Accueil
La montée des marches
Partager

La montée des marches

RCF,  -  Modifié le 9 mai 2018
Pascal Hausherr Pascal Hausherr

Le 23 mai 2017, le Festival de Cannes fêtait ses 70 ans, l’occasion de réunir les grands noms du cinéma qui ont foulé « le tapis rouge », autre expression associée à ce que la presse a appelé une « montée des marches historique ». Montée des marches voilà une formule qui manque encore dans nos dictionnaires et qui pourtant marque déjà la langue française. « Le Festival de Cannes c’est aussi la montée des marches du Palais à l’occasion de la présentation de la sélection officielle », voilà ce que je lis dans un hebdomadaire.

C'est vrai que l'on dit que, pour la montée des marches au Festival de Cannes, il y a en moyenne plus de 200 appareils photos et caméros, pour précisément vingt-quatre marches. Il faut l’admettre, fouler le tapis rouge à cet endroit c’est se retrouver au plus prestigieux festival de cinéma du monde, là où se retrouvent toutes les célébrités du septième art. Arrivant dans une limousine aux vitres teintées, les stars, étincelantes dans leur robe du soir, font quelques pas étudiés sous le crépitement des flashs, photos et vidéos relayées dans l’heure dans le monde entier, puis c’est la montée des marches, étudiée, avant de disparaître dans le Palais. Un professeur, Pascal Lardellier, a écrit un livre sur La Montée des marches, ce qui devrait d’ailleurs réveiller les dictionnaires. Il relie ce spectacle à un acte de croyance, « j’ai vu la star me sourire, donc elle existe ». Et il ajoute : « Si Hollywood est le lieu de fabrication du rêve, Cannes en la vitrine magique ». Et d’ajouter un peu blasé que « Cannes et ses marches semblent être le seul lieu de transition possible entre leur existence et la vraie vie, somme toute trop morne pour qu’on s’y arrête ». « Cannes est le temple des stars, les marches sont une nef et le Palais des festivals le chœur de cette architecture rituelle ». Bien, n’en faisons tout de même pas une cathédrale. Et attention aux punitions cette année pour les selfies.

Lorsque « montée » est apparu à la fin du XIIe siècle, issu du verbe monter déjà repéré vers 980, il est déjà question de marches, mais point de selfie, mot apparu en 2013. Pratique formellement bannie en 2018 : « on vient au festival pour voir et non pour être vu » a dit le directeur. Judicieuse formule... Eh bien voilà point d’autoportrait numérique ou d’égoportrait avec mes actrices préférées, cette année. Mais là tout de suite, on va se faire un petit un égoportrait, pour ne pas dire un selfie.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don