Partager

Laurent Bouvet: "le problème de Fillon, c'est qu'il s'adresse à un électorat déjà acquis"

RCF,  -  Modifié le 25 juin 2021
L'Invité de la Matinale Laurent Bouvet: le problème de Fillon, c'est qu'il s'adresse à un électorat déjà acquis
Partager
François Fillon maintient donc sa candidature malgré une convocation en vue d’une mise en examen le 15 mars prochain. Sa campagne devient de plus en plus difficile à mener.
podcast image par défaut

"Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas". Ce sont les mots que François Fillon a prononcés mercredi à Paris, lors d'une intervention en direct de son QG de campagne. 

François Fillon lance un ultime pari

"François Fillon s’adresse prioritairement à un électorat qui lui est déjà acquis. Un électorat de droite, et à ceux qui éventuellement pourraient se rallier à lui. Ce qui au final ne fait pas beaucoup de monde. On le voit bien dans les intentions de vote" explique le politologue Laurent Bouvet. Ce dernier ajoute que François Fillon a lancé un "ultime pari en ne se retirant pas. Il fonce dans le tas. Il risque le tout pour le tout".

François Fillon veut opposer la souveraineté du peuple, en appelant à une grande manifestation de soutien, contre les juges, qu’il n’a pas manqué d’esquinter. "C’est toujours risqué de taper sur les juges quand on a affaire à la justice. Mais s’il réussit son coup, il peut être élu président de la République. Il peut arriver au second tour. Il peut battre Marine Le Pen. Là, il aura gagné son pari. La probabilité est réduite, mais c’est possible" analyse encore Laurent Bouvet.

 

Le risque s'accroît pour la droite républicaine

Ce qui pose problème, pour Laurent Bouvet, c’est que François Fillon s’en prend aux juges alors qu’il aspire à devenir le garant de l’institution judiciaire, en tant que président de la République. Ce qui semble assez contradictoire, aux yeux du politologue.

Cela dit, sa décision de se maintenir ne fait pas que des heureux, dans son propre camp. L’UDI suspend son soutien. Bruno Le Maire a démissionné. Le directeur de campagne et les deux directeurs adjoints ont également jeté leur tablier. "Le risque s’accroît. Il y a des désistements dans sa campagne. Plus on va aller vers la date de dépôt des candidatures, plus cela devient difficile pour le camp de la droite républicaine, de trouver un candidat alternatif" conclut Laurent Bouvet.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don