Accueil
Dans un monde multipolaire, les superpuissances renforcent leur emprise régionale

Dans un monde multipolaire, les superpuissances renforcent leur emprise régionale

Un article rédigé par Marc Pourroy - RCF,  -  Modifié le 17 décembre 2021

Pour notre chroniqueur, les derniers événements économiques laissent à croire que la mondialisation pourrait bien être derrière nous. Explications.

Photo by Nicholas Cappello on Unsplash Photo by Nicholas Cappello on Unsplash

Le libre-échange semble avoir du plomb dans l’aile. Le dernier exemple vient des États-Unis. Joe Biden a lancé une prime de 12.500 dollars pour l'achat d'une voiture électrique, à condition qu'elle soit produite en Amérique. Si ce n'est pas le cas, la prime est amputée de 40%. Il s’agit typiquement d’une forme de protectionnisme. La multiplication de ces accrocs aux principes du libre-échange pourrait signifier à terme que la mondialisation telle qu’elle se développait est en train de prendre fin.

De l'importance des échanges commerciaux

Il y a toujours eu et il y aura toujours des échanges internationaux. Cependant l’histoire nous montre que leur importance fluctue au cours du temps. La mondialisation que nous connaissons est la deuxième du genre. La première commence au XIXième siècle, portée par l’industrialisation, la colonisation et le système de l’étalon or, et s’arrête brutalement avec la première guerre mondiale.

Pendant l’entre-deux guerres, on passe d’un système global, à une juxtaposition de zones monétaires et commerciales : l’Angleterre avec le Common Wealth, les États-Unis avec l’Amérique du Sud, et la France avec les Colonies françaises d'Afrique, ce qui donnera naissance au franc CFA. 

Vers une économie plus régionale ?

Il est possible que nous assistions à nouveau à un recul du périmètre des échanges internationaux, qui nous ferait passer d’une économie très mondialisée à une économie plus régionalisée. Les États-Unis se tourneraient moins vers l’Asie et davantage vers l’Amérique Latine. Pour la France au sein de l’Union Européenne, il s’agirait de renforcer nos échanges avec l’Europe de l’Est ou l’Afrique du Nord.

Une bonne nouvelle pour la planète

Oui, on peut dire que la crise environnementale est une des raisons de ce recul. Elle nous montre que ce qui se passe à l’autre bout de la planète nous concerne tous. De manière emblématique, l’accord commercial entre le Mercosur en Amérique du Sud, et l’Union Européenne, n’a pas été signé car il exposait trop l’Amazonie à la déforestation. C’est également cette cause environnementale qui a fait apparaitre de nouveaux acteurs, dans le textile par exemple, qui font le choix de produire en France, avec des matériaux locaux et durables.

Mais ces acteurs s’ajoutent à l’existant et ne le remplace pas. Les grandes chaines ne relocalisent pas en France, et d’ailleurs ça ne changerait pas la donne environnementale si c’est pour continuer à produire de la mode rapide et du quasi-jetable. Donc concrètement on va vers la cohabitation de deux modèles, global et local, l’un ne remplaçant pas l’autre.

Le rôle de la crise sanitaire

Elle a mis en évidence des fragilités et des dépendances dans les circuits d’approvisionnement. Les pénuries, encore en cours dans certains secteurs, poussent à se réorganiser différemment. Cependant, en termes de résilience, tout produire en France n’aurait pas de sens. Mieux vaut avoir plusieurs lieux de production, soumis à des risques différents, que d’avoir tous ses œufs dans le même panier…

C’est là où les pays d'Europe centrale et orientale ont une carte à jouer. Ils allient savoir-faires industriels, proximité géographique et compétitivité, des atouts majeurs alors que la Chine cesse d’être simplement l’usine du monde. Tous ces signes ne sont que les prémisses d’un monde multipolaire dans lequel les super-puissances perdraient un peu leur influence globale mais renforceraient leur emprise régionale.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don