Accueil
Parler de l'histoire de la déportation aux jeunes, un devoir de mémoire
Partager

Parler de l'histoire de la déportation aux jeunes, un devoir de mémoire

RCF,  -  Modifié le 17 juillet 2023
Je pense donc j'agis Parler de l'histoire de la déportation aux jeunes, un devoir de mémoire
Dimanche 25 avril est la date de la Journée nationale du Souvenir des victimes de la Déportation. Comment continuer à transmettre ce pan de l'histoire aux jeunes ?
RyanMcGuire on Pixabay RyanMcGuire on Pixabay

S’adapter à tous les publics

"Notre mission est de rendre l’Histoire accessible à tous les publics" indique Nathalie Lemière, responsable pédagogique au Mémorial de Caen. Avec plus de 700 000 visiteurs chaque année, ce lieu de mémoire accueille une majorité de jeunes avec un tiers des visiteurs ayant moins de 20 ans. "Le défi est de vulgariser l’Histoire en s’adaptant à chaque tranche d’âge, que ce soit des étudiants de primaire, de collège ou de lycée" ajoute Nathalie Lemière. L’enjeu est que les élèves deviennent acteurs de leur visite au musée. Christelle Muller, cheffe d’établissement du collège Louise Weiss à Strasbourg souligne l’importance de transmettre l’histoire de la déportation aux jeunes "en développant l’ouverture culturelle".
 

Vivre l’expérience du lieu 

Un des objectifs de ce devoir de mémoire est de "consolider la construction des citoyens de demain" affirme Christelle Muller. Cette dernière expose la nécessité d’aller à la rencontre du lieu en favorisant les visites de sites qui ont marqué l’histoire de la déportation. "Vivre dans une région ayant un passif avec la déportation comme l’Alsace facilite la transmission de l’Histoire" explique la cheffe d’établissement du collège Louise Weiss à Strasbourg. Brice, un auditeur de RCF habitant près de Nancy raconte que beaucoup d’élèves de la région visitent le camp de déportation d’Écrouves, fondamental pour le devoir de mémoire. "C’est une période de l’Histoire abordée en troisième puis avec les nouveaux programmes en terminale, avec un approfondissement" développe Christine Muller
 

Agir pour le devoir de mémoire

"Nous souhaitons montrer aux jeunes que le Mémorial de Caen est un lieu d’échange qui bouge" déclare Nathalie Lemière. La responsable pédagogique de ce lieu de mémoire explique que lors d’une médiation pédagogique, il y a toujours une écoute attentive de la part des élèves. Ce musée important pour la région propose des visites thématisées avec des interactions régulières entre des professeurs, les étudiants et l’intervenant comme l'ajoute Nathalie Lemière, "nous laissons la porte ouverte aux émotions". "Il faut être vigilant avec les mots employés et les images que nous décidons de montrer" affirme Christine Muller. Martine, auditrice de RCF déclare que des photos liées à la déportation trouvées dans le carnet de son père ont été traumatisantes pour elle. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

© RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Je pense donc j'agis

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don