîmées. Donc le sanctuaire n'était plus très accueillant, il faut le reconnaître. On a voulu redonner à ce jardin un aspect de jardin beaucoup plus végétal et moins minéral, ouvert sur la route, sur le monde, un endroit où on puisse se recueillir. Non plus tellement pour un millier de personnes, mais un endroit où on puisse être en quelque sorte en cœur à cœur avec la Vierge Marie. Elle montre là un cœur d'or. Le pèlerin, les pèlerins en petits groupes peuvent venir se placer devant la statue - elle aussi intégralement rénovée - pour entrer en prière avec elle et par elle. 

De nombreux pèlerins viennent se recueillir au sanctuaire ©1RCF Belgique
De nombreux pèlerins viennent se recueillir au sanctuaire ©1RCF Belgique

Un chiffre, 15.000 : c'est le nombre de plantes qui trouveront leur place dans ce jardin. Vous avez aussi pris en compte les enjeux écologiques, la modification du climat ?

Tout à fait, dans les 15 000 plantations il y a bien sûr des tout petits bulbes, par exemple de jonquilles, de marquises, il y a des plantes vivaces. Il y a des arbustes, il y a quelques arbres aussi, il y a 81 rosiers. Et donc effectivement toutes ces plantations seront entretenues. Le principe c'est d'avoir un jardin qui s'autoentretient, c'est-à-dire que la végétation elle-même s'équilibre. Normalement l'entretien sera relativement léger pour permettre effectivement une viabilité future. On sait qu'il y aura des extrêmes climatiques, sans doute beaucoup de pluie à certains moments, et puis des périodes beaucoup plus sèches. 

Les rôles des laïcs et des artisans de la région

Ces mois de travaux sont aussi le fruit d'une participation des laïcs de la région qui ont décidé de prendre à bras le corps ce chantier et de s'investir dans ce projet pour le sanctuaire ?

Le sanctuaire est vraiment un lieu de travail et de service où beaucoup de personnes collaborent bénévolement, le sanctuaire ne reçoit aucun subsides. C'est une ASBL, une association avec des laïcs très dévoués, très engagés, en collaboration avec l'équipe pastorale et les religieuses. Nous avons eu la joie de compter sur la générosité et le service de beaucoup de personnes. Et notamment dans les travaux, nous y avons vraiment tenu, l'artisan de la région. Puisque c'est un chantier assez monumental, vous imaginez, il a fallu détruire beaucoup de choses qui étaient abîmées, il a fallu reconstruire. Nous avons pu compter sur la collaboration des personnes de la région qui avaient à cœur le sanctuaire et qui ont donné le meilleur d'eux-mêmes. Aujourd'hui encore, cette collaboration continue et nous sommes heureux de pouvoir compter sur beaucoup de bénévoles ! 

Le jardin va redevenir un “vrai” jardin ! On aura besoin de mains vertes - si je puis dire - de personnes qui ont du goût, du talent et un peu de temps aussi. 

Un dynamisme marqué par la prière 

Il n'y a pas que le jardin des apparitions, le sanctuaire compte de nombreuses infrastructures d'accueil et de vie sacramentelle...

Le sanctuaire est ouvert jour et nuit, 24h/24h, et tous les jours de l'année, quoi qu'il arrive, on peut venir. On peut venir prier devant la statue de notre Mère. Mais au-delà du lieu des apparitions, il y a bien sûr l'ensemble du site qui offre des lieux de culte

Il y a l'adoration eucharistique, il y a la messe ou des messes plusieurs fois par jour, il y a le chapelet, des processions, il y a tout un programme qui est accessible facilement sur le site internet. Pour les personnes qui voudraient y passer un peu plus de temps, Beauraing offre la possibilité d'aller visiter le musée marial (qui vient d'être réaménagé également), il est possible de visionner un film qui raconte l'histoire des apparitions, une exposition dans la basilique avec des témoignages des acteurs de cette aventure. Au niveau HORECA, tout est prévu pour se restaurer, se loger sur place. Nous avons une hôtellerie avec plus de 120 chambres qui sont disponibles à des prix tout à fait raisonnables.

Quel est le message de la Vierge Marie ? 

J'aime bien dire que le cœur du message est tout d'abord sa présence. Elle est là et nous dit que Dieu est présent. Elle nous dit que Dieu est présent dans notre vie, même dans la nuit, même dans les ténèbres et donc même dans les les difficultés. Marie est le signe de cette présence de Dieu. C'est une présence que l'on rejoint, qui nous rejoint par la prière. C'est un des thèmes essentiels. “Priez, priez beaucoup, priez toujours” demanda Notre-Dame. Une prière qui nous invite à changer, à changer notre vie. La Vierge Marie dit : “je convertirai les pécheurs”. Elle le dit à tous ceux qui viennent en pèlerinage. Mais le sommet se situe sûrement dans les derniers jours des apparitions, quand la Vierge-Marie montre son cœur d'or et invite à l'amour. "Aimez-vous mon fils ?", demande-t-elle. - Oui, répondent les enfants. M'aimez-vous ? Oui. Et elle conclut en disant : ”alors, sacrifiez-vous pour moi !”. Sacrifiez-vous, autrement dit, traversez les épreuves, donnez le meilleur de vous-même.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Le 16/17 ©1RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
16/17

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don