Accueil
Olivier Babeau : "Le temps libre est un défi redoutable que l'on n'a pas vu"

Olivier Babeau : "Le temps libre est un défi redoutable que l'on n'a pas vu"

Un article rédigé par Constantin Gaschignard - RCF, le 23 mai 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
L'Invité de la Matinale Olivier Babeau : "Le temps libre est un défi redoutable"

"Un roi sans divertissement est un homme plein de misères", écrivait Pascal quatre siècles avant nous. Le plus affairé des hommes a besoin de s'aérer l'esprit pour éviter de penser à la mort qui le guette. L'essayiste Olivier Babeau analyse le divertissement sous toutes ses coutures, et avertit du danger qu'il représente lorsqu'il est mal employé.

Olivier Babeau est essayiste, économiste et président de l'Institut Sapiens (think-tank) Olivier Babeau est essayiste, économiste et président de l'Institut Sapiens (think-tank)

Jamais nous n'avons si mal usé de notre temps libre qu'à l'époque où nous en avons le plus. "Le temps libre est un défi redoutable que l'on n'a pas vu, considère Olivier Babeau, président de l'Institut Sapiens et auteur d'un essai consacré à ce sujet selon lui sous-traité*. On ne le problématise pas, on n'a pas pensé la façon dont on l'occupe, mais en réalité c'est un défi considérable. Il faut encore plus d'efforts pour réussir ses loisirs qu'il n'en faut sans doute pour réussir son travail", ose-t-il, toute contre-intuitive que puisse paraître cette assertion.

 

 

Il faut encore plus d'efforts pour réussir ses loisirs qu'il n'en faut sans doute pour réussir son travail

 

 

Le cofondateur du think tank libéral dissèque le rapport spécifique de chaque époque au divertissement. "Au XVIIIe siècle, le but dans la vie de la plupart des gens était d'aller auprès de Dieu. La vie était une épreuve dans un monde qui était dur", retrace Olivier Babeau, avant de faire un saut de deux siècles. "À partir des Trente Glorieuses, on s'est dit que le sens de la vie était le confort ici maintenant, et de fait il y a eu une progression objective du confort". Quelques décennies plus tard,  "on est dans ce que j'appellerais une société post-consumériste, on se rend compte que la consommation ne suffit pas à donner un sens. On se tourne donc vers le divertissement dont parlait déjà Pascal". Ce d'autant plus que "le progrès technique a entraîné une disparition de tous les métiers extrêmement pénibles. On ne s'imagine pas combien, il y a deux siècles, 90% des métiers vous brisaient le corps, souligne-t-il. Aujourd'hui, on travaille 12% de sa vie éveillée quand on fait une carrière aux 35 heures et que l'on vit 85 ans"

 


Savoir mettre le plaisir à distance, vaste programme pour notre époque

 

Pour Olivier Babeau, l'enjeu est de "mettre le plaisir à distance", à travers, par exemple, la pratique laborieuse d'un art. Laquelle offre un plaisir différé, mais bien plus riche que la satisfaction immédiate procurée par le "loisir-divertissement, le loisir le plus facile". "Travailler un instrument de musique fait souffrir pendant un moment mais, au bout de quelques années, vous avez accès à une qualité de plaisir extraordinaire", illustre-t-il. Hélas, dans un monde marqué par l'embarras d'un choix infini, la tentation du plaisir instantané prend souvent le pas sur les options plus constructives. "Il est très dur, dans notre monde égalitariste, de hiérarchiser les occupations, note l'essayiste. D'être capable de dire : telle occupation a plus de valeur que telle autre".

 


Epidémie d'absence de passion

 

Et le travail, dans tout ça ? Ces derniers mois, le débat chaotique sur la réforme des retraites a révélé les mutations profondes des Français dans leur relation au travail. Épidémie de paresse ? "Épidémie d'absence de passion, rétorque Olivier Babeau, qui pense qu'une vie sans flamme est une existence pleine de misères. Le drame de notre époque, c'est sans doute qu'il s'agit d'un drame sans passion. L'une de mes grandes attaques contre le divertissement, c'est justement que c'est une activité dépassionnée. Enervée au sens XVIIIe siècle, c'est-à-dire qu'elle n'a plus de nerfs". Remettre l'envie au cœur de l'instruction, voilà un enjeu fondamental. "Je pense que l'école devrait transmettre la libido sciendi, cette curiosité de savoir", défend-t-il. Et de citer Montaigne : "Éduquer, ce n'est pas remplir un vase mais allumer un feu".

 

 

*Olivier Babeau, La tyrannie du divertissement, Buchet-Chastel, 2023, 21,50 euros

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don