Accueil
Panthéon
Partager

Panthéon

RCF,  -  Modifié le 2 juillet 2018
Dimanche 1er juillet, Simone Veil entre donc avec son mari au Panthéon. Hommage suprême de la Nation. Le Panthéon, voilà un mot assez transparent dans sa formation.
Pascal Hausherr Pascal Hausherr

Le mot même de Panthéon fait penser au monument parisien, mais c'est aussi toute une histoire qui remonte aux Grecs. C’est une histoire des plus anciennes et nos vieux dictionnaires s’en font déjà l’écho. Si par exemple on consulte le Grand Dictionnaire historique ou mélange curieux de l’histoire sacrée et profane publié en 1673 par Louis Moréri, ordonné prêtre à Lyon, on s’étonne que « Panthéon » renvoie à Agrippa. Mais en fait c’est bonne logique, puisque c’est à ce consul, gendre de l’Empereur Auguste, que l'’on doit divers ouvrages édifiés à Rome, aqueducs, thermes, mais surtout passé à la postérité, le Panthéon, que Moreri décrit comme un « temple en forme sphérique bâti à l’honneur de tous les Dieux. » Ce fut le pape Boniface IV qui en 607 « purifia » - c’est le verbe utilisé par Moreri - ce temple qui avait été dédié aux Dieux les plus considérables de l’Antiquité, pour le transformer en l’église Notre Dame de la Rotonde, le mot « rotonde » faisant référence à sa forme.

En fait, il faut remonter à Panthée, une statue qui portait les marques de tous les Dieux, désignée ainsi à partir du grec pan, signifiant tout, et theo. Littéralement le « panthéon » signifie en fait  le lieu de tous les dieux.

C'est de ce Panthéon qu'est né celui de Paris, dont l'histoire commence aussi en tant que monument religieux. Il correspond en effet à un vœu que Louis XV formule en 1744, au moment où il est gravement malade à Metz : s’il guérit, promet-il, il édifiera une église. La construction est alors confiée en 1763 à Soufflot, et l’église sera achevée en 1790. Elle devait être dédiée à la patronne de Paris, mais la Révolution ayant éclaté, on décida d’y accueillir les tombeaux des grands hommes de la patrie. Le monument redevint église sous la Restauration et le Second Empire, mais fut rendu aux personnalités illustres sous la IIIe République, à l’occasion des funérailles de Victor Hugo. Eh bien, hier, c’était une très grande dame qui rejoignait avec son mari, ce haut lieu de la Nation reconnaissante.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don