Accueil
Comment diversifier l'alimentation de bébé ?

Comment diversifier l'alimentation de bébé ?

Un article rédigé par Vincent Belotti - RCF, le 17 janvier 2024  -  Modifié le 17 janvier 2024
Tu me remercieras plus tard La question des parents : comment diversifier l'alimentation de bébé ?

Bébé commence à grandir et il va être temps de commencer à diversifier son alimentation. Mais à partir de quand et comment s'y prendre ? Risques d'allergie, refus de toute nouveauté,  l'aider à manger seul ou pas, quelles solutions ? Les conseils et les astuces de Coline Stagnoli, consultante en nutrition et auteure de "Bébé mange comme nous" aux éditions Leduc

©Vincent Belotti ©Vincent Belotti

"Moi, depuis tout petit, j’aime pas les épinards ni les choux de Bruxelles. Moi, ce sont les champignons, c’est trop fade. Moi, c’est l’aubergine : il y a des graines, c’est mou. C’est le pire des légumes !" Pas facile de manger de tout quand on a 8 -10 ans. Un apprentissage pourtant nécessaire dès la sortie du biberon. Des pistes pour se sentir bien dans son assiette avec Coline Stagnoli, formée en nutrition à l’hôpital Necker et fondatrice du site Jeannoumange comme nous".

 


 
Quand commencer la diversification alimentaire ? "Vers 4 à 6 mois, avec l’avis du pédiatre et quand l’enfant se sent prêt, qu’il montre par exemple de l’intérêt quand vous lui tendez une cuillère." précise Coline Stagnoli. Mais sous quelle forme lui donner ? Tout dépend de son âge. Quelques repères : entre 4 à 6 mois, il sera capable de gérer des purées lisses, puis vers 6 mois, des purées moulinées ou des morceaux fondants, type omelette ou courgette cuite vapeur. Vers 9 mois, il pourra attraper des petits morceaux comme des pates ou des petits pois et en principe, à 16 mois, il sera capable de manger la même texture que ses parents.

Diversifier, c’est pouvoir donner de tout : fruits, légumes, fécules, protéines pour éviter les carences tout en limitant au maximum sel et sucre. Mais attention aux allergènes. Il y en a 14 reconnus, comme le lait, les œufs, soja ou fruits à coque. Le conseil de Coline Stagnoli : "Les introduire un par un, pendant trois jours et pas plus de deux par semaine, dès le début de la diversification, à partir de 4 mois révolus et 12 mois idéalement." Enfin, pas de miel avant un an, à cause du risque de botulisme infantile. En cause :  les bactéries apportées par des abeilles contre lequel le système immunitaire d’un enfant ne pourra pas se défendre.  Les crêpes au miel attendront donc  !

 

Ne jamais mentir à son enfant !

Mais une fois le menu établi, comment le proposer à bébé ? il y a la technique classique qui consiste à donner à la cuillère. Mais il y aussi la DME, diversification menée par l’enfant. Comme son nom l’indique, c’est lui qui va saisir les aliments. Les avantages : développer son autonomie, la motricité fine de ses doigts et se mettre à table en même temps et avec le même menu que le reste de la famille. Inconvénients : les risques d’éclaboussure, le temps à prendre son repas et surtout, ne manger que ce qu’il lui plait !

Le refus d’avaler ce qu’il n’aime pas. C’est la hantise des parents, avec des déjeuners qui se transforment en bataille rangée. Comment l’éviter ? "Pas de chantage, ni de menaces !" estime Coline Stagnoli. Par contre, il y a des astuces à tester. D’abord sur la présentation, en forme de tête de bonhomme ou de serpent, incluant les aliments litigieux. On peut aussi jouer sur les textures, en mixant les ingrédients ou en le préparant  en sauce. A condition de "ne jamais mentir sur la composition, sinon, l’enfant ne vous fera plus jamais confiance !" prévient la consultante en nutrition.

 

Un petit bisou sur ce qu'il n'aime pas 

Autre solution : "les aliments copains", c’est-à-dire associer ce que l’enfant aime avec un petit peu de ce qu’il n’aime pas. Exemple : Une bonne portion de pates avec un peu de brocolis. "Cela rassure l’enfant" explique la consultante en nutrition. "Quitte à lui faire faire un bisou sur l’aliment honnis pour surmonter son dégoût ! Ça a très bien marché pour ma fille !" explique en souriant la consultante en nutrition. 

Mais si brocolis ou épinards sont acceptés, rien ne dit qu’ils le resteront plus tard. Ce qu’on appelle la néophobie. En clair, le rejet de tout ce qui est nouveau. Un phénomène qui touche 75 % des enfants vers l’âge de deux ans. Et ça concerne aussi ce qui a été apprécié plus petit. Autant s’y préparer. Et se mettre plus que jamais patience et persévérance … au menu !

 


Pour aller plus loin :

"Bébé mange comme nous" de Coline Stagnoli aux éditions Leduc. Le rappel des points principaux concernant la diversification alimentaire, des conseils pour se mettre mettre au batchcooking pour préparer l'ensemble des repas de la semaine et 140 recettes parents à décliner en version kid ! A retrouver aussi sur : https://jeannoumangecommenous.com/
 

La Fabrique à menus : un site public pour vous donner chaque jour des recettes faciles, gourmandes et équilibrées.

A retrouver sur : https://www.mangerbouger.fr/manger-mieux/la-fabrique-a-menus/recettes?diet=ALL&page=1

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don