Accueil
Lisons, méditons et accueillons ce que l'Eglise nous enseigne !
Partager

Lisons, méditons et accueillons ce que l'Eglise nous enseigne !

Un article rédigé par Yves Thibaut - 1RCF Belgique, le 5 décembre 2023  -  Modifié le 5 décembre 2023
16/17 Père Ionel Ababi : les rôles du prêtre et de l'Eglise pour le monde

Prêtre dans le diocèse de Namur, formateur au séminaire francophone et théologien, l’abbé Ionel Ababi nous propose une réflexion et un témoignage sur la mission du prêtre et de l’Eglise aujourd’hui. 

(C) 1RCF (C) 1RCF

Lisons, relisons, méditons et accueillons surtout ce que l'Église nous dit, parce qu'on peut lire ici ou là - y compris sous la plume d'experts ou de personnes qui s'affichent "docteurs en théologie" ou ayant certaines responsabilités - des affirmations fausses et des erreurs qui ne font pas grandir l'Église et qui ne rendent pas compte de son trésor, de son enseignement, de sa doctrine, nous exhorte le père Ionel. 

 

Une rencontre avec ce prêtre qui fait écho à l'opinion du théologien Stijn Van den Bossche intitulée "La soutane, Satan du Synode" publiée dans le journal Dimanche et sur la site de Cathobel en date du 7 novembre 2023 : https://www.cathobel.be/2023/11/la-soutane-satan-du-synode/

 

Le prêtre et l'expression "in personna christi"

 

C'est-à-dire que là où le prêtre exerce, agit au nom du Christ-Tête, c'est principalement à travers son ministère, et en particulier à travers les célébrations, les sacrements, et éminemment à travers le sacrifice eucharistique.

 

A partir du moment où le prêtre incarne le "Christ Tête de l'Eglise", des éléments de visibilité extérieurs sont-ils nécessaires ? 

 

En dehors du cadre strictement ministériel ou sacramentel, où il agit in persona Christi capitis, il est témoin d'une vie totalement donnée, totalement consacrée à Dieu, comme le signifie donc son ordination, et comme il peut l'exprimer notamment par l'habit ecclésiastique, par un signe extérieur. Il en va de la logique au fond de l'incarnation, qui prend toutes les dimensions.

 

Malaise sur la visibilité des ministres du culte

 

Il faut savoir que le concile de Trente en 1542 avait réaffirmé l'obligation pour les prêtres de porter un habit digne et distinct des laïcs. Habit qui s'est concrétiser par la soutane, notamment. "Lorsque cette dernière a été supprimée par Vatican II, le col est resté comme une relique.", peut-on lire dans la tribune du théologien Stijn Van den Bossche. Il n'en est rien puisque la conférence épiscopale de Belgique, dans une décision du mois d'octobre 1986, avaient stipulé : « la soutane ou le costume foncé muni d'un col romain ou d'une croix demeure obligatoire pour les prêtres et les diacres par application du canon 284 du Code de droit canonique ».

 

Alors, d'où vient ce conflit d'opinion sur l'habit des hommes d'Eglise ?

 

Ne donnons pas plus d'importance qu'il ne faut, ici, à l'habit ecclésiastique, qui reste un signe ou un témoignage. Mais le témoignage par excellence est celui évidemment de la vie, d'un style de vie, d'une conduite de vie, rappelle Ionel Ababi. 

 

La disposition intérieure est fondamentale. Dans quel esprit le faisons-nous? De quelle manière ? Qu'est-ce qui nous habite ? Le fait que j'affiche une croix, que je porte une croix, le fait que je porte un habit ecclésiastique, qu'est-ce qui me pousse à cela ? Qu'est-ce qui m'anime ? Quelle est la disposition intérieure ?

 

Et vous savez, la disposition intérieure, elle peut être bonne ou mauvaise. Elle peut être tournée vers la sainteté ou tout à fait le contraire. L'épitre aux Philippiens, au chapitre 2 nous donne une illustration de cette disposition : « Ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments. Recherchez l'unité. »

 

Dénoncer et fuir le cléricalisme 

 

Cette problématique est précisément une perversion de cette disposition intérieure qui devait être toute tournée vers le Seigneur. Le cléricalisme guette aussi bien les clercs que les laïcs, qui tous deux ont reçu une vocation qui est celle d'être des saints et des témoins de la sainteté de Dieu dans le monde. Mais on peut pervertir cette mission ou cette vocation.


Je remarque que lorsque Jésus envoie les disciples en mission, les apôtres en particulier, il leur donne pouvoir. Voilà pourquoi le Concile, le Vatican II et la doctrine de l'Église parlent d'un pouvoir sacré, ou d'une charge sacrée. Ce pouvoir peut être perverti, peut être complètement désorienté. Le cléricalisme peut trouver mille et une manière de s'exprimer, mais quelle que soit la manière dont s'exprime le cléricalisme, c'est toujours un abus

 

Y a-t-il un malaise dans l'identité des vocations aujourd'hui ? 

 

Ce malaise est lié notamment à l'identité du prêtre, de l'Église, des baptisés. Je crois qu' il est fondamentalement lié à une problématique spirituelle. Ce qui est le moteur d'une vie de foi c'est la relation avec le seigneur. Et donc, si nous ne sommes pas ancrés, enracinés, comment cette relation fondamentale avec le Seigneur peut se déployer dans quelque ministère, service, que ce soit dans l'Église ou dans le monde ? Dans la logique de l'incarnation, il faudra trouver les moyens les plus adéquats pour pouvoir incarner sa vocation et y rester fidèle.

 

Et j'ajouterai alors aussi la question de la formation. Qu' est-ce que nous enseigne l'Église à travers sa doctrine, en particulier sur sa nature et sur la place de chacun en son sein. Lisons, relisons, méditons et accueillons surtout ce qu'elle nous dit ! 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don