Accueil
Évangile du 16 août Isabelle LAURENT
Partager

Évangile du 16 août Isabelle LAURENT

RCF Rennes,  -  Modifié le 24 août 2021
Temps spirituel (Rennes) Evangile du 16 août Isabelle LAURENT

Commentaire de Mt 19, 16-22

© Visuel RCF © Visuel RCF

En ce temps-là,

voici que quelqu’un s’approcha de Jésus et lui dit :

« Maître, que dois-je faire de bon

pour avoir la vie éternelle ? »

Jésus lui dit :

« Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ?

Celui qui est bon, c’est Dieu, et lui seul !

Si tu veux entrer dans la vie,

observe les commandements. »

Il lui dit :

« Lesquels ? »

Jésus reprit :

« Tu ne commettras pas de meurtre.

Tu ne commettras pas d’adultère.

Tu ne commettras pas de vol.

Tu ne porteras pas de faux témoignage.

Honore ton père et ta mère.

Et aussi :

Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

Le jeune homme lui dit :

« Tout cela, je l’ai observé :

que me manque-t-il encore ?

Jésus lui répondit :

« Si tu veux être parfait,

va, vends ce que tu possèdes,

donne-le aux pauvres,

et tu auras un trésor dans les cieux.

Puis viens, suis-moi. »

 

À ces mots, le jeune homme s’en alla tout triste,

car il avait de grands biens.

Commentaire de Mt 19, 16-22 (16 août 2021)

 

Ce passage de la bible fit partir saint Antoine au désert et mis en route saint François d’Assise. C’est une parole de radicalité évangélique qui ne semble pas souffrir d’atténuation…

« Quelqu’un », dit le texte, « s’approcha de Jésus » et lui exprime son désir. Est-ce que nous lui demandons ce que nous voulons et désirons ? Le désir est le moteur de la vie spirituelle. Demandons-nous à Jésus ce que nous voulons vivre ? Osons-nous approcher de Lui et lui demander ce que nous désirons vraiment ? Cette personne lui fait sa demande : « Que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? »

Jésus lui répond de façon très affirmative que Dieu seul est bon. D’emblée, nous ne sommes pas à la hauteur et prétendre y arriver est un leurre. Toutefois, il y a le guide des commandements pour y tendre.

La personne poursuit : « Lesquels ? » De fait, dans le premier Testament, il y en a plus de 600… Jésus en reprend l’essentiel : ne pas prendre la vie ni le conjoint de l’autre ni ses biens. Ne pas faire de faux témoignage, honorer ses parents et aimer son prochain comme soi-même.

Or la personne coche toutes les cases… mais elle veut faire plus… elle parle de manque… Jésus l’oriente alors vers la perfection. Le mot grec en parle comme quelque chose qui a atteint toute sa croissance. Cette personne veut grandir.

Jésus lui dit alors de donner ses biens. Il ne s’agit plus ici de ne pas prendre ce qui appartient à d’autres mais de donner ce qui lui appartient à elle. De passer du négatif de prendre au positif de donner.

 

Et là, c’est comme un coup d’arrêt. Le pas est trop grand à faire… Lâcher sa sécurité financière pour suivre le Christ… D’autres pourtant l’ont suivi sans qu’il leur demande de quitter leurs richesses ou leur position. C’est que le dépouillement matériel n’est pas demandé à tous. Mais ici, il le lui demande à elle personnellement, mettant le doigt sur son attachement.

 

Jésus demande le détachement intérieur et parfois extérieur à l’égard des biens, afin d’être en meilleure capacité de recevoir de Lui. Il s’agit de donner pour être capable de recevoir, pour accueillir avec plus de liberté le Don de Dieu. Et ce don, c’est la Vie éternelle, consolation éternelle de ceux qui sont pauvres de cœur ou de tout, comme le pauvre Lazare.

 

« A ces mots, le jeune homme s’en alla tout triste car il avait de grands biens. » Cette tristesse signe son incapacité à accueillir la joie, la consolation spirituelle. Dans la prospérité économique, le risque est grand de se faire illusion sur son indigence spirituelle. Ce jeune homme est reparti en ayant sans doute un peu perdu de ce mirage. En cela, il a déjà grandi.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don