Accueil
Le christianisme: une invention?
Partager

Le christianisme: une invention?

Un article rédigé par Vanessa Sansone - RCF Haute-Savoie, le 13 mai 2022  -  Modifié le 13 mai 2022
Vitamine C, en Haute-Savoie Le christianisme : une invention ?

Que s’est-il passé après la mort de Jésus ? Comment sont nées, se sont développées et organisées les premières communautés chrétiennes ? Qui est à l’origine de leur structuration, de la sélection des Evangiles, de la rédaction d’un Credo commun à tous?  Finalement, peut-on parler d’invention, comme le suggère le sous-titre de l'encyclopédie "Après Jésus"? Deux chercheuses nous répondent. 

Soirée Vitamine C, Les Débats à la Maison du Diocèse d'Annecy Soirée Vitamine C, Les Débats à la Maison du Diocèse d'Annecy

Une première communauté de disciples, puis des petits groupes, qui se mettent à proclamer un message inouï: Jésus est ressuscité, il est le fils de Dieu. "Il y a des chrétiens à partir de Jésus. Ceux qui reconnaissent dans Jésus le messie attendu se nomment ainsi, dans les Actes des Apôtres. Le terme de christianisme date, lui, des années 110, dans les lettres d'Ignace d'Antioche. Pour la chrétienté, c'est à dire les structures et la culture commune, il faudra attendre Charlemagne", souligne Marie-Laure Chaieb, spécialiste du Christianisme des premiers siècles. 

"Pas de mode d'emploi pour fonder une communauté"

Les premières communautés de Jérusalem se sentent investies de la mission d'annoncer largement cette Bonne Nouvelle, qui se répand. Puis arrive Paul de Tarse: ancien persécuteur de disciples de Jésus, il se convertit soudainement et part dans de grands voyages pour annoncer le message. "Il n'y a pas de mode d'emploi pour fonder des communautés, Paul arrive, travaille et annonce. Petit à petit des gens se convertissent" souligne Chantal Reynier, bibliste. "En revanche, il y a une stratégie de Paul dans le choix de ses destinations: il vise les mégalopoles de l'époque". 

Un développement pragmatique

La croyance en Jésus ressuscité connaît un essor rapide dans ce premier siècle. Les communautés tâtonnent, partent des habitudes des personnes qui se convertissent, trouvent chacune leur mode de fonctionnement. Au départ du missionnaire, un sage est nommé pour veiller sur la communauté. "C'est pragmatique. On se pose des questions théologiques, mais aussi très concrètes: quel jour jeûner, à quels moments prier le Notre-Père, par exemple" expliquent les deux chercheuses, qui ont contribué à l'ouvrage collectif Après Jésus

Répondre aux questions des communautés

Les lettres de Paul répondront aux questions des communautés. Puis, aux premiers siècles, ceux qu'on appelle aujourd'hui les Pères de l'Eglise. Alors peut-on parler d'invention? "On invente pas le christianisme: on le reçoit! Mais Bonne Nouvelle est toujours nouvelle pour aujourd'hui. Notre lecture des écritures doit nous incité à chercher du neuf" assume Chantal Reynier. "En tous cas, le christianisme n'est pas tombé tout cuit: il s'est fait. Mais jamais sans l'Esprit Saint!" conclut Marie-Laure Chaieb. 

 

  • Marie-Laure Chaieb est enseignante-chercheuse en patristique à l'Université Catholique de Lyon
  • Chantal Reynier, bibliste, a écrit plusieurs ouvrages sur Saint Paul et vient de publier un livre sur Marie de Magdala

Cette émission spéciale Vitamine C Les Débats a été enregistrée en public à la Maison du Diocèse d'Annecy, en partenariat avec le Service de Formation du Diocèse d'Annecy, la bibliothèque de sciences religieuses et la Maison du Grand Pré. 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don