Accueil
Gilles Pison : "Autour de 10 milliards d'humains à la fin du siècle, guère plus"
Partager

Gilles Pison : "Autour de 10 milliards d'humains à la fin du siècle, guère plus"

Un article rédigé par Pierre-Hugues Dubois - RCF, le 15 novembre 2022  -  Modifié le 28 novembre 2022
L'Invité de la Matinale Gilles Pison: "Autour de 10 milliards d'humains à la fin du siècle, guère plus"

D'après les Nations unies, l'humanité dépasse la barre fatidique des 8 milliards de terriens le 15 novembre. La population de la planète qui pourrait atteindre un pic à la fin du siècle, avec 10 milliards d'habitants d'ici la fin du siècle. Quels sont les enjeux démographiques de demain ? Échange avec Gilles Pison, professeur émérite au Muséum national d'histoire naturelle et conseiller de la direction de l'Institut national d'études démographiques (Ined).

La population de l'Inde devrait dépasser celle de la Chine en 2023 ou en 2024 ©Unsplash La population de l'Inde devrait dépasser celle de la Chine en 2023 ou en 2024 ©Unsplash

D'après l'ONU, la population mondiale va franchir la barre des 8 milliards d'habitants le mercredi 15 novembre 2022. "Il faut rappeler qu'on était 1 milliard d'humains en 1800 et que les projections des Nations unies annoncent qu'on serait près de 10 milliards en 2050, mais guère plus", souligne Gilles Pison, démographe, auteur de l'article "8 milliards d’humains : sommes-nous trop nombreux sur Terre ?" sur le site The Conversation"On entrevoit la fin de la croissance démographique rapide de l'humanité d'ici la fin de ce siècle."

 

Une croissance limitée jusqu'en 1800

 

Jusqu'au début du XIXe siècle, la population était relativement stable. "Les couples avaient six enfants en moyenne chacun. Mais la plupart des enfants mouraient en bas âge, et donc il n'en restait que deux qui survivaient jusqu'à l'âge adulte et devenaient eux-mêmes parents. Donc deux parents étaient remplacés par deux de leurs enfants, qui devenaient parents à la génération suivante. Et donc la population n'augmentait pas ou très faiblement", détaille Gilles Pison, auteur d'un "Atlas de la population mondiale, (éd. Autrement, 2019).

 

 

La vraie question n'est pas le nombre des humains, mais leur mode de vie

 

 

Alors que l'humanité prend conscience de la rareté grandissante des ressources à sa disposition, notre planète est-elle capable de supporter 10 milliards d'êtres humains ? "Il devrait être possible de nourrir les 10 milliards de demain mieux que la planète ne nourrit les 8 milliards d'aujourd'hui", répond le démographe. "Mais il va falloir changer nos agricultures et aussi nos régimes alimentaires. On sait bien que si tous les 10 milliards adoptent le mode de vie et surtout le régime alimentaire, dès la minorité de 1 milliard qui vit dans les pays riches, ce n'est pas possible."

 

Refuser d'avoir des enfants pour protéger la planète : "une fausse bonne idée"

 

De plus en plus de femmes et d'hommes disent ne pas vouloir avoir d'enfants pour des raisons environnementales. Pour Gilles Pison, "on sera probablement autour de 10 milliards d'humains à la fin du siècle, mais on ne sera guère plus. Il est illusoire de penser pouvoir modifier cette donne et donc agir sur le nombre des humains à court terme." Le démographe insiste : la croissance démographique ralentit déjà, "en raison de l'inertie démographique".

 

Des disparités par continents

 

En Asie, la population de l'Inde devrait dépasser celle de la Chine en 2023 ou en 2024, selon les projections. La population de l'empire du Milieu a déjà atteint son maximum, elle devrait maintenant décroître de façon spectaculaire : "elle voit sa population presque divisée par deux d'ici la fin du siècle", passant de 1,4 milliards à 770 millions d'habitants.

 

En ce qui concerne le continent africain, la population devrait tripler d'ici 2100. Des chiffres que les partis populistes européens agitent parfois, mais le démographe met en garde face aux contre-sens scientifiques. "Cette peur est injustifiée, parce que les habitant de l'Afrique subsaharienne sont ceux qui migrent le moins, en raison de leur pauvreté", justifie Gilles Pison.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don