Accueil
[L'Évangile du dimanche] "Aimez vos ennemis", l'ultime commandement de Jésus
Partager

[L'Évangile du dimanche] "Aimez vos ennemis", l'ultime commandement de Jésus

RCF, le 18 février 2022  -  Modifié le 20 février 2022
Enfin une Bonne Nouvelle [L'Évangile du dimanche] Aimer ses ennemis, sommet de l'évangile

L’amour des ennemis est au centre de l’évangile de ce dimanche. C’est aussi le point central et décisif de tout le Nouveau Testament. Refusant le précepte "œil pour œil, dent pour dent", le Christ prône la voix de la paix et du pardon des adversaires. Un message détonnant, exigeant, pour ceux et celles qui suivent Jésus ! Explications de Sœur Marie-Laure Dénès, religieuse dominicaine. 

Lucas Cranach l'Ancien, Le Christ et la femme adultère, 1520 ©Wikimédia commons Lucas Cranach l'Ancien, Le Christ et la femme adultère, 1520 ©Wikimédia commons

Évangile du dimanche 20 février (Lc 6, 27-38)*

 

Mais je vous le dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. À celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre joue. À celui qui te prend ton manteau, ne refuse pas ta tunique. Donne à quiconque te demande, et à qui prend ton bien, ne le réclame pas. Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux.

 

Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment. Si vous faites du bien à ceux qui vous en font, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs en font autant. Si vous prêtez à ceux dont vous espérez recevoir en retour, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs prêtent aux pécheurs pour qu’on leur rende l’équivalent. 

 

Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car lui, il est bon pour les ingrats et les méchants. 

 

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et l’on vous donnera : c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous. »

Source : AELF

 

Aimez vos ennemis, "la phrase la plus difficile de l’évangile !"

 

Ce texte de l’évangile de Luc est un texte puissant, très interpellant. Dans l’enseignement de Jésus, il faut suite aux Béatitudes, cette célèbre partie du Sermon dans la plaine (ou du Sermon sur la montagne dans l’évangile de Matthieu). 

 

"Aimez vos ennemis", dit le Christ. "Pour moi c’est la phrase la plus difficile de l’évangile, finalement", convient Marie-Laure Dénès. Cependant, on ne peut pas la mettre de côté. Dans ce texte, Jésus s’adresse à ses disciples : cela signifie "qu’être disciple, suivre Jésus, c’est aller jusque-là". Jusqu’à aimer ses ennemis.

 

Le commandement ultime

 

Déjà dans l’Ancien Testament, il y avait des petites traces de ce commandement. Par exemple, au livre de l’Exode, où il est dit : "Quand tu rencontreras, égaré, le bœuf ou l’âne de ton ennemi, tu devras le lui ramener" (Ex 23, 4). D’ailleurs, c’est aussi dans le livre de l’Exode que l’on trouve la formule "œil pour œil, dent pour dent" (Ex 21, 24), mais "il y avait au moins une proportionnalité dans la réponse à une agression".

 

"Aimez vos ennemis, c’est le commandant ultime, explique la religieuse dominicaine, là, on va bien au-delà, on casse le cercle de la violence, on fait brèche dans tout ça." On en trouve un écho saisissant au moment de la crucifixion, lorsque le Christ sur la croix dit ces mots : "Père pardonne leur ils ne savent pas ce qu’ils font" (Lc 23, 34). Il prie pour ses ennemis.

 

Aimez vos ennemis, ce n’est pas devenez leurs amis... au fond c’est reconnaître en eux la présence de Dieu

 

Que veut dire aimer ?

 

Souvent, quand on parle du verbe aimer on évoque un élan sentimental qui dépasse le sujet. Or, si c’est un commandement que l’on nous donne d’aimer nos ennemis, cela suppose un engagement, une volonté. C’est un verbe actif. Il y a une mise en mouvement, une dynamique. "Aimez vos ennemis, ce n’est pas devenez leurs amis : c’est autre chose, ils vont peut-être rester ennemis, mais en fait vous n’êtes pas là pour les écraser, au fond c’est reconnaître en eux la présence de Dieu."

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don