Accueil
Le vitrail, une lumière venue du ciel
Partager

Le vitrail, une lumière venue du ciel

Un article rédigé par Guillaume Goubert - RCF, le 23 janvier 2024  -  Modifié le 23 janvier 2024
Les Histoires de l'art Le vitrail, une lumière venue du ciel

C'est un un lieu magnifique pour se familiariser avec cet art, la Cité du Vitrail qui a ouvert l’an dernier à Troyes dans l’ancien Hôtel-Dieu.

La vitesse, vitrail de Jacques Simon,1928, Cité du vitrail, Troyes © Elsa Viollet La vitesse, vitrail de Jacques Simon,1928, Cité du vitrail, Troyes © Elsa Viollet

On y découvre comment un vitrail est fabriqué et l’évolution des techniques au fil de siècles. La Cité expose aussi une collection de vitraux allant du XIVe au XXIe siècle. Les verrières sont posées à notre hauteur et fort bien éclairées, ce qui permet d’en contempler les détails et d’apprécier les techniques utilisées.

L’art du vitrail, un art très ancien

Beaucoup plus ancien qu’on ne l’imagine. Les plus anciens exemples de baies utilisant du verre coloré remontent à la fin du IVe siècle. Cependant, l’essor du vitrail se situe à l’époque romane avec l’apparition de verrières figuratives racontant des scènes de la Bible et de l’histoire sainte. L’âge d’or sera celui du gothique où le perfectionnement des techniques architecturales permettra de créer de très grandes baies. 

Selon l’historien d’art Herbert Kessler, « dans les Écritures et dans l’esthétique médiévale, la lumière était la figure fondamentale de la divinité et le moyen par lequel Dieu communiquait avec l’âme humaine ». C’est dire l’importance que pouvaient avoir les fenêtres des églises et ce qui y était représenté. Les vitraux, en quelque sorte, projetaient la parole de Dieu sur les fidèles. 

Pour ressentir cette dimension liturgique des vitraux, lors d’une visite à Troyes, il ne faut pas seulement visiter la Cité du vitrail mais aussi les églises de la ville et des environs, très riches en exemples bien conservés, la région ayant presque échappé aux destructions des deux guerres mondiales.

Le vitrail, pas seulement un un art religieux

À partir du XIXe siècle, l’usage du vitrail se développe dans les résidences privées mais aussi dans des lieux publics, par exemple les gares, les grands magasins ou les escaliers des musées. Cependant, la vitalité créative en matière de vitrail s’exprime surtout dans le domaine de l’art sacré. Il faut dire qu’après les guerres du XXe siècle, il y a eu beaucoup d’églises à reconstruire, beaucoup de vitraux détruits à remplacer. D’où de nombreuses commandes.

De nombreux grands artistes du XXe siècle ont créé des verrières pour des églises : Georges Braque à Varengeville-sur-Mer, Marc Chagall dans les cathédrales de Reims et de Metz, Henri Matisse dans la chapelle des dominicaines de Vence. À partir des années 1980, l’État a passé des commandes importantes à des artistes tout à fait contemporains comme, par exemple, les peintre abstraits Geneviève Asse et Olivier Debré pour la collégiale de Lamballe.

On se souvient aussi des débats suscités par les verrières créées par Pierre Soulages entre 1987 et 1994 pour l’abbatiale Sainte-Foy-de-Conques. On peut voir actuellement à Troyes un des vitraux précédents de l’abbatiale qui furent alors déposés. Oeuvres de Francis Chigot, ils dataient des années 1940. La comparaison entre deux styles est assez étonnante.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don