Accueil
Soutenir les populations touchées par le séisme en Haïti
Partager

Soutenir les populations touchées par le séisme en Haïti

Un article rédigé par Melchior Gormand, Isaline Boiteux - RCF,  -  Modifié le 22 septembre 2021
Je pense donc j'agis Soutenir les populations touchées par le séisme en Haïti

Plus d’un mois après le séisme qui a frappé Haïti, les aides continuent à arriver dans ce pays à bout de force à se relever. Illustrations avec Frantz Phillipe, président de l’association Un geste pour Haïti et Marion Chatrefoux, référente programme Haïti pour Solidarités International.

© billycm / pixabay © billycm / pixabay

Apporter une réponse d’urgence


"En tant qu’haïtien vivant en Europe, quand j’ai vu l’ampleur des dégâts causés par le séisme de 2010, j’étais obligé d’agir" déclare Frantz Phillipe, président de l’association Un geste pour Haïti. Marion Chatrefoux, référente programme Haïti pour Solidarités International se souvient : "En tant qu’ONG à but non lucratif, nous sommes intervenus à la suite du séisme de 2010 et nous ne sommes plus jamais partis. Dès le lendemain du tremblement de terre, nous nous sommes rendus dans la région des Nippes, particulièrement touchée. Nous avons tout d’abord constaté des besoins en abris et des besoins en eau potable". 


Le défis des aides


Frantz Phillipe ne cache pas sa colère : "Les aides sont très désorganisées, il y a un problème de coordination évident. Aujourd’hui, le pays est au fond du gouffre, mais cela ne sert à rien de déployer des aides si elles ne sont pas coordonnées. Quand les haïtiens entendent les sommes versées à Haïti, mais qu’ils ne voient pas concrètement où ces millions sont investis, cela génère beaucoup d’incompréhension et de colère". Marion Chatrefoux reconnait que les aides peuvent parfois être mal redistribuées, mais assure toutefois que l’ONG Solidarités International est régulièrement soumise à des audits. 


Aider les populations


Il se murmure qu’Haïti serait un pays maudit. "Il n’en est rien" dément Frantz Phillipe, et d’ajouter "l’Etat n’a simplement pas les moyens pour correctement se développer. La vraie priorité aujourd’hui, c’est d’investir dans l’éducation". L’analphabétisme demeure un fléau majeur en Haïti. Trois haïtiens sur dix seraient analphabètes. Marion Chatrefoux insiste davantage sur l’urgence de mieux cibler les besoins : "après des catastrophes naturelles, des aides sont massivement déployées. Mais les moyens logistiques ne suivent pas toujours. Il faut plus de complémentarité entre les acteurs".
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don