Accueil
Dossier césars 2021
Partager

Dossier césars 2021

Un article rédigé par Clotilde Dumay - RCF,  -  Modifié le 15 mars 2021
Un an après la polémique Roman Polanski, la 46e cérémonie des César va aussi devoir redonner espoir à une industrie du cinéma à bout de souffle à cause de la crise sanitaire.
DR DR

Trois films sont favoris, cette année : Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait, d’Emmanuel Mouret, Adieu les cons, d’Albert Dupontel et Eté 85, de François Ozon. Mais au-delà du palmarès, cette 46e cérémonie des César va surtout servir de test, ce vendredi 12 mars à l’Olympia, un an après la polémique Roman Polanski. L’an dernier, la victoire du cinéaste accusé de viol, dans la catégorie du meilleur réalisateur pour son film J’accuse, avait provoqué une onde de choc. En signe de protestation, l’actrice Adèle Haenel avait précipitamment quitté la salle Pleyel, et la maîtresse de cérémonie, Florence Foresti, n’avait pas remis les pieds sur scène de la soirée. Un an plus tard, la 46e cérémonie des César va donc devoir faire oublier ce fiasco. "Il y a beaucoup d’attentes autour de cette édition, de ce nouveau souffle, reconnaît Laurie Cholewa, l’animatrice de Canal + aux côtés de Laurent Weil. Et il y a une envie d’être dans le positif."

Une institution plus démocratique et paritaire

Il faut dire qu’en un an, les choses ont beaucoup évolué : critiquée après la polémique Polanski et pour son opacité, la direction de l’Académie des César a démissionné. C’est l’ancienne patronne de chez Arte, Véronique Cayla, qui a repris les rênes, avec son vice-président, le réalisateur Eric Toledano. Tous deux ont réformé les statuts de l’institution, en la rendant plus démocratique et paritaire. "L’Académie ancienne formule est terminée, c’est-à-dire l’absence de démocratie, le fait que les instances étaient cloisonnées et qu’il n’y avait pas de corrélation entre la gouvernance et les presque 5.000 votants, observe Sandrine Brauer, productrice et co-présidente du Collectif 50/50, qui encourage la parité et la diversité dans le cinéma. Et puis on est très heureux du tandem qui est à la présidence, ce sont deux personnalités pour lesquelles nous avons beaucoup d’empathie. Cette configuration nous rend donc optimistes." L’évolution n’est encore toutefois que partiellement perceptible : cette année, parmi les cinq prétendants au César du meilleur réalisateur, Maïwenn est la seule femme nommée, pour son film "ADN".

De l’humour pour faire passer le message d’une réouverture des cinémas

De l’espoir, il en faudra aussi dans ce contexte de crise sanitaire : en 2020, les salles ont été fermées pendant 162 jours au total, d’après le Centre national du cinéma. "On espère que certains intervenants vont parler de la situation et vont revendiquer une réouverture rapide des lieux culturels", indique Marc-Olivier Sebbag, le délégué général de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF). Un contexte difficile que la maîtresse de cérémonie, Marina Foïs, ne pourra pas ignorer, et qu’elle essaiera certainement d’aborder à travers le rire, aux côtés des humoristes Laurent Lafitte et Blanche Gardin.

La comédie sera d’ailleurs à l’honneur, puisque la troupe du Splendid va recevoir un César d’anniversaire pour le succès des Bronzés et du Père Noël est une ordure. En revanche, le César du public, qui récompensait le film le plus vu au box-office français, disparaît. Mais le César des lycéens sera, pour la première fois, remis au cours de cette cérémonie, placée, donc, sous très haute surveillance sanitaire. "Un test PCR a été demandé aux personnes présentes deux jours avant la cérémonie et un autre test sera réalisé en arrivant à l’Olympia, détaille l’animatrice de Canal +, Laurie Cholewa. Seuls les personnes nommées et les remettants seront présents. Ce sont des mesures très strictes, mais c’est ce qui va nous permettre de pouvoir offrir le meilleur des spectacles."

Le Festival de Cannes face au défi du contexte sanitaire

En revanche, à quelques mois du Festival de Cannes – l’autre grand rendez-vous du cinéma normalement prévu en juillet –, Laurie Cholewa ne sait pas encore si elle pourra, cette année, interroger les acteurs en bas des marches. "J’espère de tout cœur qu’il aura lieu mais je ne sais pas sous quelle forme, avoue l’animatrice. Le Festival de Cannes, c’est vraiment la diversité, la rencontre avec des journalistes et des équipes de films du monde entier. Donc, dans ce contexte encore flou, c’est compliqué d’imaginer le Festival aujourd’hui." En attendant, la 46e cérémonie des César est, elle, bien maintenue. Elle sera retransmise ce vendredi 12 mars, en clair sur Canal +, avec l’acteur Roschdy Zem comme président de cette édition, et Marina Foïs en maîtresse de cérémonie.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don