Accueil
Soulager l'asthme naturellement
Partager

Soulager l'asthme naturellement

Un article rédigé par Aurore Sessa - RCF Vaucluse, le 27 février 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
Astuces santé Soulager l'asthme naturellement

L’asthme affecte des millions de personnes à travers le monde et cela  ne fait qu’augmenter de 50 % tous les dix ans. Les causes de l’asthme ne sont pas encore bien comprises. Cependant il y a des solutions prouvées pour soulager les symptômes. Découvrons-en quelques unes ....

asthme © pixabay asthme © pixabay

Bonjour à tous,
 

Cette chronique est basée en partie sur un article de GREENMED INFO , site américain se consacrant  à l'étude des questions de santé et d'environnement les plus importantes de notre époque. 
Un accent particulier est mis sur la santé environnementale.  Leurs recherches ciblées et approfondies explorent les nombreuses façons dont l'état actuel du corps humain reflète directement l'état réel de l'environnement ambiant.

Vous pouvez adhérer pour recevoir la newsletter ou avoir accès aux différentes études. Il vous suffit de choisir la langue.

 

tous © pixabayPour avoir été asthmatique je connais la désespérance de ne pouvoir pas pouvoir respirer normalement. Les symptômes comprennent une respiration sifflante, un essoufflement, une oppression thoracique et une toux. Dès que l’on commence à toussoter, si on n’arrive pas à résister au besoin de tousser, la machine infernale se met en route !
 

L’asthme peut conduire à la mort, aux arrêts maladies, peut gêner la vie scolaire et sportive.

 

Quels sont les causes provocant l’asthme ?

 

  • Aucune cause unique d'asthme n'a été identifiée.  Les symptômes peuvent être déclenchés ou aggravés par des infections virales, des allergènes, des pollutions, une atmosphère humide, la fumée de tabac, l'exercice physique et le stress, et même par un joyeux fou rire !
     
  • On constate que le taux de personnes souffrant d’asthme augmente de manière inquiétante, 50 % tous les 10 ans. Cela suggère que nous vivons dans un environnement qui ne respecte pas assez le Vivant et que nos systèmes immunitaires deviennent de plus en plus fragiles.
     
  • L'obésité est également liée à l'asthme.  Une étude de la Harvard School of Public Health ainsi que plusieurs autres études  ont révélé que l'obésité est à la fois un facteur de risque pour l'asthme et un facteur de gravité accrue des symptômes.
     
  • Plusieurs études établissent un lien entre certains cas d'asthme et les vaccins de l'enfance et surtout le moment où ils sont administrés.  Dans une étude portant sur 1 531 enfants du Manitoba, au Canada, les chercheurs ont constaté que le risque de développer de l'asthme à l'âge de sept ans était réduit de 60 % lorsque la première vaccination contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos (DTC) était retardée de plus de deux mois.
     
  • Les études montrent  que l’allaitement exclusif pendant les 3 premiers mois réduit les facteurs de développer de l’asthme de 30 % . Dans une étude portant sur 1500 nourrissons et enfants d'âge préscolaire, ceux qui étaient exclusivement allaités avaient un taux moindre de développer de l’asthme contrairement à ceux qui étaient partiellement allaités ou qui étaient au lait maternisé.

Et une méta-analyse de 12 études publiée dans le Journal of Pediatrics a montré que l'allaitement maternel exclusif pendant les trois premiers mois après la naissance réduisait le risque d'asthme de 30 %.  
Les chercheurs ont attribué cet effet aux propriétés immunomodulatrices du lait maternel.

 

Y a-t-il des remèdes naturels ?


Pour ceux qui souffrent d’asthme, il existe des remèdes naturels en accompagnement des traitements appropriés pour soulager les symptômes, aider à réduire le nombre de crises ainsi que dans certains cas diminuer la prise des traitements médicaux.  

Parmi quelques unes des solutions privilégiées, on peut citer :

  • Des exercices respiratoiresrespiration © pixabay

    De nombreuses études montrent que les exercices respiratoires jouent un rôle thérapeutique.

1er - Dans un essai contrôlé randomisé, des patients asthmatiques à qui l'on a enseigné des exercices de respiration ont montré une amélioration significative de leur qualité de vie, de leurs symptômes et de leur bien-être psychologique même après six mois (Nurs Times. 2009 Mar 17-23;105(10):22-7. PMID:19400340 ).
 

Dans une autre étude, les patients ont appris des exercices de respiration connus sous le nom de la méthode Buteyko, du nom du médecin russe qui a mis au point cette technique.  Les exercices de respiration Buteyko ont augmenté la maîtrise de l'asthme de 40 à 79 % et réduit de manière significative l'utilisation d'inhalateurs de corticostéroïdes par rapport à un groupe témoin.


Selon le Dr Buteyko, les crises d’asthme sont un mécanisme de défense visant à contrebalancer le manque de CO2 dans l’organisme. On sait qu’un tel manque provoque l’apparition de spasmes dans les muscles lisses des bronches, des intestins et du système circulatoire. De plus, une quantité minimale de CO2 est nécessaire pour que l’hémoglobine - qui transporte l’oxygène dans le sang et le transfert aux cellules - fasse son travail adéquatement. Buteyko parle de respiration excessive. Sur le lien il explique comment la méthode fonctionne.


En France il y a peu de thérapeutes qui pratiquent cette méthode, méthode valable aussi pour tous ceux qui ont besoin d’utiliser leur souffle, ou en cas d’autres problèmes respiratoires liés à une pathologie ORL mais aussi en cas d’attaques de panique, de ronflement.
Il y a des vidéos payantes qui expliquent la méthode en quelques séances.
 

2ième - Les exercices de respiration du yoga sont une thérapeutique pour les personnes souffrant d'asthme. (Indian J Physiol Pharmacol. 2012 Jan-Mar;56(1):63-8. PMID: 23029966
Ce que montre une étude portant sur 60 patients, la moitié d'entre eux ont été répartis au hasard pour recevoir des instructions de respiration de yoga.  Après deux mois, le groupe de yoga a montré une amélioration statistiquement significative de la fonction pulmonaire ainsi qu'une meilleure qualité de vie.
 

D’autres études font état des bienfaits de la pratique du yoga comme complément bénéfique associé à un traitement médical.
 

Dans une autre étude portant sur 17 étudiants universitaires, la moitié des sujets ont reçu un ensemble d'exercices de respiration, de postures physiques et de méditation yogiques trois fois par semaine.  Après 16 semaines, les données ont montré que le yoga améliorait de manière significative la relaxation, entraînait une attitude plus positive et réduisait l'utilisation des inhalateurs.  Les chercheurs ont conclu que les techniques de yoga semblent bénéfiques comme complément à la prise en charge médicale de l'asthme. (Allergy Asthma Proc. 1998 Jan-Feb;19(1):3-9. PMID: 9532318)

 

  • Le curcuma

curcuma © pixabayDes études montrent que la curcumine contenue dans le curcuma inhibe la réponse allergique.
D’autres études suggèrent que la curcumine aiderait à prévenir ou moduler l’inflammation et le stress oxydatif des voies respiratoires ( https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17569221/ , Protection from acute and chronic lung diseases by curcumin)


Dans une étude (J Clin Diagn Res. 2014 Aug ;8(8):HC19-24. Epub 2014 Aug 20. PMID: 25302215 ), 77 les patients souffrant d'asthme bronchique léger à modéré ont été répartis au hasard en deux groupes.  Un groupe a reçu le traitement standard de l'asthme tandis que l'autre groupe a reçu le traitement standard plus 500 mg par jour de de la curcumine.  Après 30 jours, les chercheurs ont conclu que la curcumine contribuait de manière significative à améliorer l'obstruction des voies respiratoires et ont suggéré qu’elle est efficace et sûre en tant que thérapie d'appoint pour le traitement de l'asthme bronchique.
 

  • Le magnésium
magnésium marin © pixabay

Des chercheurs de la faculté de médecine de l'université Brown ont testé le magnésium par voie intraveineuse sur des patients pédiatriques souffrant d'asthme modéré à sévère.  Trente patients ont été répartis au hasard pour recevoir soit du magnésium, soit une solution saline.  Vingt minutes plus tard, le groupe recevant le magnésium a montré une amélioration remarquable de la fonction pulmonaire à court terme. (Arch Pediatr Adolesc Med. 2000 Oct;154(10):979-83. PMID: 11030848).
 

Différentes études démontrent que la prise de magnésium par voie orale est également efficace pour contrôler l'asthme. (J Asthma. 2010 Feb;47(1):83-92. PMID: 20100026 )


Dans une étude publiée dans le Journal of Asthma, 55 patients ont été répartis au hasard pour prendre 340 mg (170 mg deux fois par jour) de magnésium ou un placebo. Après 6,5 mois, le groupe magnésium présentait une meilleure réactivité bronchique et de meilleures mesures subjectives du contrôle de l'asthme et de la qualité de vie.
D’autres études montrent également le bénéfice lié à la prise de magnésium.

Il est vrai que le magnésium entre dans plus de 300 réactions physiologiques et de nombreuses études montrent que beaucoup de personnes en manquent.


Un apport suffisant de magnésium sera une aide précieuse pour l’asthme à condition que vous en manquiez.

 

  • La vitamine D
vitamine D

(Eur Ann Allergy Clin Immunol. 2011 Jun ;43(3):81-8. PMID: 21789969).
L'asthme a été lié à des niveaux plus faibles de vitamine D.

 


Dans une étude portant sur 483 asthmatiques de moins de 15 ans et 483 témoins appariés, les chercheurs ont constaté que la carence en vitamine D était plus fréquente chez les asthmatiques.
 

La carence en vitamine D peut affecter le développement et la gravité de l'asthme.  Les chercheurs ont conclu que la vitamine D pouvait améliorer la fonction pulmonaire et la réponse aux stéroïdes, et réduire le remodelage des voies respiratoires. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27308869/

Dans une étude comparative, randomisée, en double aveugle, 140 patients ont reçu un traitement standard pour l'asthme tandis que la moitié d'entre eux recevaient également 1000 UI par jour de vitamine D3.  Après six mois, les chercheurs ont constaté que la vitamine D3 avait considérablement amélioré la qualité de vie des asthmatiques graves.( https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26311997/)

 

  • L’alimentation

1/ Des aliments à éviter :
 

lait © pixabayBeaucoup voient leurs symptômes disparaitre en éliminant les laitages de leur alimentation, ce que démontrent des études. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19932941/


 

pâtes sans glutenIl y a aussi d’autres aliments qui peuvent déclenchés une crise d’asthme comme le gluten.
Nous avons une hormone, la zonuline qui régule la perméabilité des cellules épithéliales qui tapissent et protègent différents tissus du corps comme ceux des intestins. On montre un lien entre hyperperméabilité et une allergie ou une intolérance au gluten comme favorisant une inflammation générale et celle des intestins.

Une récente recherche de l’Université du Michigan aux Etats-Unis démontre que cette hormone contrôle aussi la perméabilité pulmonaire.

Les chercheurs pensent qu’il y a un lien. En effet, on constate que lorsque des personnes suppriment aussi le gluten, les crises d’asthme diminuent, voire disparaissent et réapparaissent dès la consommation de ces aliments.


2/ Des aliments à privilégier :


fruits légumesUne méta analyse de plus de 30 études parue dans le Journal Nutrition Review a trouvé qu’une haute consommation de fruits et de légumes pouvait réduire les risques d’asthme et de respiration sifflante. 

Les chercheurs ont conclu que manger plus de fruits et de légumes pouvait réduire de 46 % le risque d'asthme chez les adultes et les enfants.

 

tomates © pixabayUne autre étude a révélé que les tomates étaient particulièrement puissantes.
Des chercheurs australiens ont soumis des adultes asthmatiques à un régime alimentaire pauvre en antioxydants pendant 10 jours.  Les mesures de la gravité de l'asthme se sont aggravées. 
 

Puis, pendant sept jours, les patients ont été répartis au hasard pour recevoir soit un placebo, soit un extrait de tomate (45 mg de lycopène/jour), soit un jus de tomate (45 mg de lycopène/jour). Les patients recevant l'extrait de tomate ou le jus de tomate ont réduit leurs signes d'asthme.  Les chercheurs ont suggéré que les suppléments riches en lycopène devraient faire l'objet d'une étude plus approfondie en tant que traitement de l'asthme. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18324527/

 

brocoli © pixabayUne recherche de l'université Johns Hopkins a également révélé que le sulforaphane  peut entrer comme traitement adjuvant de l'asthme (pour mémoire je vous ai proposé il y a peu une chronique sur le sulphorane).


Le sulforaphane est une substance phyto-chimique antioxydante et anti-inflammatoire que l'on trouve également dans d'autres légumes crucifères comme le chou de Bruxelles, le chou, le chou-fleur, le pak-choï, le chou frisé, le chou vert, le chou de Bruxelles, la roquette et le cresson.

 

L’huile de poisson ou les omégas 3


poisson © pixabayDe nombreuses études montrent que l'huile de poisson soulage les inflammations chroniques comme celles que l'on trouve dans l'asthme. Dans une étude portant sur 20 patients asthmatiques, les chercheurs ont comparé l'huile de poisson à un médicament très  utilisé pour prévenir la respiration sifflante et l'essoufflement causés par l'asthme.


Les sujets ont été répartis au hasard pour recevoir soit 10 mg de ce médicament, soit 10 capsules d'huile de poisson totalisant 3,2 g d'EPA et 2,0 g de DHA chaque jour pendant trois semaines.
 
Ensuite, tous les sujets ont reçu les deux traitements ensemble pendant trois autres semaines. Les résultats ont montré que le médicament  et l'huile de poisson étaient aussi efficaces l'un que l'autre (et que l'huile de poisson était légèrement meilleure) pour réduire l'inflammation des voies respiratoires. On sait que les omégas 3 ont un rôle anti-inflammatoire.
 

Mangeons des petits poissons gras !

 

L’écorce de pin

pin maritime © pixabayPycnogenol® est un extrait standardisé d'écorce de pin maritime français aux propriétés anti-inflammatoires.
Des chercheurs italiens l'ont comparé à l'utilisation d'inhalateurs de corticostéroïdes pour soulager les symptômes de l'asthme. 

Au total, 76 patients ont utilisé un inhalateur. Une moitié du groupe a utilisé un inhalateur et l'autre moitié du groupe  a  reçu en plus 50 mg du Pycnogenol matin et soir.
 

Après six mois, 55 % des patients avec Pycnogenol ont pu réduire leur utilisation de l'inhalateur, contre seulement 6 % des patients du groupe témoin. En outre, l'état de santé de tous les patients avec Pycnogenol ne s'est pas aggravé, alors que 18.8 % des patients du groupe sous inhalateur seul on vu leur état de santé se détériorer. Les chercheurs ont conclu que Pycnogenol permettait de mieux contrôler l'asthme allergique et réduisait le besoin de médicaments. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22108478/ 

 

Pycnogenol est également efficace pour aider à gérer l'asthme infantile léger à modéré.  Dans une étude randomisée, contrôlée par placebo et en double aveugle, 60 sujets, âgés de 6 à 18 ans, ont reçu soit du Pycnogenol, soit un placebo.  Après trois mois, le groupe Pyconogenol présentait une amélioration significativement plus importante des fonctions pulmonaires et des symptômes de l'asthme. Ils ont également été en mesure de réduire ou d'arrêter leur utilisation d'inhalateurs de secours plus souvent que le groupe placebo. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15641632/

 

La vitamine B6
 

vitamine b © pixabayDans une étude en double aveugle portant sur 76 des enfants asthmatiques, un groupe a reçu tous les jours de la vitamine B6.  Après cinq mois, les chercheurs ont constaté que la vitamine B6 avait entraîné une amélioration significative des symptômes de l'asthme et une réduction des doses de bronchodilatateurs et de cortisone. Ann Allergy. 1975 Aug;35(2):93-7. PMID: 1096686

 

Les huiles essentielles (HE)
 

huile essentielle © pixabaySi vous n’êtes familier avec les HE,  je vous invite à vous faire conseiller impérativement par un spécialiste en aromathérapie ou auprès de votre pharmacien si formé qui peut selon votre cas vous indiquer peut être d’autres HE, la posologie, quand, comment.


Il y a plusieurs huiles essentielles bénéfiques qui peuvent aider comme :

  • L’HE d’eucalyptus aux effets analgésiques et anti inflammatoires. Elle aide à réduire la respiration sifflante
  • L’HE de menthe poivrée ce que montre une étude parue dans l’European Journal of Medical Research. Cette étude suggère que les composés de cette huile contribuent à soulager. Et une autre étude de 2010 sur animaux a montré que cette huile agissait comme antispasmodique relaxant.
  • L'HE de thym avec ses vertus anti bactériennes contribue à éviter une infection bronchique
  • L'HE de gingembre utilisée depuis plusieurs siècles pour traiter de maladies respiratoires, contribue à inhiber la contraction des voies respiratoires
  • L'HE de lavande aide à se décontracter et associée à une technique de respiration peut offrir un soulagement



Les cures thermales :
 

thermes © pixabayElles aident à mieux gérer et réduire les crises, ainsi que renforcer le système immunitaire. Les cures thermales à base d’eau soufrée sont bien connues pour soulager.
En parlant de soufre, l’huile de Haarlem peut aider et va entrer dans le cadre d’amélioration du terrain, je vous invite à vous faire conseiller.



La gestion du stress

gestion stress © pixabayCombien de crises d’asthme sont déclenchées suite à une forte émotion ou à un état de stress chronique lié à une situation que l’on peut qualifier « d’étouffante » ou « bloquante ».
On s’aperçoit que lorsque la situation est considérée en conscience, les crises d’asthmes disparaissent ou sont beaucoup moins fréquentes.
 

D'autres réponses naturelles qui pourraient aider à soulager ou réduire les crises d’asthme :


Ces informations ne sont pas destinées à supprimer vos traitements mais peut être à l’accompagner. Parlez-en à votre thérapeute pour qu'il vous conseille.

Belle et douce semaine dans la paix du cœur.

 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don