Accueil
[Évangile du dimanche] Un enseignement sur la prière
Partager

[Évangile du dimanche] Un enseignement sur la prière

RCF,  -  Modifié le 17 octobre 2021
Enfin une Bonne Nouvelle [L'Évangile du dimanche] Le désir de grandeur des fils de Zébédée (Mc 10, 35-45)

Dans l'Évangile de ce dimanche, Jésus nous donne un "enseignement sur la prière", selon le pasteur James Woody. Jacques et Jean, deux disciples du Christ, osent demander à Jésus de siéger à ses côtés dans sa gloire ! Leur demande peut choquer, pourtant ils font preuve d'une belle audace. Ils expriment leur désir de suivre le Christ : Jésus va les aider à creuser ce désir, à approfondir leur demande.

Quand nous prions, "ce que nous demandons ne va pas forcément être satisfait tel quel, il faut que notre parole soit interrogée, bousculée", dit James Woody ©Guillaume POLI/CIRIC Quand nous prions, "ce que nous demandons ne va pas forcément être satisfait tel quel, il faut que notre parole soit interrogée, bousculée", dit James Woody ©Guillaume POLI/CIRIC

 

Évangile dimanche 17 octobre (Marc 10, 35-45)


Alors, Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s’approchent de Jésus et lui disent : « Maître, ce que nous allons te demander, nous voudrions que tu le fasses pour nous. » Il leur dit : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ? » Ils lui répondirent : « Donne-nous de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ta gloire. »


Jésus leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire, être baptisé du baptême dans lequel je vais être plongé ? » Ils lui dirent : « Nous le pouvons. » Jésus leur dit : « La coupe que je vais boire, vous la boirez ; et vous serez baptisés du baptême dans lequel je vais être plongé. Quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder ; il y a ceux pour qui cela est préparé. »


Les dix autres, qui avaient entendu, se mirent à s’indigner contre Jacques et Jean. Jésus les appela et leur dit : « Vous le savez : ceux que l’on regarde comme chefs des nations les commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur. Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous : car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

Source : AELF

 

Un enseignement sur la prière


Jacques et Jean sont des disciples du Christ, ils font partie du groupe des douze après que Jésus les a appelés lorsqu’ils étaient en Galilée. Ce sont deux frères qui manifestent leur audace, ils osent exprimer leur désir. Le texte grec emploie le mot "thelo", qui suggère "quelque chose d’extrêmement puissant, tendu vers ce qui est à venir", explique James Woody, pasteur de l’Église protestante unie de France (ÉPUdF) à Montpellier. Ce que l’on remarque, c’est que Jésus va aller dans le sens de leur désir. "Il valide le fait qu’ils aient du désir."

 

Cependant, Jésus demande à Jacques et Jean d’approfondir leur demande. Pour James Woody, il y a là "un enseignement sur la prière". Dans ce "dialogue avec le divin", "ce que nous demandons ne va pas forcément être satisfait tel quel, il faut que notre parole soit interrogée, bousculée, il faut creuser pour découvrir quel est le socle du désir".

 

Lorsque Jésus parle de la coupe qu’il va boire, il fait référence à sa Passion. Et plus spécialement à ce qu'il dit sur le mont des Oliviers. "Abba… Père, tout est possible pour toi. Éloigne de moi cette coupe. Cependant, non pas ce que moi, je veux, mais ce que toi, tu veux !" (Mc 14, 37) Dans ce verset "Jésus coordonne son propre désir à un projet à caractère universel". Si l’on en revient au désir de Jacques et Jean, on comprend donc la logique de cet épisode : Jésus leur présente les conséquences de leur demande : qu’ils prennent conscience de l’ampleur de leur désir. "Il interroge ce désir pour qu’il soit évangélisé."

 

Siéger dans la gloire ou agir dans une dynamique de foi ?


Jacques et Jean veulent être en gloire avec Jésus, ils veulent avoir les meilleures places près de lui. "Il est question de siéger, d’être dans une position définitive, statique." Pour James Woody, "on veut finalement un peu mettre la main sur Jésus, on l’encadre et on l’a à disposition". C’est d’ailleurs la tentation de la plupart des disciples. Pour le pasteur, lorsque les femme viennent au tombeau pour embaumer son corps après la crucifixion, c’est du même ressort. Mais à chaque fois, Jésus s’échappe de cette tentative de mainmise. De même, les disciples "voulaient être dans un état, Jésus les embarque dans une dynamique : ils vont devoir agir".

 

L’audace, un effet de la foi

 

Reste que Jacques et Jean font preuve d’une "belle audace", au regard du pasteur. Quand ils répondent à Jésus "nous le pouvons", ils montrent l’effet que fait la foi sur nous. "L’audace, la capacité à tenir bon sur son désir." Les fils de Zébédée "ne lâchent pas ce qui les propulsent vers l’avant" et "Jésus a tendance à flatter cela". Cet Évangile nous dit au fond celui que la foi c’est "adhérer à une puissance de vie et non pas adhérer à un catalogue de chose à tenir pour vraies".

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don