Accueil
Guillaume Néry, la passion des abysses
Partager

Guillaume Néry, la passion des abysses

Un article rédigé par Thierry Lyonnet, Amélie Gazeau - RCF, le 10 mai 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
Visages Guillaume Néry, la passion des abysses

Guillaume Néry a été quatre fois champion du monde d'apnée. Dans les profondeurs aquatiques, il a testé les limites de son corps. Après un accident qui a failli lui coûter la vie, l'apnéiste a décidé d'arrêter la compétition pour se consacrer à la valorisation de ce monde sous-terrestre qu'il chérit tant : la mer. Dans son dernier livre "Nature aquatique" (éd. Arthaud, 2022), Guillaume Néry raconte son paradis marin et évoque son engagement pour la préservation de la nature.

Guillaume Nery en apnée / Guillaume Néry Guillaume Nery en apnée / Guillaume Néry

Explorer l'inconnu

 

Petit Guillaume Nery voulait être astronaute, aujourd'hui il parcourt les fonds marins en apnée pour montrer leur beauté au reste du monde. Ce qu'il aime dans le cosmos aquatique c'est ce "monde de sensation, c'est un monde avec d'autres lumières, d'autres couleurs et il y a que là que l'on peut expérimenter quelque chose de radicalement différent" explique-t-il. Guillaume Néry aime cette radicalité, ce mystère, cette inconnue. Alors que la plupart des humains ont peur des profondeurs maritimes, l'apnéiste lui s'y sent apaisé. "On a inventé très récemment le masque qui a été cette ouverture du regard vers ce qu'il y a dessous et là tout de suite on est apaisé parce que évidemment c'est un monde sauvage mais il n'y a pas cette mythologie du monstre marin prêt à nous sauter dessus."

 

 

 

La mer, une école de la vie

 

Guillaume Néry a été quatre fois champion du monde d'apnée. ll est descendu jusqu'à 126 mètres de profondeur, son record officiel. Se priver de ce qui nous rend vivant dans un environnement aussi hostile  a été source de nombreux apprentissages pour le quarantenaire, une vraie école de la vie. "Il faut accepter qu'on ne peut pas avoir le contrôle sur ce qui bien plus grand que nous pour pouvoir continuer à plonger. Le réflexe humain face à la contrainte c'est de résister, de se battre, de s'opposer et je pense que dans nos quotidiens ont a tendance à appliquer cette logique pour tout sans avoir la lucidité parfois du moment où il faut basculer dans une logique d'acceptation" constate-t-il. Un laisser-aller nécessaire dans la pratique de la plongée face à une pression importante des éléments devant laquelle on ne peut pas lutter.

 

La narcose, l'ivresse des profondeurs

 

Yoga, exercice de souplesse, préparation physique et mentale, l'apnée demande un entraînement exigeant. Chaque plongée est engageante mais n'est pas dangereuse précise Guillaume Néry. Pour autant il faut avoir "une maîtrise des émotions et une grande concentration et l'outil principal c'est la respiration et rentrer vraiment dans une forme d'hibernation physique et mentale. Ce n'est pas du tout penser à rien, mais c'est un peu comme la méditation. C'est être centré sur l'instant, le présent."

 

L'apnée est un moment très intime où l'on se retrouve face à soi-même ou "on est pleinement là" explique l'apnéiste. Un moment hors du temps qui parfois donne lieu à un phénomène étonnant, la narcose, plus communément appelée l'ivresse des profondeurs. "La narcose c'est une modification de la lucidité qui s'explique de manière physiologique [...] moi elle entraîne l'accélération des pensées. Ce sont des visions qui ne sont pas toujours agréables que j'ai eu beaucoup de mal à gérer jusqu'à ce que je comprenne qu'il fallait que j'arrête de trop m'investir dans ces visions" explique Guillaume Néry.

 

La plongée de trop

 

Alors qu'il essaye de battre son record, Guillaume Néry se fait peur. Un accident dû à une erreur humaine qui va changer sa vie. Alors qu'il plonge pour battre son record, l'apnéiste trouve que c'est long, un peu trop long. Il réussit malgré tout à récupérer la petite tablette prouvant qu'il est allé à 129 mètres et remonte tranquillement. À 10 mètres de l'arrivée , il perd connaissance. Il se réveille sur le bateau sous oxygène "je vérifie mes instruments de plongée  et là je vois s'afficher 139 mètres au lieu de 129 mètres et je réalise que l'organisation a fait une erreur dans la mesure du cable" se souvient-il. Suite à cela, le sportif décide d'arrêter la compétition et de continuer l'apnée d'une manière différente, plus artistique, en réalisant des films mettant en avant la beauté du monde aquatique. "Ce que j'essaye de faire c'est raconter des histoires sous l'eau en utilisant les codes de la fiction mais en étant dans des situations réelles, dans des décors réels pour pouvoir mettre en lumière ces endroits extraordinaires" explique Guillaume Nery. De magnifiques films oniriques et aquatiques à retrouver gratuitement sur sa chaîne Youtube.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don