Accueil
A Modane, le maire voit rouge : pas question de faire une croix sur l’Albaron
Partager

A Modane, le maire voit rouge : pas question de faire une croix sur l’Albaron

Un article rédigé par Violaine Rey - RCF Haute-Savoie, le 19 janvier 2024  -  Modifié le 19 janvier 2024
Journal Local · RCF Savoie Mont-Blanc Edition du vendredi 19 janvier 2024 à 08h01

Depuis 1982, l’Albaron est un incontournable en Maurienne et en Vanoise : le centre national de formation de la Croix-Rouge a vu passer 40 000 professionnels du secteur. Mais l’institution vit ses derniers mois d’existence et pourrait disparaitre dès le printemps.

Les pisteurs secouristes étaient également formés à l'Albaron - © Canva Les pisteurs secouristes étaient également formés à l'Albaron - © Canva

Un symbole fort pour les amoureux de la montagne

 

Depuis l’annonce, aux douze salariés de la structure, de sa fermeture prochaine, les élus du territoire se mobilisent pour renverser la vapeur. “C’est un symbole, en France, mais aussi à l’international” commence Jean-Claude Raffin, le maire de Modane. “Des secouristes qui partent dans des zones dangereuses comme après des tremblements de terre ont été formés à l’Albaron”.

Les pisteurs des stations alentour ont également été nombreux à faire leurs gammes dans ce centre, tout comme ceux des JO de 1992. “Pour les JO de 2030, les secouristes auraient pu se former ici, mais non, ils iront à Paris” regrette l’élu mauriennais. Parce qu’il est bien question de délocaliser l’activité : la Croix-Rouge a récemment ouvert un nouveau centre de formation dans les rues de la capitale.

Une place-forte de la solidarité dans la vallée

 

À cela, s’ajoute le volet social qui s’est ajouté aux activités de l’Albaron. “Ça a été l’un des premiers centres, en France à accueillir des migrants” se souvient Jean-Claude Raffin. “Le centre a aussi hébergé des jeunes, souvent de milieux défavorisés, qui venaient au ski !” À l’heure où les institutions luttent pour le maintien des classes de neige et des centres de vacances, l’élu regrette qu’un de plus soit fermé sur son territoire.

Pour le moment, un rachat de la structure n’est pas envisagé par les maires des communes du secteur qui aimeraient déjà pouvoir nouer un dialogue avec les responsables de la Croix-Rouge. Eux, de leur côté, justifient la fermeture prochaine de la structure par un motif budgétaire.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don