Accueil
[Évangile du dimanche] L'exigence de l'amour du prochain
Partager

[Évangile du dimanche] L'exigence de l'amour du prochain

RCF, le 8 février 2023  -  Modifié le 12 février 2023
Enfin une Bonne Nouvelle [Évangile du dimanche] L'exigence de l'amour du prochain (Mt 5, 17-37)

Si je n'aime pas mon frère, à quoi sert la loi et toutes les prescriptions religieuses ? Dans l'évangile de ce dimanche, Jésus vient ouvrir une nouvelle compréhension de la loi et de sa mise en pratique.

Dans l'évangile, le royaume de Dieu est moins une terre qu'une attitude du cœur ©Unsplash Dans l'évangile, le royaume de Dieu est moins une terre qu'une attitude du cœur ©Unsplash

 

Évangile du dimanche 12 février (Mt 5, 17-37)

« Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. 

« Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.

Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne. Il a été dit également : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère. 

Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi.

Source : AELF

 

 

Le texte de ce dimanche est long et dense. On est dans dans le premier grand discours qui occupe les chapitres 5 à 7 de l’évangile de Matthieu. Jésus donne une sorte de "charte du royaume", il explique comment vivre selon les préceptes qu'il vient d'énoncer plus haut : "Heureux les cœurs purs, le royaume des cieux est à eux", etc. "Tout ce long discours est là pour nous introduire dans cette justice du royaume des cieux, explique François Lestang, prêtre et bibliste. Selon lui, Jésus nous invite à aller au-delà de ce qui est seulement écrit pour entrer dans la relation avec Dieu".

 

La loi pour les juifs et pour les chrétiens

 

La loi est très présente dans cet évangile. "La loi et les prophètes", précise François Lestang. Quand Jésus parle de la loi, il s’agit des cinq premiers livres de la Bible, ce qui correspond à la Torah. "Les prophètes, ce n’est pas seulement Isaïe et tous les autres, c’est aussi tous ces livres qui racontent l’installation du peuple d’Israël dans sa terre, mais aussi son infidélité, son exil, et puis cette promesse de retour. Les prophètes, c’est comment on applique la loi."

 

Dans l’étymologie, précise le bibliste, le mot "torah" signifie "lancer une flèche". "Le plus important pour moi, c’est avec le peuple juif d’entendre que "Torah", ça donne une direction." il y a l’idée de projet de Dieu. "Jésus est vraiment en train de regarder le projet de la Torah, qui n’est pas seulement une lettre mais vraiment un désir de vie. Même si dans la compréhension chrétienne, la loi n’est pas complètement cet arbre de vie, qui est cet arbre qui annonce celui qui est la vie, c’est-à-dire Jésus lui-même."


Aimer son prochain

 

Difficile de comprendre ce que veut dire Jésus, quand il déclare : "Je ne suis pas venu abolir mais accomplir". Pour François Lestang, Jésus est venu "permettre que le projet de Dieu soit accompli". Et ce projet concerne la relation des êtres humains avec Dieu et aussi entre eux. On le voit dans cet évangile il est beaucoup question des relations interpersonnelles. Jésus parle de meurtres et d’adultère. 

 

Ainsi, dans la Torah, quand on évoque le projet de Dieu, on parle d’une terre concrète, la terre qui sera donnée au peuple d’Israël. "Dans l’évangile, Jésus ouvre beaucoup plus large en parlant de ce royaume de Dieu, qui est donné à tous ceux qui veulent y rentrer. C’est moins une terre qu’une attitude du cœur." Aimer, c’est ça le royaume finalement. Aimer son prochain, "en particulier le plus petit".

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don