Accueil
[L'Évangile du dimanche] Ces foules anonymes d'assoiffés de Dieu
Partager

[L'Évangile du dimanche] Ces foules anonymes d'assoiffés de Dieu

RCF,  -  Modifié le 10 décembre 2021
Enfin une Bonne Nouvelle [L'Évangile du dimanche] Tous appelés à devenir justes (Lc3, 10-18)

Pour continuer la marche des chrétiens vers Noël où sera célébrée la naissance de Jésus Christ, la liturgie de ce dimanche propose une page de l'Évangile de Luc, dans laquelle Jean Baptiste parle du Messie tant attendu par le peuple d’Israël. Il s’adresse à ses contemporains qui viennent à lui pleins d’attente : des foules bigarrées où tout le monde est le bienvenu. Juifs pieux, gens pas très fréquentables, bons, mauvais... Tous sont venus au bord du Jourdain pour l'entendre et se faire baptiser. Il les renverra à plus grand que lui. Explications du Père Jacques Nieuviarts.

Saint Jean Baptiste par Léonard de Vinci : la mission du prophète est de pointer le doigt vers Jésus (Image Wikimédia Commons) Saint Jean Baptiste par Léonard de Vinci : la mission du prophète est de pointer le doigt vers Jésus (Image Wikimédia Commons)

Évangile du dimanche 12 décembre (Lc 3, 10-18)

Les foules lui demandaient : « Que devons-nous donc faire ? » Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! » Des publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) vinrent aussi pour être baptisés ; ils lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. »

Des soldats lui demandèrent à leur tour : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort ; et contentez-vous de votre solde. » Or le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ.

Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi. Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. » Par beaucoup d’autres exhortations encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

 

Source : AELF

 

Ces foules d'anonymes assoiffés de Dieu

Il faut toujours rappeler que les évangélistes ont écrit leurs textes bien après la résurrection : celle-ci imprègne leurs écrits. Par exemple, Luc a rédigé son évangile 50 ans plus tard, et pour le bibliste, on voit qu’il "est déjà nourri d’une compréhension en profondeur". C’est aussi "ce qui fait que les évangélistes nous disent assez peu de choses anecdotiques, ils rassemblent de l’essentiel pour nous le faire comprendre". Ainsi, quand Luc parle des "foules", ce n’est pas un terme vague et indéfini. Elles sont même très importantes chez cet évangéliste. D’ailleurs, il en était question dans l’Évangile du dimanche précédent, où Jean proclamait déjà un baptême de conversion pour le pardon des péchés.

"Les foules", ce sont tous ceux qui sont en dehors de la loi. À cette époque, dans la religion juive, il n’y avait pas moins de 613 commandements ! Qui pouvait se targuer de suivre toutes ces règles à la lettre ? Autant dire que cela rendait inutile toute démarche de purification au temple. "Les foules, c’est cet ensemble de gens qui se sentent laissés pour compte par rapport à la grandeur de la loi." Et pourtant, comme le souligne le Père Nieuviarts, "ils ont une soif de Dieu, de changement, du pardon des péchés". Et c’est cela précisément que leur annonce Jean Baptiste.

 

Qui est Jean-Baptiste ?

La Bible dit que Jean-Baptiste est le fils de Zacharie et qu’il appartient à la tribu de ceux qui servent dans le temple. Au temps de Jésus, il y avait nombreux courants de pensée au sein du judaïsme, comme les pharisiens, les saducéens… "Jean-Baptiste est dans cette voie, peut-être plus mineure et pourtant très forte, de gens qui se disent : si on se jette dans les eaux du Jourdain en proclamant qu’on veut le bouleversement de notre vie, alors on reçoit le pardon des péchés, et on peut vivre de façon nouvelle !" C’est au cœur de cette foule anonyme que Jésus viendra, et où il montrera qu’il est solidaire des petits, de pauvres et aussi des pécheurs.

 

Jean-Baptiste, un personnage qui fait le lien entre l’Ancien et le Nouveau Testament

On peut dire que Jean-Baptiste est un personnage pivot, qui fait la jonction entre l’Ancien et le Nouveau testament. Il a été jeté en prison avant même le baptême de Jésus, rappelle Jacques Nieuviarts, "ça nous dit que les temps sont accomplis". Jean-Baptiste c’est celui qui dit "Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue" (Jn 3, 30) : et « c’est complétement vrai dans l’Évangile de Luc", selon le bibliste. "Jean-Baptiste annonce, et ensuite viendra le temps de Jésus. L’Évangile, ça sera le temps de Jésus durant lequel l’Esprit saint se manifestera pleinement dans ses paroles et dans ses actes. Et ensuite viendront les actes des apôtres, ça sera le temps de l’Église qui a reçu l’Esprit, qui est ce peuple messianique appelé à porter ce fruit de l’esprit de Dieu."

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don