Accueil
En souffrance, les étudiants veulent plus d'accompagnement
Partager

En souffrance, les étudiants veulent plus d'accompagnement

Un article rédigé par Clara Gabillet - RCF,  -  Modifié le 15 janvier 2021
Le dossier de la rédaction En souffrance, les étudiants veulent plus d'accompagnement
En pleine période d'examens, les étudiants souffrent de plus en plus des conséquences de la crise sanitaire. Deux d'entre eux ont tenté de se suicider en moins d'une semaine à Lyon.
DR DR

Sur la place de la Sorbonne à Paris, les étudiants se questionnent sur la légitimité de leur futur diplôme, parlent de leur précarité mais aussi de ces cours à distance devenus presque invivables. "C'est extrêmement compliqué de rester à la maison, ne pas avoir de prof en face qui explique. Je ne suis plus motivée pour travailler. Des fois j'ai limite envie de sauter par la fenêtre, j'en peux plus. J'ai jamais lâché mais il y a des moments où je me sens délaissée", confie Katarzyna, étudiante en première année de lettres modernes dans l’université parisienne, une année passée presque entièrement derrière son écran d’ordinateur. Elle déplore le manque de dialogue avec son administration, et des mails envoyés restés sans réponse.

À Lyon, deux étudiants ont tenté de se suicider il y a quelques jours. L’un des deux a son pronostic vital toujours engagé. L'Université Jean Moulin Lyon 3 dans laquelle il étudie a ouvert une cellule d’aide psychologique. L’onde de choc est immense dans les universités. "C'est très inquiétant parce ces tentatives de suicides ont été médiatisées mais il y en a peut-être plus. Voir que des étudiants veulent s'ôter la vie parce qu'ils sont étudiants dans cette période-là, c'est très grave. Macron parle des télésièges au ski mais nous les étudiants, il y en a qui se suicident ou qui pleurent tous les soirs", alerte Bridget Ndungu, étudiante et présidente du syndicat étudiant UNEF à Sorbonne université.

Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, s’est finalement exprimée lors d’un déplacement à Cergy (Île-de-France). Elle a déclaré que "les suicides chez les jeunes malheureusement il y en a tout le temps, tous les ans (...) c'est toujours multifactoriel".

Les partiels, catalyseur de la souffrance

Si le malaise était déjà bien ancré, la période d'examen en cours a aggravé la situation. Les étudiants sont appelés à passer leurs examens en présentiel alors que tous leurs cours se font à distance depuis des mois, ce qui suscite l’incompréhension. Cela fait donc quelques jours que les étudiants de la Sorbonne bloquent les différents campus de l’université pour demander un protocole strict face au Covid-19, alors que certains dénoncent des amphithéâtres étriqués, parfois sans fenêtre. 

Mais il y a aussi une importante précarité qui explique ce mal-être, avec de nombreux étudiants qui ont perdu leur job. "J'ai à peine 18 ans et je me retrouve face à une vie d'adulte que je dois entièrement gérer. Je me suis rendue à une distribution d'aide alimentaire gratuite. Il y avait énormément de monde donc je suis rentrée. On s'organise, c'est un peu compliqué", témoigne Isadora, étudiante en première année d'histoire-géographie à la Sorbonne. 

Des psychologues recrutés dans les universités

Face à ce mal-être, les présidents d'université tentent de réagir. À l’Université Clermont-Auvergne, son président a vu une augmentation des demandes de consultations pour aide psychologique. Mathias Bernard a donc renforcé ses effectifs de psychologues. "On a eu un envol des demandes de consultations de notre bureau d'accompagnement psychologique. On a été submergé. J'ai recruté des vacations supplémentaires pour des psychologues", explique-t-il.

Certains étudiants se sentent malgré tout oubliés et ne veulent pas qu’on sous-estime leur souffrance. Du côté de l’exécutif, on assure travailler sur la question. "Ça fait plus de 10 mois qu'on demande des efforts aux jeunes et le soutien psyhcologique existe. Mais nous le renforçons. Ce qu'il s'est passé à Lyon est un drame. Nous avons conscience de la situation et nous sommes en train d'y apporter des réponses renforcées", affirme Sarah El-Haïry, la secrétaire d’État à la Jeunesse et à l'Engagement.

À partir du 25 janvier, les étudiants en première année pourront revenir en présentiel par demi-groupe pour leurs travaux dirigés.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don