Accueil
Un dépistage massif du Covid-19 dès le 11 mai: la France sera-t-elle prête?
Partager

Un dépistage massif du Covid-19 dès le 11 mai: la France sera-t-elle prête?

Un article rédigé par Pauline de Torsiac - RCF,  -  Modifié le 29 juin 2021
Le dossier de la rédaction Un dépistage massif du Covid-19 dès le 11 mai: la France sera-t-elle prête?
Les autorités ont mis du temps avant de s'y résoudre, elles souhaitent désormais un dépistage massif du Covid-19 - ce dès le 11 mai, début du déconfinement. Cette échéance est-elle réaliste?
podcast image par défaut

Mesure d'envergure prise pour endiguer la propagation du coronavirus, le confinement devrait durer jusqu'au 11 mai, comme l'a annoncé Emmanuel Macron hier soir. Reste que l'une des clés de la lutte contre le Covid-19 est le dépistage. Si les autorités françaises ont mis du temps avant de s'y résoudre, elles souhaitent désormais qu'un dépistage massif soit effectué à partir du 11 mai.
 

Les plus fragiles, cibles prioritaires d'une vaste campagne de dépistage

Le ministre de la Santé l'a annoncé le 6 avril dernier lors de son point de situation : une 'vaste campagne de dépistage des personnes les plus vulnérables' va être lancée. La priorité sera donnée aux 'personnes âgées', aux 'personnes handicapées les plus fragiles' et aux 'professionnels qui les accompagnent'.

Ce sont en effet les personnes âgées qui paient le prix fort de cette épidémie. Romain Gizolme, directeur de l'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA), se réjouit que les Ehpad deviennent prioritaires.
 

un dépistage massif à partir du 11 mai

'Le 11 mai, nous serons capables de tester toutes les personnes ayant un symptôme', a déclaré le chef de l'État. Jusqu'à présent, et depuis que la France est passée au stade 3 de l'épidémie (c'était le 14 mars), le dépistage était réservé aux cas graves ou aux professionnels de santé exposés. Les autorités souhaitent désormais passer d'un 'usage rationnel' des tests, à un 'dépistage massif'.

Malgré les préconisations de l’OMS les autorités sanitaires françaises ont tardé à mettre en place des campagnes de dépistage du coronavirus. En cause, un manque d’anticipation mais aussi de moyens. Ainsi à Beauvais, le laboratoire Biolam a ouvert un 'drive-test' le 27 mars dernier. S'il a donné la priorité aux professionnels de santé, le laboratoire ne peut réaliser que 10 à 15 tests par jour, essentiellement par manque de moyens, comme en témoigne le Dr Johan Joly.

Cette échéance du 11 mai est-elle donc réaliste ? Consultés par les autorités, les spécialistes ont exprimé un avris favorable, répond le Dr François Blanchecotte, président du Syndicat des biologistes (SDB).
 

 

 

Deux méthodes de dépistage du Covid-19

Il existe deux méthodes pour dépister le Covid-19. Les tests PCR se font pendant la 'période de contamination de quelques jours à une semaine pendant laquelle vous êtes porteur du virus', explique le Dr François Blanchecotte, biologiste médical. À partir d'un prélèvement naso-pharyngé réalisé à l'aide d'un petit écouvillon inséré dans le nez on peut 'détecter le matériel génétique appartenant au virus'.

Les tests sérologiques 'doivent être utilisés dans un cadre de déconfinement, pour la période où on va essayer de mesurer quel est le taux de la population qui a été en contact avec le virus et comment elle s'est défendue'. La méthode sérologique consiste en une détection des anticorps à partir d'une prise de sang.

La Sécurité sociale pourrait se prononcer en milieu de semaine sur le remboursement de tests sérologiques homologués. Pour ce qui est des tests PCR, on devrait passer de 20.000 tests réalisés aujourd'hui chaque jour à 50.000 à la fin du mois.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don