Accueil
Prendre le temps de la rencontre avec les personnes migrantes
Partager

Prendre le temps de la rencontre avec les personnes migrantes

Un article rédigé par Melchior Gormand, Isaline Boiteux - RCF,  -  Modifié le 27 septembre 2021
Je pense donc j'agis Prendre le temps de la rencontre avec les personnes migrantes

Chaque année, la Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié est célébrée le dernier dimanche de septembre.

Tour d’horizon des dispositifs d’aide aux migrants avec Clémentine Gagnant de l’Association Catholique pour l’Accueil et l’Accompagnement des Migrants (ACLAAM), Anne Duthilleul de la Maison Bakhita et Corinne Maury de la pastorale des migrants du diocèse de Metz.

© Zachtleven fotografie de Pixabay © Zachtleven fotografie de Pixabay

Répondre à l’urgence


Face à une crise migratoire importante, les membres de l’ACLAAM se devaient d’agir comme le rappelle Clémentine Gagnant, déléguée générale de l'association : "Au moment de la création de l’ACLAAM en 2015, la ville de Mossoul en Irak venait de tomber aux mains de l’Etat Islamique. Mossoul étant jumelée avec Lyon, il y a eu un formidable élan pour accueillir les personnes exilées". Anne Duthilleul, présidente de la Maison Bakhita à Paris se souvient de l’appel à l’hospitalité lancé par le Pape François en 2017. Ce lieu d'accueil dont l’ouverture est prévue pour début octobre, s’apprête à recevoir près de 150 migrants par jour.


Intégrer les migrants


Au sein de la Maison Bakhita, l'accueil et la formation sont imbriqués. Pour Anne Duthilleul, "il est crucial d’accompagner et de former les migrants". Le pôle compétence comprend plusieurs ateliers (couture, cuisine) et des ateliers numériques pour accompagner les migrants dans leurs démarches en ligne. Le pôle intégration propose des activités d’échanges culturelles et des ateliers d’aide à la recherche d’emploi. Corinne Maury, responsable de la pastorale des migrants du diocèse de Metz souligne que ces ateliers de formation sont parfois l’occasion d’en apprendre plus sur les difficultés des participants : "très vite, nous nous sommes aperçus que les cours de français que nous dispensons agissent comme une sorte de terreau pour accueillir les personnes. Par exemple, il nous arrive de constater que les enfants scolarisés font souvent les interprètes pour leurs parents".


Créer du lien social


Les temps de rencontre permettent à la fois de partager avec les personnes migrantes mais également de faire le point sur les épreuves qu’elles rencontrent. "Il est important que les personnes se confient sur leurs difficultés. On ne va pas forcément toujours pouvoir les résoudre, mais on essaye de les orienter le mieux possible" explique Corinne Maury. Pour cela, il est indispensable d’établir une relation de confiance dans l’accompagnement : "pour qu’une rencontre s’opère, il faut savoir changer de regard, de posture et laisser la place à l’autre. Sous les étiquettes, il y a des personnes. Et on a souvent bien plus de choses en commun avec eux que ce que l’on soupçonne" souligne Clémentine Gagnant

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don