Accueil
Face aux crises, comment entretenir l'espérance ?
Partager

Face aux crises, comment entretenir l'espérance ?

Un article rédigé par Anne Kerléo - RCF, le 19 décembre 2023  -  Modifié le 19 décembre 2023
Je pense donc j'agis Avant la nouvelle année, comment rouvrir l'horizon ?

Dans Rouvrir l'horizon, paru aux éditions de l'Emmanuel, Cécile Renouard et Xavier de Bénazé proposent un chemin pour conjuguer lucidité sur l'état du monde et espérance. Une lecture originale de la foi en la Résurrection, proposée aussi à celles et ceux qui ne partagent pas la foi chrétienne. Dans l'émission Je pense donc j'agis, sur RCF, ils témoignent et entrent en dialogue avec une jeune lectrice.

© Anne Kerléo, RCF © Anne Kerléo, RCF

Face aux crises multiples qui secouent notre monde, la tentation du découragement peut guetter même les personnes les plus solides et les plus engagées. Lorsque notre société craque de toutes parts et que nous ne savons plus comment faire face aux effondrements qui menacent ou sont déjà là, comment garder l'espérance ? Dans Rouvrir l'horizon - Manifeste d'espérance engagée face aux effondrements (Ed Emmanuel, 2023), la religieuse et philosophe Cécile Renouard et le jésuite Xavier de Bénazé invitent à revisiter la formule qui fait de chaque baptisé un "prêtre, prophète et roi". Et, aussi curieux que cela puisse sembler au premier abord, leur contribution peut s'adresser même à des non-chrétiens. Car la figure du prêtre peut devenir celle du contemplatif-méditant, celle du prophète peut prendre les traits du militant et celle du roi rejoindre celle du leader ou du responsable. 

Éviter les deux tentations du rose et du noir

Pour eux, ces figures de prêtre, prophète et roi peuvent être éclairantes pour sortir deux écueils fréquents dans cette situation de crise globale où l'horizon semble bouché : la tentation du rose (tout voir de manière positive) et celle du noir (ne voir que du négatif). Dès le début de leur livre ils évoquent ces deux tentations qui s'incarnent pour eux dans de nombreuses rencontres. Comme cette femme qui, au sortir d'une conférence sur l'encyclique Laudato Si dans une paroisse, dit à Xavier de Bénazé : "Merci ce ce que vous nous avez partagé. C'est dur. Heureusement nous, chrétiens, nous avons l'espérance. Nous savons qu'avec Dieu ça ira bien". Tentation du rose. 

À l'inverse, la tentation du noir prend corps dans d'autres rencontres, en particulier avec des jeunes, comme cette étudiante qui confie à Cécile Renouard au réfectoire du Campus de la Transition : "C'est terrible. Avec cette crise, j'ai l'impression qu'il n'y a plus d'avenir". Et les deux auteurs confient être eux-mêmes traversés par ces tendances "à peindre l'avenir en rose sous prétexte d'optimisme chrétien ou à draper d'un noir désespéré le jour qui vient". Pour eux, ce sont "des voiles qui empêchent de voir, d'analyser à la racine, et d'agir en conséquence"

Une espérance engagée pour rouvrir l'horizon

Loin du rose et du noir, pour Xavier de Bénazé et Cécile Renouard, seule une "espérance engagée" permet de "rouvrir l'horizon en cette période de crise", face aux effondrements multiples dont ils font le constat. Et cela passe par la mort et la résurrection du Christ, à laquelle "il nous a mystérieusement été donné de participer" le jour de notre baptême. Pour eux "c'est bien le Christ, l'Esprit du Christ, qui nous permet de vivre la traversée du désespoir"

Espérer c'est nous orienter vers ce qui nous rend plus vivants, même au cœur du chaos. 

Lorsqu'un enfant ou un adulte est baptisé, cette formule est prononcée : "tu es membre du corps du Christ et tu participes à sa dignité de prêtre, de prophète et de roi". Revisiter ces trois figures à l'aune des enjeux contemporains est pour les auteurs une manière de proposer des clés de discernement pour nourrir et structurer l'espérance. Et pour eux, "espérer c'est nous orienter vers ce qui nous rend plus vivants, même au coeur du chaos". À travers ces trois figures, ils proposent trois manières de s'engager dans le monde, sans jamais figer ces figures, qui peuvent se croiser, s'imbriquer, se succéder dans chacune de nos existences. 

L'avis d'une jeune lectrice militante

L'une des sources de fécondité de la démarche proposée par Cécile Renouard et Xavier de Bénazé, c'est le dialogue. Entre eux. Et avec d'autres. Par exemple, au cours de l'émission Je pense donc j'agis, avec Camille Rougier, jeune lectrice de leur livre, étudiante, membre du collectif Lutte et contemplation. Pour elle, l'une des réussites de Rouvrir l'horizon"c'est la double adresse de ce livre". Et elle souligne "d'abord la capacité à s'adresser à des chrétiens, fervents dans leur foi, mais pas nécessairement très engagés, en montrant les racines théologiques de l'action et de l'engagement et en montrant  qu'à travers la triple vocation baptismale de prêtre, prophète et roi, il y a effectivement à la fois cette dimension de contemplation, de ferveur dans la foi, mais aussi cette dimension de l'action qui est intrinsèquement liée à cette triple vocation."

L'accent mis sur l'importance du discernement collectif est extrêmement précieuse pour nous, militants engagés. 

Et puis, Camille se sent elle-aussi interpelée par Rouvrir l'horizon, en tant que militante. Ce livre "vient réajuster la nature de notre engagement et la manière dont il faut qu'on s'engage avec humilité" explique-t-elle. Et elle précise : "il y a cette phrase qui dit que nous sommes porteurs d'une bonne nouvelle, de cette espérance en abondance, mais qu'elle est reçue dans des vases d'argile. Et donc il faut toujours se rappeler de notre dimension fragile, bousculée, cachée par le péché originel. On peut être galvanisé par l'effet de groupe, par le militantisme, par la conviction de porter une parole qui est juste, et parfois il faut continuer de se laisser bousculer, par le Christ et par les autres. Et c'est en cela que je trouve que l'accent mis sur l'importance du discernement collectif est extrêmement précieuse pour nous, militants engagés". 

Au crépuscule d'une année 2023 marquée par de nombreuses crises, Rouvrir l'horizon vient nourrir l'espérance de manière salutaire et ouverte : à chacune et chacun d'y trouver de quoi alimenter sa réflexion, sa méditation, son engagement, pour plonger dans la nouvelle année avec espérance.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don