Accueil
Père Benjamin Latouche, le dialogue pour vocation
Partager

Père Benjamin Latouche, le dialogue pour vocation

Un article rédigé par Amélie Gazeau - RCF,  -  Modifié le 18 septembre 2021
Témoin Benjamin Latouche, un prêtre qui aime que les galaxies se rencontrent

Le dialogue interreligeux, le social, l'économie, le théâtre, le Père Benjamin Latouche est sur tous les fronts ! Celui qui aime réunir les mondes et "se faire rencontrer les galaxies" est au micro de Jean-Marie Portero dans l'émission "Témoin".

Le Père Benjamin Latouche au Liban en 2018 / ©Diocèse de Valence Le Père Benjamin Latouche au Liban en 2018 / ©Diocèse de Valence

Une éducation tournée vers les autres

 

Originaire de Valence, le père Benjamin Latouche grandit dans une famille où "le souci des autres est quelque chose d'important". Le don de soi, le bénévolat, la découverte de l'autre sont des valeurs ancrées dans la vie quotidienne du Père Benjamin Latouche. Cette gratuité du quotidien, il l'appelle "la dimension horizontale de la Croix".

 

La dimension verticale, elle, concerne l'amitié qu'il a avec Jésus. Cette relation intime, il l'a construite dans sa jeunesse grâce à son engagement dans l'aumônerie puis ensuite grâce à l'accompagnement spirituel du père Jean Roche notamment. Selon lui, cet accompagnement est un temps de relecture précieux. "C'est un vis à vis important par rapport à ce que l'on vit, une forme de détachement de recul et le moyen de faire un bilan de nos vies" explique-t-il. C'est grâce à cet accompagnement spirituel qu'il s'est posé "la" question : celle de la vocation.

 

Ce qui me fait me lever le matin, c'est la joie de la rencontre.

 

Entre économie et théâtre, l'appel du Christ

 

Lors de ses études, Benjamin Latouche est intéressé par l'économie et le théâtre qu'il pratique. Lors de ses années de prépa, puis de licence et son expatriation au Canada puis au Liban, il s'engage dans différentes associations auprès des mal-logés ou des étrangers en précarité. Cette joie de "vivre avec d'autres" a toujours nourri sa foi. "J'avais besoin de vivre ça avant de me poser vraiment la question" explique-t-il.

 

Alors qu'il réfléchit à sa vocation depuis le collège, il décide de rentrer au séminaire à 26 ans. "Il m'a fallu, un peu, un temps de combat spirituel en faisant un choix engageant, un choix audacieux pour la société actuelle mais qui devient aussi un chemin de joie" témoigne le père Latouche à bientôt 39 ans.

 

Il chemine vers cette joie notamment grâce à la découverte du dialogue islamochrétien qui pour lui "est une question importante au sein de l'Église." Théâtre, accompagnement de jeune, dialogue interreligieux, voyages, ce qui anime Benjamin Latouche c'est avant tout "la joie de la rencontre" avec Dieu et les hommes.

 

 

 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Témoin

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don