Accueil
Journée mondiale sans sacs plastique : comment réduire nos déchets ?
Partager

Journée mondiale sans sacs plastique : comment réduire nos déchets ?

Un article rédigé par Jeanne d'Anglejan, Melchior Gormand - RCF, le 18 octobre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
Je pense donc j'agis Déchets : comment utiliser moins de plastique ?

Chaque année le 3 juillet, c'est la journée mondiale sans sacs plastique. Omniprésent dans nos vies, le plastique est pourtant extrêmement nocif pour notre planète. De plus en plus de personnes s’engagent dans une chasse au plastique pour réduire nos déchets. Nombreuses sont les alternatives qui peuvent, avec un peu de créativité, ne pas être onéreuses. Des associations qui agissent à l’échelle locale étaient à l’antenne pour partager leurs bons conseils. 

© Rika Cossey de Pixabay © Rika Cossey de Pixabay

La prise de conscience comme point de départ

 

Emma Chanu est coordinatrice de Zéro Déchet Lyon. Il y a quelques années, elle part en voyage à vélo. Dans la préparation de son bagage, elle privilégie, pour l’alléger, les choses réutilisables et lavables. C’est le point de départ de son engagement. Elle s’engage alors à Zéro Déchet Lyon, collectif de citoyens et de bénévoles engagés. Ils s’intéressent à la gestion de nos poubelles et au gaspillage. Tiphaine Guillermou a fondé son blog en 2013. Longtemps expatriée, c’est à Singapour qu’elle a acté son engagement en découvrant les dessous de la production de l'huile de palme. Son blog est devenu avec le temps un blog zéro déchet. Elle est aussi coach auprès des entreprises qui veulent changer leurs habitudes. 

 

En 2015 naît à Lyon l’association Mouvement de palier. Si elle se penche d’abord sur la question du tri, ses membres ont ensuite élargi leur militantisme avec une volonté de partager leurs convictions. Julia intervient au nom de l'association et souligne la pluralité des formes d’action et les différentes échelles auxquelles on peut s'engager : "quand on commence à ouvrir les yeux sur le problème, on réalise qu’il faut agir d’un point de vue individuel et collectif".  

 

Le zéro déchet, une montagne à gravir ?

 

"On se met pas mal la pression", reconnaît Tiphaine Guillermou. Si le zéro déchet est un mode de vie très complet, il faut y aller pas à pas. La blogueuse recommande par exemple de commencer "avec quelque chose qui nous fait plaisir : si on aime aller au marché, on peut aller à la fin récolter les invendus avec des sacs de chez nous". C’est le premier maillon de la chaîne qu’il faut trouver, qui s’accompagne ensuite de “plein de petites techniques”. Et en ce qui concerne le prix, qui peut parfois être un frein, Tiphaine préconise d’aller "dans des enseignes avec une vraie éthique et démarche en qui on peut avoir confiance".

 

La transmission de génération en génération peut aussi s’avérer ludique et concrète. Des personnes de tous âges sont concernées, et parfois très convaincues. Quand ils voient ça, les membres de Zéro déchet Lyon se sentent “reboostés”. L’association organise des apéros zéro déchet avec des thèmes différents pour toucher tous les publics : dans sa colloc’ ou dans sa salle de bain, chaque geste compte ! Ils proposent aussi différents défis et moyens d’engagements concrets.

 
Comment s’y mettre ?

 

Le savon de Marseille pour remplacer le liquide vaisselle, les affiches au bureau pour sensibiliser ses collègues, faire ses courses avec des sacs en tissus, etc. Tous les moyens sont bons. Conscientiser et sensibiliser à toutes les échelles, c’est le défi des associations intervenantes. Zéro déchet Lyon "porte un plaidoyer pour réduire le recours à l’incinération sur la métropole de Lyon". TiffinLyon donne, elle, des conseils pour agir chez soi, "avec son budget et son temps". Par exemple, l’emballage en carton a moins d’impact. Julia, de Mouvement de Palier, invite à "s’informer sur les consignes de tri de sa commune, à lancer des actions ensemble". Cette association fonctionne grace à un réseau d’ambassadeurs.

 

Et pour s’y mettre, Zéro déchet Lyon a lancé un "moteur de recherche du vrac". Abracadavrac regroupe ainsi, dans toutes les grandes villes de France, les épiceries qui vendent du vrac. Ce "travail de longue haleine" est encore en cours pour répertorier les entreprises. Les choses, à plus grande échelle, semblent changer. La loi Agec (2020) interdit par exemple l’emballage plastique de la presse.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don