Accueil
Banlieues : l'éducation face aux défis des quartiers

Banlieues : l'éducation face aux défis des quartiers

Un article rédigé par Melchior Gormand, Maud Denais - RCF, le 11 mars 2022  -  Modifié le 27 février 2024
Je pense donc j'agis En direct de Vaulx-en-Velin : l'éducation en banlieue

Pour la 4ème étape du tour de France de la présidentielle, RCF s'installe à Vaulx-en-Velin en banlieue lyonnaise, une ville assez emblématique et représentative des enjeux qui se présentent aujourd’hui aux quartiers populaires. Zoom sur la question de l'éducation.

© Soertop / Pixabay © Soertop / Pixabay

Milieu scolaire en banlieue : sectorisation ou ghettoïsation ?

 

La séparation sociale en milieu scolaire peut être problématique pour les enfants issus des quartiers prioritaires selon Pierre Obrecht, membre de l’association No Ghetto : « la ségrégation s’est malheureusement accentuée au cours des dernières années dans les micro quartiers et à cause de cette sectorisation, on construit des collèges ghettos ». Les enfants des quartiers populaires sont contraints d’étudier dans les établissements de banlieue et aucune mixité sociale n’est présente. Mais ce mélange social est pourtant essentiel et peut véritablement améliorer la rentabilité éducative comme le souligne l'intervenant : « pour nous, découvrir ceux qui sont différents, c’est très important ».

 

Entre émeutes, délinquance et chômage, les banlieues sont depuis toujours victimes de préjugés. André Voirin, professeur d’histoire géographie au collège Henri Barbusse, cherche à les déconstruire : « il y a trop de clichés. Certes, il y a de la violence et des moments de perturbation, mais ce n’est pas notre quotidien. Nous avons des élèves attachants et très motivés ». C'est à cause de ces idées reçues que les jeunes de quartiers sensibles sont mis de côté et que cette ségrégation persiste.


Des acteurs persévérants, mais des élus persistants

 

Face à ces problématiques, des associations et acteurs se mobilisent pour plus de mixité sociale et d'origine en milieu scolaire, et pour donner le meilleur aux élèves. Des professionnels de l'éducation, en établissements REP+ ou non, guident ces jeunes avec des méthodes d’enseignement spécifiques comme l’explique Marielle Desmules, directrice de l'école indépendante Cours La Passerelle, du réseau Espérance banlieues : « on essaye d’accompagner l’enfant pour qu’il puisse donner tout ce qu’il peut. On adapte nos enseignements au cas par cas, avec des méthodes pédagogiques efficaces ». Ces approches éducatives semblent d'ailleurs porter leur fruit : « les élèves sont heureux dans nos écoles, et sont tristes de partir en vacances ».

 

Cependant, les élus ne partagent pas en majorité les convictions de ces acteurs de terrain, déplore Pierre Obrecht : « ils ne soutiennent pas vraiment nos analyses car ils estiment qu’il ne faut pas rompre les solidarités locales et laisser les jeunes dans leurs quartiers. Nous, nous pensons complètement l’inverse ». Et pourtant, pour faire bouger les lignes, ce sont ces politiques et représentants de collectivités qu'il faut convaincre : « nous visons ceux qui décident de la construction des collèges. C’est vers eux que nous menons nos actions ».

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don